ReLIFE Vol.13 - Actualité manga

ReLIFE Vol.13

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 25 March 2020

Chronique 2

Alors qu'ils se sont occupés des problèmes de leurs amis qu'il s’agisse d'histoires de cœur ou de problèmes plus "classiques", Arata et Chizuru se sont principalement souciés des autres mais pas d'eux mêmes...
Maintenant c'est au tour de leurs camarades de les aider à prendre conscience de leurs sentiments réciproques et d'enfin les accepter...

Il aura fallu attendre treize tomes pour qu'enfin nos deux héros s'avouent leurs sentiments! Ce fut long, parfois un peu trop, il y a eu des détours, ils se sont montrés bien maladroits, voire agaçants, mais enfin nous y sommes!
Et pour l'occasion les autres personnages sont totalement laissés de coté, à l'exception très brève de quelques uns de leurs amis qui vont leur prodiguer des ultimes conseils et bien entendu de Ryo et An qui continuent de les observer (allant même jusqu'à leur donner un petit coup de pouce)!
Ainsi nos deux héros occupent pleinement tout ce tome qui est entièrement consacré à leur relation, aux doutes qu'ils peuvent encore avoir et surtout à leurs sentiments!

Bien qu'elle apparaisse comme étant la plus opposée à cette idée de relation du fait que tous deux ignorent la véritable nature de l'autre, ce sera Chizuru qui la première va abaisser ses barrières et prendre l'initiative d'inviter Arata; ce qui lui permettra ensuite, à lui aussi de repousser ses craintes et ses doutes et de se laisser aller à ses sentiments et de les prendre les devants quant au fait de les avouer (ses sentiments).

Durant toute la première partie du tome on sent une certaine fébrilité qui atteint son paroxysme durant le fameux rendez vous...le lecteur se demande si enfin les choses vont évoluer (dans le bon sens) où si une nouvelle fois, cela débouchera sur un quiproquo gênant!
Mais finalement le moment tant attendu arrive...et s'il se montre touchant, il faut reconnaître que pour un Européen, il s'avère également bien frustrant!
Il faut comprendre que les mentalités, notamment la pudeur des Japonais est bien différente des nôtres, ainsi un petit câlin et une ballade en se tenant la main suffisent à officialiser une relation...nous n'aurons donc pas droit à un baiser, ce qui au risque de se répéter, peut être assez frustrant pour un Européen...

Mais qu'importe, le plus important est fait, maintenant tous deux comptent profiter de la fin de leurs expériences "Relife" pleinement sans bien réaliser ce que cela implique et déjà avant la fin du tome l’ascenseur émotionnel est en marche et on pressent le contre coup dramatique...

Un tome vraiment touchant, tout en délicatesse qui malgré tout ne marque pas la fin du suspens quant à la relation entre nos héros, et c'est tant mieux!


Chronique 1

Arata et Chizuru se sont démenés pour leur entourage, mais peut-être serait-il temps de penser à leurs sentiments respectifs. L'amour qu'ils éprouvent mutuellement devient de plus en plus claire, mais des tensions éclatent lorsque Chizuru découvre, chez le jeune homme, de l'alcool et des cigarettes. Tous deux pourront-ils mettre leurs doutes et leurs questionnements de côté pour s'avouer, enfin, leur flamme ?

En une douzaine de tomes, les sentiments entre Arata et Chizuru ont constitué un point central de l'intrigue de ReLIFE. Alors, à l'approche de la fin de la série, il était temps pour Yayoiso de traiter enfin cet aspect du récit.

Alors, c'est l'intégralité du volume qui se centre sur les deux personnages principaux de la série. Il subsiste des doutes et des interrogations, des questionnements qui pourraient démotiver les deux potentiels tourtereaux à se déclarer, tant d'élément qui sont traités de manière judicieuse dans l'ensemble du tome. Car malgré cette phase d'incertitude, il n'est plus question plus le récit de tourner en rond. Alors, ce qu'aborde cet opus était évident depuis un moment déjà, mais il est appréciable de voir que l'auteur fait les choses bien, en n'oubliant jamais les conséquences que pourrait avoir l'union des deux personnages.

Des sentiments, il y en a donc énormément dans ce treizième tome. Car le titre remet en avant l'idée de la jeunesse perdue, la question étant alors de savoir si Arata et Chizuru s'y plongeront, au risque de perdre ensuite tout ce qu'ils ont pu bâtir. Il reste encore un grand niveau d'incertitude, de par le fait qu'ils ignorent mutuellement leurs conditions de sujets de l'expérience. Alors, la concrétisation possible de leur amour n'est peut-être qu'une porte ouverte vers la fin de la série, qui demeurera incertaine jusqu'au bout.

Bien qu'ils soient adultes, les deux principaux concernés dévoilent leurs facettes d'adolescents, plus que jamais. Yayoiso entretient très bien l'idée du premier amour, la naïveté des premiers rapports, et le balbutiement d'une déclaration. Il demeure une simplicité efficace tout le long du rendez-vous entre les deux protagonistes, et une atmosphère pleine de douceur qu'on attendait de voir éclater depuis un moment déjà. C'est simple dans la forme, mais particulièrement envoutant dans l'ambiance ! Il faut dire que le développement lent de toute cette idylle joue sur l'effet du présent volume : après tant d'effort, il y a une véritable satisfaction dans ce que montre de tome treize. C'est ce qu'on attendait dans ReLIFE, et il est difficile d'être déçu.

Alors, un cap indéniable a été franchi dans la série. Mais comme dit plus tôt, il demeure une incertitude quant à la fin de la série. Il reste en effet deux volumes avant la conclusion de ReLIFE, de quoi aborder la fin de l'expérience comme il se doit. Impossible de deviner ce qui nous attend, et ce qui attend surtout les personnages, mais on imagine déjà deux tomes finaux particulièrement prenants et intenses.
   

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

16 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News