Prisonnier Riku Vol.24

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 28 November 2017

Trahis par Shaolong, lui-même victime d'un odieux chantage de Kidoin, Riku et les siens ont échoué dans leur tentative d'évasion, se retrouvant maintenant dans un camp souterrain de travaux forcés dont ils ne savent strictement rien. Il reste pourtant un espoir : le gardien Harada, prêt à aider la troupe après avoir appris le décès de Tsubaki. Tanaka remet alors en route ses méninges, pour sortir ces camarades de cette situation, et mener définitivement à bien l'évasion...


Avec le tome précédent, marquant le début du second cycle de la série, Shinobu Seguchi nous surprenait en créant un contexte assez similaire à la partie scénaristique précédente, à savoir une nouvelle incarcération au sein d'une prison, a priori coupée du monde. Répétitivité ? Dans le schéma, uniquement puisque ce vingt-quatrième tome va très vite nous confirmer que ce nouvel arc n'est pas juste voué à placer Riku et les siens en détention, et qu'une véritable évolution du scénario se cache derrière cette situation nouvelle.


Shinobu Seguchi déclare en préface : « Il m'arrive souvent de me dire que je ne suis pas fait pour être auteur de mangas. » Quelle bonne blague. Déjà qu'il est difficile d'avouer que l'auteur est un mauvais mangaka tant il sait utiliser le médium pour créer une narration efficace et parfois bouleversante, mais il confirme ici qu'il sait développer une intrigue solide et cohérente, tout en restant fidèle à l'identité de son œuvre.


Ainsi, ce nouveau contexte nécessite une nouvelle analyse du décor, afin de planifier une nouvelle évasion. On sent toutefois que l'auteur ne compte pas repasser vingt tomes sur un même lieu puisque, rapidement, peut-être même trop pour certains, nos héros iront de découverte en découverte, apprendront la vérité qui entoure ce véritable camp de travail immoral, et quelles en sont les premières faiblesses. Tout ça en un seul tome, rendant le tout des plus captivants. Si le tout est si réussi, c'est aussi parce que l'intrigue lie ce nouvel arc à tout ce qui a été dit précédemment. Ce sont alors les manigances de Kidoin qui sont progressivement révélées et qui s'annoncent plus catastrophiques qu'on ne pouvait l'imaginer. Certes charismatique, l'antagoniste de la série se bâtit un empire digne d'une immense secte, portant de plus en plus l'enjeu de l'oeuvre vers l'arrestation définitive de l'individu. Les découvertes de Tanaka dans la première partie de l’œuvre ne sont donc pas vouées à tomber dans l'oubli, au contraire même, ce tome continuant à en présenter les conséquences.


A ceci s'ajoute un climat assez inédit, voire impensable au sein de la série. Si l'île du Paradis semblait être un enfer, on se rend ici compte qu'il s'agissait presque d'une prison ordinaire, juste perdue au milieu des flots, tant le nouveau lieu continue à être décortiqué et symbolise la véritable définition de l'Enfer. Passé quelques révélations, la tension est à son paroxysme, plus que jamais, et il devient une question de temps à Riku et les siens pour trouver une issue. Un excellent point de scénario puisqu'en plus de créer un climat inquiétant, cet élément prouve que l'évasion devra avoir lieu très rapidement.


Ainsi, nos inquiétudes quant à une série qui tournerait en rond sont entièrement dissipées avec ce tome qui, en repartant sur un plan d'évasion, innove par bien des éléments et marque une véritable continuité dans l'histoire de la série. Après 24 tomes, Prisonnier Riku se renouvelle, nous surprend et nous passionne, l’œuvre restant fidèle à elle-même. Difficile de s'en lasser.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News