Our Colorful Days Vol.2 - Actualité manga

Our Colorful Days Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 26 October 2020

Sora semble s'être trouvé un havre de paix au sein du petit café tenu par l'intriguant Shirô Amamiya, un homme gay qui a décidé de ne plus cacher sa sexualité. Maintenant que Nao, son amie d'enfance, est au courant de ce secret, elle fait le choix d'être le plus bienveillante possible, afin de ne pas blesser son camarade. Pourtant, Sora reste perturbé, et ne sait pas s'il doit avouer ses sentiments à Yoshioka, par peur de perdre leur amitié...

Après la très jolie entrée en matière constituée par le premier tome (sur trois) de Our Colorful Days, la dernière tranche de vie sociale en date de Gengoroh Tagame, le titre avait déjà notre confiance pour ses deux opus finaux. L'auteur continue alors de développer son histoire de manière logique, avec la belle tonalité déjà implantée, mais en continuant de décortiquer les sujets qui lui tiennent à cœur, tout en plantant quelques enjeux autour de ses personnages.

Ainsi, même si Sora est apaisé par l'existence de M. Amamiya et qu'il trouve, dans son modeste commerce, un lieu de quiétude, tous ses tourments ne l'ont pas quitté. Ici, le mangaka s'intéresse encore un peu plus aux troubles que peuvent connaître un adolescent gay dans une société hétéronormée, notamment lorsqu'il s'agit de l'amour ressenti envers un ami, et qui pourra difficilement évoluer vers autre chose. A travers les interactions entre Shirô Amamiya et le jeune Sora, le mangaka livre un petit message positif et humain, teinté de belles notes d'émotion. La forme est simple et sans artifice, mais Gengoroh Tagame la mène avec toute la douceur qu'on lui connait dans ce type de récit, celle qui nous avait déjà charmé avec Le Mari de mon Frère.

Pourtant, on ne peut pas dire que Our Colorful Days soit une histoire exclusivement centrée sur Sora, aussi chaque personnage a des choses à dires. A commencer par Nao, l'amie d'enfance du héros qui a récemment appris son homosexualité, et qui va travailler son comportement pour conserver leur harmonie. Avec notamment une histoire de jalousie avec sa propre amie, Nao présente ses propres dilemmes, simples mais rationnels, rendant le personnage crédible. Enfin, le charismatique Shirô a lui aussi droit à son lot de secrets. On se doutait déjà que l'homme cachait quelques mystères, et ceux-ci aboutissent à un climax de volume intense (à l'échelle de la série), et plantant certaines ambitions appréciables en vue du tome final.

Alors, petit à petit, la douceur du titre bascule vers certains enjeux moraux et relationnels plutôt lourds. Car outre les révélations de fin de tome, tout l'axe présentant le point de vue des parents de Sora est particulièrement pesant. A ce titre, l'auteur fait ressentir comme il se doit la pression ressentie par le jeune homme, aussi on se demande logiquement si le récit parviendra à clôturer ce pan de l'intrigue dans l'optimisme qu'on connait généralement chez l'artiste.

Alors, Our Colorful Days confirme ses qualités dans un second opus dans la même lignée que le premier, mais qui confirme aussi que la série n'est pas toujours aussi paisible que le fut Le Mari de mon Frère. Plus brusque par moment, ce portrait de la psychologie d'un lycéen gay sonne juste, ce qui implique son lot de moments durs étant donné la société dans laquelle le protagoniste vit. La fin du tome est forte, et annonce un volume final qui le sera tout autant.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News