Maître des livres (le) Vol.10 - Manga

Maître des livres (le) Vol.10

Rédaction
Lecteurs
17 /20

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 16 Décembre 2016

A la bibliothèque de la Rose Trémière, il y a toujours des choses à découvrir. Et cela, que ce soit concernant la littérature jeunesse, ou les personnes fréquentant le lieu !

Ainsi, après en avoir appris plus sur les amis de Miyamoto, notre cher bibliothécaire à coiffure de champignon ressent étonnamment l'envie de revenir lui aussi sur l'une de ses amitiés du passé. Retour à l'époque de l'université, où l'on retrouve un Mikoshiba en études pour devenir bibliothécaire, et qui était déjà porté par son caractère peu amusant et très solitaire, à tel point qu'il était surnommé l'antisocial. Mais que se passerait-il si l'antisocial croisait la route d'un ermite ? L'ermite, c'est le surnom d'un homme du nom de Sakaki, qui n'est pas inscrit aux cours mais y assiste tout de même, camouflé sous son épaisse barbe. L'occasion nous est tout simplement donnée de découvrir la manière dont Mikoshiba va nouer des liens parfois compliqués avec cet homme au caractère sortant un peu de sentiers battus, et le résultat s'avère très intéressant. En effet, loin d'oublier son sujet de base, Umiharu Shinohara évoque avec talent un roman bien connu de la littérature jeunesse : les aventures de Tom Sawyer, que l'on est amené à mieux cerner via une remise de l'oeuvre dans son contexte de l'époque afin de mieux comprendre le parfum d'aventure qui s'en dégage, et qui va permettre aux deux garçons de réfléchir un peu plus à la notion d'amitié qui semble si souvent leur faire défaut depuis toujours. A cela, il faut ajouter de nouvelles informations propres au milieu des bibliothèques (avec des systèmes de classification spécifiques, entre autres), et l'on obtient un excellent mélange entre mise en valeur du milieu de la littérature et découverte des deux personnages. Sakaki s'avère très bien campé dans son genre, et il est évidemment plaisant d'en découvrir encore un peu plus sur un Mikoshiba que l'on voit même rire comme rarement ! Mais ce passage traduit aussi autre chose : les changements qui s'opèrent doucement en Mikoshiba au sein de la Rose Trémière, car pour la première fois il parle de son passé de sa propre initiative, et s'ouvre donc un peu plus à son entourage qui fait de cette bibliothèque un lieu de vie et de rencontres permanent.

Quant à la suite du tome, elle revient sur le cas de Waka Nishino, qui a succédé à Morishita à la présidence du club d'études de la littérature jeunesse de son lycée, et qui a accueilli deux nouvelles recrues ! On retrouve avec joie la pétillante Morishita, et on découvre avec beaucoup de plaisir les mignonnes Yuki et Satô qui vont se donner à fond pour monter un nouveau spectacle de marionnettes sous l'égide de leur senpai, le tout à la Rose Trémière ! Mais une épreuve va attendre les demoiselles : l'irruption de Tachibana, basketteuse qui continue d'exiger le retour de Nishino dans le club... Ce passage a notamment pour intérêt de mettre en place de nouveaux visages (Yuki et Satô) représentant le futur du club, et montrant que même si les générations avancent et changent, les livres sont toujours là pour rapprocher les gens de façon immuable. Tellement immuable que cette fois-ci, intelligemment, c'est une oeuvre littéraire très vieille mais ayant traversé les époques et les pays sans changer qui est évoquée : les Fables d'Esope. Mais ce que l'on retient avant tout est peut-être la jolie mise en avant de Nishino, que ce soit via son implication en tant que présidente, ou dans ce qu'elle est amenée à cerner sur sa mère.

Qu'on se le dise donc : peut-être plus que jamais, la bibliothèque et les livres, en plus de permettre de nouer des liens, peuvent aussi permettre d'en apprendre plus sur soi et sur ses proches, Mikoshiba et Nishino en étant les meilleurs exemples ici. Le Maître des Livres s'offre alors, une nouvelle fois, une excellente copie.

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai
16.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs