Lanterne de Nyx (la) Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 29 January 2020

Miyo pense de plus en plus à Momotoshi, et ne peut nier l'amour qu'elle lui porte. Pourtant, son employeur s’apprête à prendre le large pour retrouver Victor, en France, et ouvrir une succursale au Vingt, directement à Paris. Momo lui ouvre son cœur, mais ne fera sans doute pas le poids face à cette femme blonde, dont le pendentif de Momo est à l'effigie... Un chagrin d'amour pour Miyo, et une nouvelle aventure pour le jeune patron, aventure qui ne sera pas de tout repos.

La fin du tome précédent faisait monter l'intensité dramatique de manière notable. Ainsi, le début de ce troisième opus vient résoudre, en sorte, cette situation. La répartition des chapitres au sein des volumes semble alors curieuse : les deux premiers de ce tome achèvent une sorte d'arc, et auraient permis une fin de second volet aussi intense que touchante. Cela n'empêche pas la qualité de ce début d'opus, particulièrement éprouvante, avec notamment une révélation qui vient éclaircir toute la dimension fantastique de la série, autour des pouvoirs de Miyo.

Alors, l'héroïne de la série n'a qu'un petit rôle dans cette suite, consacrée en grande partie à l’ascension de Momotoshi à paris. Sa collaboration avec Victor et l'ouverture de leur succursale parisienne est minutieusement développée, l'occasion pour Kan Takahama de croquer un tout nouveau décors (elle qui semble très amoureuse de la France), en plus d'orienter les projecteurs sur le patron du Vingt.

Et c'est sûrement là que le tome se montre particulièrement intéressant. La quasi absence de Miyo se fait ressentir, la fraîcheur de la demoiselle nous manquant indéniablement, mais Kan Takahama pallie cette absence en décortiquant le quotidien nouveau de Momo, que ce soit ses relations avec son entourage, sa rivalité avec l'arrogant Kazuma, ou encore sa romance avec Judith, la femme du médaillon qu'on apprend à connaître un peu plus en détails. Tout un programme donc, la vie parisienne de Momo n'étant pas de tout repos, mais permettant d'aborder cette part de récit via des axes différents. On notera aussi une certaine montée en puissance dans cette intrigue, dont le point culminant est marqué par les toutes dernières pages du tome, assez surprenantes et qui donnent d'emblée envie de découvrir la suite, et la nature de l'événement en question.

Et bien que cette partie du récit reste intéressante, difficile de ne pas espérer le retour prochain de Miyo, dont la vie au Vingt japonais se révèle toute aussi épanouissante, au vu de ce qui nous est montré. Reste qu'on se demande ce que l'autrice souhaite faire de l'héroïne, on espère alors que le quatrième tome nous donnera la réponse.

On notera aussi un troisième tome plus épais, marquant la moitié de la série comme il se doit. Une épaisseur due à deux chapitres spéciaux autour de la jeunesse de Kei Oura, une femme intrépide à l'époque, qui permet aussi de découvrir un Ganji jeune et naïf. Un supplément appréciable dans ce qu'il montre des deux personnages, et des éventuelles origines de Momo. On aurait tort de bouder son plaisir puisque les chapitres ne semblent pas empiéter sur le contenu initial du tome.

  


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

15 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News