King of Ants Vol.8

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 10 December 2019

Avec l'incontrôlable Shirô qui n'en fait toujours qu'à sa tête, les plans ne résistent jamais bien longtemps, et il l'a à nouveau prouvé en foutant lui-même à moitié en l'air le stratagème qu'il avait préparé en vue des "Princess Dream" du festival musical de Rikudo TV ! Ainsi, pendant que la naïve et mignonne Miharu s'époumone pour chanter sur scène, accomplir son rêve et entretenir le souvenir de sa mère, notre héros bad boy, lui, a purement et simplement décidé de détourner en direct l'émission pour balancer sa déclaration de guerre. Mais vu qu'il ne pense jamais aux conséquences, il se retrouve évidemment vite encerclé de toutes parts avec ses compagnons. Alors quoi de mieux, pour s'en sortir, que de prendre en otage sa "chère" soeur ? D'autant que Shizuru elle-même ne semble pas demander mieux...

Comme on pouvait s'y attendre, et même si tout ceci s'achève un peu vite, l'infiltration (si on peut encore appeler ça comme ça...) de la bande de Shirô au sein de Rikudo TV prend donc des proportions toujours plus dingues, dépendant beaucoup du côté électron libre de notre chère Shirô, mais aussi de la sublime mais vénéneuse Shizuru qui se laisse presque trop joyeusement prendre en otage, alors qu'en plus de tout ça éclate une véritable guerre entre les hommes de Rikudô et ceux de Sankai, qui ont rappliqué dès qu'ils ont vu le "meurtrier" de Hoshinozuke à la télé ! Un joyeux bordel que les auteurs orchestrent plutôt bien, et qui a même deux autres intérêt. Tout d'abord, exploiter plutôt efficacement même si rapidement certains visages comme Sakamizu en samouraï ou le vice-président Shôzô. Ensuite, approfondir un peu plus la figure de Shizuru, dont on découvre certaines facette du passé, le petit secret de sa naissance, et ses rapports plus complexes que prévu avec Ryûtarô mais surtout avec le défunt Kisaburô. Qui plus est, on peut dire qu'enfant, la demoiselle avait déjà un caractère bien à elle !

Après tout ça, la suite se veut un petit peu plus calme. L'accouchement de la patronne sous les yeux de Kirio a pour intérêt premier d'enclencher un petit approfondissement de ce dernier, qui, à l'instar de sa soeur Shizuru, avait des relations plutôt délicates vis-à-vis de ses proches au sein des Rikudô. Mais avait-il raison d'avoir toujours cru qu'il n'était pas désiré à cause de sa constitution fragile ? Via quelques petites révélations, le scénariste Tsukawaki montre qu'il avait bien prévu son coup, au vu du double-sens du prénom de Kirio. A part ça, pas mal de choses piquent suffisamment l'intérêt: les ambitions chinoises, celles du groupe Sankai, l'entrée en scène de Gyûemon... sans oublier, bien sur, le nouveau coup d'éclat de Shirô en fin de tome, avec l'une de ces provocatrices et improbables idées dont il a le secret !

Voilà qui promet de dynamiser de plus belle la suite de la série, et en attendant King of Ants s'offre encore ici un volume tout à fait plaisant, que ce soit pour son action, ses petits approfondissements et ses perspectives.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.25 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News