King of Ants Vol.12 - Actualité manga

King of Ants Vol.12

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 13 October 2021

La nouvelle vient de tomber: Rinichirô Sankai, le dernier roi des fourmis japonais, vient de rendre son dernier souffle, en laissant a priori la voie grande ouverte à Ryûtarô Rikudô pour devenir le seul et unique nouveau roi des fourmis nippons... mais pour ça, il faudrait déjà que l'ambitieux héritier du conglomérat Rikudô récupère sa promise Hazuki, la jeune et unique héritier du conglomérat Sankai, qui est actuellement entre les mains de Shirô Aguri ! Et comme si ça ne suffisait pas, Gyûemon décide d'inviter à la fois Ryûtarô et Shirô aux funérailles de son seigneur, afin de jauger les valeurs de chacun des deux hommes. Et pour Shirô, déterminé à obtenir sa place au festival de musique de fin d'année organisé par Shizuru afin d'y affronter publiquement Ryûtarô, l'occasion est même idéale pour se lancer dans une nouvelle provocation: quitte à se rendre aux funérailles, autant y aller avec Hazuki déguisée et de l'infiltrer au nez et à la barbe de Ryûtarô, la jeune fille ayant sans doute des derniers mots à dire à son défunt père.

Le tome démarre ainsi sur une première partie centrée sur ces funérailles, un événement au sommet qui cristallise surtout une chose: Ryûtarô a désormais quasiment toutes les cartes en mains pour devenir l'unique roi des fourmis japonais et s'opposer aux manigances du roi des fourmis américain, à ceci près qu'il lui manque toujours Hazuki pour phagocyter le conglomérat Sankai. Et face à cette situation, donc, il est hors de question pour notre anti-héros Shirô, toujours aussi provocateur, de rester inactif, celui-ci étant bien décidé, avec l'aplomb qui le caractérise, à jouer ses billes jusqu'au bout avec l'aide de son drôle d'entourage ! Mais en parallèle, c'est une menace supplémentaire qui se renforce ailleurs, du côté de la mafia chinoise, encore plus au vu de la mission que Chao Jin se voit confier... Le futur festival de musique risque d'être vraiment explosif !

Et ce festival de musique, il faut continuer de le préparer pour nos héros, chose sur laquelle les auteurs reviennent dans la suite du tome. Collaborant désormais avec Shirô et les autres, Chiyo de la secte Kyûsei Mandai prend soin de composer des chansons pour les Princess Dream, de les adapter si besoin en suivant les besoins et conseils... mais ce que nous sommes surtout amenés à mieux découvrir, c'est l'enfance de la jeune fille, et plus précisément la tragique raison pour laquelle elle voue une haine farouche à sa demi-soeur Shizuru, qu'elle est bien décidée à humilier e tà briser à l'occasion du festival.

Alors, toujours dans une atmosphère assez fun, excessive et régressive, Nagahisa Tsukawaki et Ryû Itô continuent efficacement de bouger chacun de leurs pions, en cristallisant une chose: notre envie toujours plus forte d'assister au festival de musique, qui devrait assurément être un grand moment dans la série au vu de tous les enjeux s'installant autour de celui-ci.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.25 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News