Kasane - La voleuse de visage Vol.4 - Actualité manga

Kasane - La voleuse de visage Vol.4

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 07 July 2016

Kasane est devenue totalement maîtresse de Nina. Cette dernière étant plongée dans le coma suite à sa tentative de suicide, Kasane a pris sa place, même auprès de ses parents, bien que la mère de Nina ait développé de graves soupçons ayant contraint sa fille factice à agir. Interprétant maintenant Salomé dans la pièce éponyme, Kasane s’épanouit pleinement sous les projecteurs. Son don de soi dans ce rôle est tel qu’elle attire l’œil d’un autre comédien…

Après trois opus, la série a développé l’image d’une Kasane glaçante, au passé difficile, mais prête à accomplir de sombre projet pour garantir le petit monde qu’elle a façonné. C’est toutefois une héroïne plus humaine que ce tome cherche à développer et la psychologie de Kasane apparaît alors plus saisissante. Maintenant un alter-égo complet de Nina, la protagoniste vit une vie nouvelle, teintée de passion et d’amour… toutes les joies qui concernent le commun des mortels, autrement dit. La manière dont Daruma Matsuura développe l’héroïne est rendue fascinante par cet opus tant son quotidien s’apparente désormais à celui de n’importe quel individu, tout en mettant en évidence les conflits internes chez l’héroïne.

Mais en dehors de la progression de Kasane sous les projecteurs ainsi que l’évolution de son état d’esprit, l’intrigue de l’œuvre n’était pas vraiment allée de l’avant, un tir que ce quatrième volet rectifie en prenant une direction scénaristique surprenante. Avec l’introduction du personnage de Nogiku, le récit prend un tournant vraiment décisif qui renvoie aux origines mêmes des concepts de l’œuvre : la mère de Kasane et les répercussions qu’ont au l’utilisation de son rouge à lèvres avant qu’elle le confie à sa fille. Quelques points du scénario paraissent ainsi plus clairs, mais c’est clairement sous l’angoisse que la mangaka dépeint son récit, notamment dans sa manière de présenter le passé sombre d’une Nogiku meurtrie.
Puis, aussi sereine que soit l’ambiance apportée par la rencontre entre les deux personnages phares du récit, Kasane et Nogiku, on ne peut s’empêcher de ressentir une certaine tension par rapport à la suite qui attend les héroïnes. Est-ce que de si purs sentiments humains peuvent teinter l’œuvre indéfiniment ? On apprécie autant le lien fort qui se noue entre elles que le destin cruel qui les attend peut-être, car quand chacune sera au courant des vérités et reconstituera le puzzle à partir des pièces qu’elles vont apporter, il n’est pas possible qu’elles restent indifférentes…

L’intrigue faite donc un bon en avant avec ce quatrième tome particulièrement important dans la série. Outre le beau travail psychologique sur une Kasane toujours aussi complexe et dont on ne peut se détacher, l’autrice fait de belles promesses pour la suite de l’œuvre et bien qu’une certaine douceur se dégage de plusieurs segments du tome, celui-ci continue de se placer sous l’ambiance si particulière qui marque le titre.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News