Kaguya-sama - Love is War Vol.5 - Actualité manga

Kaguya-sama - Love is War Vol.5

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 15 September 2021

Les vacances d'été sont enfin là ! Mais pour Shinomiya et Kurogane, cela signifie ne pas se voir du tout pendant plusieurs semaines. Néanmoins, chacun meurt d'envie de faire un pas vers l'autre. Mais l'amour est une éternelle bataille, et toute action serait synonyme d'aveu de la part de ces deux adolescents bornés. Shinomiya espère pourtant accomplir un rêve : Avoir l'occasion d'assister à un feu d'artifice en compagnie de ses amis, les membres du BDE. Seulement, les exigences strictes de sa familles feront office d'obstacle...

La série aborde l'une des périodes classiques de la tranche de vie sentimentale : les vacances d'été. Aka Akasaka l'a bien compris, un tel moment ne pouvait pas faciliter la tâche pour ses deux protagonistes qui peinent à faire le moindre premier pas, au nom de leur fierté et de cette guerre éternelle qu'est l'Amour. Il en découle une poignée de chapitres assez innovants puisqu'ils parviennent à créer des batailles sentimentales à distance, quand on n'assiste pas au délirant défi culinaire d'une Fujiwara qui fait escale dans une échoppe à ramen convoitée par des spécialistes.

Alors, les premiers chapitres abordent une forme différente et amusent par leur formule. Chose normale après tout, pour un titre destiné à faire rire par sa guerre d'amour sans fin. Et pourtant, le mangaka est pris de plus de sérieux, voire d'un esprit solennel, dans un passage très précis du volume qui vient conclure ce qu'on pourrait qualifier d'arc des vacances d'été. Kurogane et Shinomiya ont beau avoir des caractères propices à un manga humoristique, leurs background peuvent aussi faire résonner une dimension plus dure du récit. L'adjointe du président, ou plutôt ses tourments, sont donc mis à l'honneur dans une série de chapitres aux idées classiques, mais au déroulement solide. Rompre le côté burlesque de la série mais utiliser ses racines pour amener un drame adolescent est une idée brillante, et excellemment exécutée ici, amenant le premier passage sincère et touchant de la série, véhiculant au passage une autre vision de ses personnages et du groupe qu'est le BDE.

Un passage fort, mais qui n'est qu'une étape dans ce tome où les vacances précèdent la rentrée scolaire. Comme pour reposer ses pions, Aka Akasaka amène des chapitres plus classiques avec des duels psychologico-romantiques bien définis entre les deux protagonistes, avec mise en avant des figures récurrentes pour confirmer qu'il y a, derrière chaque gag, une légère avancée du côté des personnages. Encore une fois, les situations se renouvellent et jouent très bien avec les différentes alchimies entre protagonistes. On pourrait donc dire que la fin de tome retrouver un Kaguya-sama « classique », mais pourtant savoureux.

Et désormais, on se questionnera sur les intentions de l'auteur. Maintenant que celui-ci a amorcé des chapitres plus intimes comme s'il avait ouvert une boîte de pandore, ramènera-t-il ce type d'ambiances au sein de la série ? On ne dira clairement pas non tant la tentative est réussie, se marie très bien avec la dimension comique du titre, tandis que cette dernière ne tombe jamais dans la redondance.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

15.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News