Jujutsu Kaisen - Actualité manga

Jujutsu Kaisen

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 17 November 2020

Chronique 2 :

Lancé en Février 2020, Jujutsu Kaisen est un shonen ayant pour thème l'exorcisme et la chasse aux démons, un genre qui ne manque pas de représentants, dont certains poids lourds qui vont forcément servir de référence!
Depuis sa sortie le titre s'est développé et aujourd'hui avec 5 tomes sortis en France il rencontre son petit succès.
Son auteur, Gege Akutami s'est lancé dans une grande aventure pour son premier titre relié, mais Jujutsu Kaisen ne sort pas de nulle part, il avait déjà les idées, le concept et une partie des personnages en tête depuis quelques temps! C'est ainsi que conjointement avec la sortie du 5e opus en France, sort le "volume 0", l'histoire qui a servi de base à la création de la série qu'on connaît aujourd'hui avant même que l'auteur n'ait conscience de ce qui allait arriver! Une ébauche d'univers qui aujourd'hui peut servir de préquelle à celui qu'il a développé!
Plongeons donc aux origines de Jujutsu Kaisen!

Yuta est un jeune garçon assez particulier, il abrite en lui un esprit particulièrement puissant et dangereux qui se manifeste dès qu'il est en danger. Cela pourrait être une bonne chose d'avoir à ses cotés un esprit protecteur, sauf, que l'esprit en question, celui d'une amie d'enfance décédée, se montre particulièrement violent et agressif envers ceux qui approche son hôte.
Yuta est alors contacté par un professeur d'une école d'exorciste, Satoru Gojo, pour intégrer leur classe de 1ere année afin d'être former pour traquer et détruire les démons et esprits en tout genre.
Il va y faire la rencontre de personnages haut en couleurs et découvrir un monde dont il ignorait tout, ainsi que ses dangers!

Au début de la lecture, je ne savais pas trop comment aborder ce tome: était ce un préquelle? Une histoire servant de base mais n'étant pas réellement liée au récit qu'on connaît? Il apparaît évident que si l'auteur est parti sur tout autre chose en terme d'intrigue avec le premier tome de Jujutsu Kaisen, cette histoire peut clairement servir d'origine, de préquelle tant les ponts sont nombreux!

L'univers est donc identique avec cette école d'exorcistes, mais aussi et surtout on y retrouve les mêmes personnages que dans la série! Akutami a juste changé de personnage principal (il s'est débarrassé de Yuta), mais les autres élèves sont là! Les professeurs et le proviseur également. Et ces mêmes élèves qui sont en deuxième ou troisième année de cursus dans la série principale sont ici en première année...le lien est ainsi facile à faire!
Ainsi ce volume 0 est intéressant pour les lecteurs connaissant déjà la série mais peut également servir de point d'entrée à ceux qui n'ont pas encore commencé à lecture de Jujutsu Kaisen.

Maintenant que cela est posé, que vaut le tome en lui même?
Bien qu'il soit intéressant car posant les bases d'un univers riche et complexe, son principal défaut vient du fait que tout va un peu vite! Pourtant le volume est assez dense, mais cela n’empêche pas que la menace arrive bien vite et est vaincu tout aussi rapidement! Et c'est d'autant plus dommage que l'antagoniste possède un véritable charisme, une véritable présence!
La menace de ce tome, Suguru Geto, un exorciste puissant manipulant les esprits, rêve d'un monde qui n'appartiendrait qu'aux exorcistes, aux élus, et souhaite donc exterminer les humains sans pouvoirs. Une histoire assez classique mais qui possède indéniablement un potentiel certain.
Mais plusieurs indices laissent supposer que l'auteur s'en était gardé sous le pied au cas où il aurait pu étendre son histoire. Il évoque plusieurs éléments qu'il n'a pas le temps de faire apparaître ou de développer, mais qui auraient pu être intéressants.
Mais justement tout n'est pas perdu, maintenant qu'on peut voir ce tome comme un préquelle, on peut toujours espérer que l'auteur finisse par intégrer les éléments évoqués dans sa série, peut être même peut on espérer voir apparaître Yuta (en tant qu’aîné et mentor de Yuji, ce serait bien sympa), peut être même que Suguru Geto, l'antagoniste pourrait également revenir avec ses alliés.

Le binôme Yuta / Rika fonctionne bien, même si on pourrait trouver étrange que l'esprit d'un simple jeune fille de 11 ans soit aussi puissant, et il est intéressant de noter que la personnalité de Yuta est aux antipodes de celle de Yuji.

Le dessin pèche également, on sent les premiers pas d'un auteur qui possède un trait intéressant mais qui mérite d'être affiné, notamment au niveau des visages parfois aux proportions étranges.
Mais en ce qui concerne le découpage on a déjà un style vivant et dynamique parfaitement adapté au genre.

Alors que je pensais que ce tome n'était qu'un bonus pas forcément indispensable, il s'avère que pour les amateurs de la série c'est une véritable pépite, un ajout vraiment précieux, qui on l'espère jouera un rôle dans la suite de cette dernière.


Chronique 1 :

Nouveau titre assez fort du populaire Shônen Jump, portée en cette saison automnale par l'arrivée d'une adaptation animée diffusée en France par Crunchyroll, Jujutsu Kaisen est LA grosse nouveauté des éditions Ki-oon pour l'année 2020, et à ce titre l'éditeur la chouchoute, notamment à grand renfort d'une promotion très consistante... Et ainsi, il n'est aucunement étonnant, quelques mois après le lancement de l'oeuvre dans notre pays, de voir débarquer à son tour le volume qui en est à l'origine !

Initialement prépubliée au Japon en 2017 dans le magazine Shônen Jump GIGA (un dérivé mensuel du Shônen Jump), Toritsu Jujutsu Koutou Senmon Gakkou (Tokyo Metropolitan Magic Technical School) est une mini-série qui était prévue pour être très courte, mais dont le succès dans le magazine fut suffisant pour ensuite permettre à son auteur Gege Akutami de poursuivre l'aventure directement dans le Shônen Jump, en faisant de cette base une véritable série longue, celle que l'on connaît aujourd'hui sous le nom Jujutsu Kaisen. Pour sa sortie japonaise en un seul tome broché, ce récit de 4 chapitres et d'environ 190 pages a vu son titre précédé de la mention "Jujutsu Kaisen 0", chose on ne peut plus logique étant donné qu'il s'agit d'un véritable prologue, ce qui fait que Ki-oon a bien sûr conservé cette appellation tout en sous-titrant le volume "L'école d'exorcisme de Tokyo", pour coller aussi au tout premier nom. Et si ce tome 0 est sorti au Japon en même temps que le volume 3 de Jujutsu Kaisen (en décembre 2018), il n'est pas du tout illogique de le voir arriver dans notre pays en ce mois d'octobre en même temps que le volume 5, étant donné que le héros Yuta (et certains personnages secondaires comme Miguel) ont fait leur toute première apparition (même furtive) dans Jujutsu Kaisen à la fin du tome 4.

Jujutsu Kaisen 0 nous plonge donc auprès de Yuta Okkotsu, un adolescent de 16 ans qui, depuis quelques années, est possédé par un fléau, les fléaux étant, pour rappel, des êtres naissant des sentiments négatifs des gens ou créés par un maître des fléaux. Ces esprits, pouvant être très dangereux, son capable d'attaquer quiconque chercherait à faire du mal à leur hôte ! Et le fléau qui hante notre héros est pour le moins particulier puisque, en plus d'être de classe S (la classe de fléaux la plus puissante), il s'agit de l'esprit de Rika Orimoto, l'amie d'enfance de Yuta, prématurément décédée dans des conditions terribles. Forcément, dans ces conditions, le jeune garçon peine à avoir une adolescence paisible et normale. Et, quand un énième incident a lieu dans son lycée à cause de ce qui est en lui, il finit par être récupérer par un certain Satoru Gojo, membre de l'école d'exorcisme de Tokyo. Cette école particulière a effectivement repéré le don de Yuta et souhaite donc le former dans son cursus, pour qu'il apprenne à maîtriser l'énergie occulte qui est en lui. Mais tandis qu'il s'acclimate peu à peu à ce nouveau cadre et qu'il se fait des amis, il est également repéré par l'inquiétant Suguru Geto, ancien élève renvoyé de l'école et aujourd'hui dirigeant d'une "secte", qui souhaite s'accaparer ses pouvoir pour l'intérêt de ses sombres desseins...

Avec ce tome 0, ne comptez donc pas retrouver Yuji, Megumi ou Nobara, qui ne sont pas encore élèves à l'école ! Le récit ici présent démarre effectivement un an avant les débuts de Jujutsu Kaisen, ce qui en fait un réel prologue, d'autant qu'il offre un petit récit indépendant qui, en rappelant les grandes bases, peut également faire une très bonne porte d'entrée avant d'attaquer la vraie série à partir du tome 1. On a donc ici un personnage principal qui fait son arrivée à l'école d'exorcisme en même temps que trois autres têtes bien connues des lecteurs de Jujutsu Kaisen: les 2e année Maki Zenin, Toge Inumaki et Panda, qui sont donc ici en 1e année, et qui ont déjà tous leurs petits tics (l'absence de pouvoir d'une Maki rejetée par sa famille, le parler étrange de Toge, et le... ben, statut de panda de Panda). Il ne s'agit évidemment pas des seules têtes déjà connues puisque Satoru est là, ainsi que Suguru en tant qu'ennemi principal dans la deuxième moitié. Et, loin de faire de la figuration, chacun d'eux montre certaines petites choses qui sont moins en vue (du moins pour l'instant) dans la série-mère: on est notamment heureux de voir Maki se livrer à Yuta en se montrant toujours forte de caractère, de voir Toge et Panda avoir un petit peu plus de présence dans l'action, et d'entrevoir un peu mieux la forte amitié qui a autrefois uni Satoru et Suguru. Et c'est également le background autour de ce dernier qui se fait ici un peu plus présent, même en filigranes, essentiellement via des précisions sur ses objectifs ou via l'évocation du passé difficile de certains de ses sbires, rejetés dans l'enfance à cause de leur particularité, et donc totalement confiants envers leur chef qui les a recueillis.

Mais bien sûr, l'essentiel se consacre à l'histoire personnelle de Yuta, et de ce côté-là Akutami effectue un travail vraiment honnête sur son évolution et sur son lien avec Rika. On découvre un garçon qui aimerait se sentir utile, avoir confiance en lui, et pouvoir se dire que sa vie vaut quelque chose, ce qui le motive d'autant plus à devenir exorciste pour libérer Rika de sa malédiction. Et tandis qu'il se fait vite des amis en Maki et les autres, on voit la nature de son lien avec Rika se préciser, la jeune fille décédée lui vouant un amour complètement possessif... un amour qu'il lui faudra accepter, dès lors qu'il comprendra la vraie origine de sa malédiction, dans une dernière partie de tome qui parvient quelque peu à surprendre. Sans chercher à être trop émouvante, cette relation parvient à toucher un peu car elle est bien campée dans le feu de l'action, et que les éléments d'intrigue sont bien disséminés. Ainsi, l'histoire suit un schéma classique, avec une première moitié plus introductive et poussée puis une deuxième moitié faisant dans les problèmes et dans l'action dès lors que Suguru passe à l'attaque, mais elle n'en demeure pas moins efficace grâce à une bonne gestion des choses, même si certains éléments (surtout dans la deuxième moitié) semblent progresser de manière trop expéditive.

En tout cas, une chose est sûre: la patte visuelle d'Akutami est bien là ! Son trait acéré accompagne fort bien le rythme frénétique ainsi que les moments d'action, même si la mise en scène des combats reste souvent lambda. Les designs si particuliers de certains personnages comme Panda sont déjà bien là et maîtrisés, tout comme les designs de créatures où le mangaka se fait plaisir.

Au final, Jujutsu Kaisen 0 s'avère être une lecture vraiment appréciable. loin d'être une sorte de simple récit annexe, ce récit antérieur à Jujutsu kaisne et qui en a posé les bases se présente comme une véritable prologue, où l'on retrouve certains personnages avec plaisir au fil d'une petite intrigue auto-conclusive assez bien menée et ayant sa part de surprises. De quoi constituer un très bon complément à Jujutsu Kaisen, voire un excellent moyen de s'essayer à l'univers imaginé par Gege Akutami.

Et bien sûr, côté édition, nous sommes dans la droite lignée de ce qui est fait pour Jujutsu Kaisen, avec un petit format au papier bien épais et à l'excellente impression, porté par une traduction vive et fluide de Fédoua Lamodière.
  

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

16 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News