Jormungand Vol.5 - Actualité manga

Jormungand Vol.5

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 25 May 2020

Chronique 2

L'équipe de Koko profite d'un moment de répit en Croatie, sur une plage de la Mer Adriatique. Malgré ses cours réguliers, le jeune Jonah en apprend plus sur certains de ses camarades, dont Mao qui a une vie de famille malgré son boulot pour le moins original. Les vacances tournent court quand Koko reçoit sa prochaine mission : Dans un pays d'Europe de l'Est en proie aux tensions, elle devra déposer un chargement... mais aussi plusieurs médecins d'une ONG qui ne peuvent entrer légalement dans la nation. Sur place, un redoutable ennemi les attend : Dragan Nikolavi, leader d'une milice aussi puissant qu'influente appelée Baldra...

A chaque volume, la série de Keitarô Takahashi propose de nouvelles péripéties pour la bande de Koko, et c'est une forme à peu près inédite que prennent ces nouvelles aventures. Plus que du trafic d'arme ou une confrontation directe face à un ennemi défini de Koko, la petite bande va devoir jouer d'astuce pour introduire à groupe de médecin humanitaires dans un pays en proie aux conflits et aux crimes de guerre.

Un pitch simple, mais aussi particulièrement parlant puisqu'il fait écho à des situations tristement actuelles de notre société, mais qui garantit d'emblée une nouvelle lecture efficace. Et c'est le cas, notamment parce que la nouvelle mission de Koko n'est pas avare, une fois encore, aux rebondissements en tout genre, et que les phases de négociation diplomate font l'objet d'un savoureux jonglage avec des moments d'action pure. L'intensité est donc au rendez-vous, de même pour les retournements de situation qui parviennent toujours à utiliser le petit casting de la série comme il se doit. Certes, certains retournements de situation sont souvent prévisibles, et on ne sent jamais vraiment Koko et sa bande en danger. Néanmoins, le divertissement fonctionne comme il se doit, et on n'en demande pas tellement plus à l’œuvre de Keitarô Takahashi.

Chose appréciable, on notera toujours les petits développements très ponctuels de la bande principale de la série. Tandis que Jonah présente toujours plus d'humanité, l’ambiguïté dont fait preuve Koko donne toujours une saveur toute particulière à la protagoniste. Souvent discret, Mao a droit à son petit focus en tout début de tome, une séquence d'ailleurs appréciable pour son côté insouciant et comique, ce qui tranche avec le reste de la série et fait beaucoup de bien.

En toute fin de tome, c'est une nouvelle mission qui s'ouvre. Cheminement classique, certes, mais il semblerait que l'auteur prépare quelque chose d'un poil ambitieux vis à vis de Valvet. On referme donc ce cinquième tome avec une pointe de curiosité, dans l'espoir d'un prochain volume qui mette comme il se doit la mercenaire extravagante à l'honneur.


Chronique 1

Quelque part en mer adriatique, non loin de Dubrovnik, tandis que les troupes de Koko profitent d'un moment de répit à la plage et que certains mecs tentent d'admirer la silhouette de Valmet au risque de le payer très cher, Jonah continue de s'interroger un peu sur le vrai fond de la jeune vendeuse d'armes, et découvre quelques nouveaux détails sur la situation familiale de Mao et Lehm. Mais bientôt, une nouvelle mission ne tarde pas à tomber: dans un pays mis à feu et à sang par un conflit opposant deux factions, il va falloir, sous couvert de transport d'armes, amener sur place dix médecins d'une ONG, emmenés par le dénommé Léon Rivière, important médecin ayant de l'influence jusqu'au sein de l'ONU. Au vu de l'état très tendu du pays, l'infiltration des médecins doit forcément se faire dans le plus grand secret afin de soigner les blessés. Mais la tâche s'annonce délicate quand il faut faire le tout par voie aérienne et, qu'en plus, règne sur les lieux Dragan Nikolavi, leader d'une milice paramilitaire, et reconnu pour ses multiples crimes qui en font l'une des pires pourritures de la planète...

Jusqu'à présent, les missions dans Jormungand sont restées très divertissantes mais plutôt simples dans leur déroulement, et ce n'est pas ce cinquième volume qui va changer la donne: l'affaire et l'opposition amenée par Dragan suivent un déroulé classique et rapide, tandis que la question du transport aérien (où Koko n'est pas la plus à l'aise car cela apporte des restrictions plus fortes qu'en bateau par exemple) ne reste exploitée qu'en surface. Mais pour le reste, Keitarô Takahashi fait bien le job: tout en proposant de l'action très vive et ne traînant jamais trop (quitte à encore prendre quand même quelques raccourcis de mise en scène, certaines planches où ça pétarade n'étant pas très claires), le mangaka parvient peut-être encore mieux qu'auparavant à distiller certaines choses. On pense ici au doux cynisme de voir des médecins d'une ONG devoir s'en remettre à des marchands d'armes... et, surtout, à ce que notre jolie Koko Hekmatyar peut dégager d'ambivalence. Bien qu'elle soit marchande d'armes, la demoiselle continue d'intriguer, de se nuancer à toutes petites doses, on le voit bien quand elle affirme vouloir éviter à tout prix que Jonah devienne un tueur dénué d'âme. Sans oublier les quelques observations de Jonah sur elle, le jeune garçon comprenant peu à peu que la demoiselle masque sûrement toutes ses vraies émotions derrière son visage toujours souriant.

Occupant plus de 150 pages, cette mission remplit donc aussi vite que bien son rôle. Le dernier chapitre du volume, lui, ouvre des choses on ne peut plus intrigantes, entre le choix personnel que semble faire Valmet, et l'installation d'un trio d'assassins qui n'augure rien de bon pour Koko... En attendant de voir ce que cela donnera, la série se rapproche déjà tout doucement de sa moitié en se révélant toujours aussi efficace, tout en distillant à petites doses des choses toujours plus prometteuses.
   

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Takato

15 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14.75 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News