Himizu Vol.1 - Actualité manga

Himizu Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 29 August 2019

Après le très bon Saltiness puis un Gereksiz qui était intéressant mais donnait l'impression d'être un peu incomplet, Minoru Furuya revient dans la collection WTF?! des éditions Akata en cette fin août, avec l'une des oeuvres les plus renommées de sa carrière, si ce n'est la plus renommée. Dessinée en 2001-2002 pour le Young Magazine de Kôdansha au Japon, Himizu est la série qui a marqué un virage dans la carrière de Furuya, avec l'émergence chez lui d'un aspect beaucoup plus social, au détriment des gags-mangas qu'il dessinait jusqu'à présent. Rééditée à plusieurs reprises dans son pays, cette oeuvre en 4 tomes a même connu, en 2011, une adaptation en film réalisée par le formidable Sion Sono.

Résumer en quelques mots l'histoire de Himizu ? Cela semble bien compliqué, car il s'agit avant tout d'un portrait d'adolescents qui, dans leur année de collège, traversent chacun à sa manière un profond vide existentialiste, car chacun d'eux se confronte à des problèmes entrant en résonance avec notre société contemporaine. Certains d'entre eux rencontrent de graves problèmes, en tête celui qui est en quelque sorte le personnage principal, Sumida, dont la vie familiale est pour le moins inexistante, comme on pourra le découvrir au fil des pages: un père qui n'est plus qu'un épave et se traîne jusque chez le jeune garçon de temps à autre avant de se faire chasser, une père quasiment absente car fricotant avec un pêcheur dont elle s'est entichée, une habitation se limitant à un container aménagé... D'autres n'ont tout bonnement aucune idée de l'orientation à donner à leur vie, à leur avenir, voient tout simplement leurs rêves se briser dès ce jeune âge, comme celui du loser et "apprenti mangaka" Akada qui est brimé par d'autres.

Dans de telles conditions, sans repères, dans une société froide, comment combler ce vide de l'existence ? Sumida s'est fixé pour règle de vie de rester seul et de ne se mêler de la vie de personne, pour ne pas déranger qui que ce soit, lui qui est tout bonnement laissé à l'abandon par ses parents comme si sa vie n'avait aucun intérêt. Son pote Shôzô, lui, tente de dénicher un objectif à travers une obsession pour l'argent, qu'il pense être la meilleure solution pour vivre heureux, si bien qu'il vole les autres. Akada tente tant bien que mal de croire encore en ses rêves de mangaka, quitte à être trompé. Chazawa, une camarade de classe de Sumida permettant notamment toute une réflexion sur l'idée de tuer ou de se tuer, semble vouloir se jeter maladroitement dans un amour pour notre héros. Egalement, le sexe ne semble pas très loin pour essayer de combler le vide qui peut l'être... mais tout ceci est-il suffisant et peut-il réellement sauver ces jeunes ?

C'est un portrait choral d'une jeunesse à la dérive et endolorie que l'auteur croque alors, de manière déjà assez riche, souvent sans traîner, et sur un ton où l'on devine déjà la patte qu'il s'appliquer à développer par la suite. Via les pérégrinations complètement vaines de certains personnages (Akawa en tête) qui pourraient presque pousser à rire jaune, le cynisme typique de l'auteur n'est déjà pas très loin. De même que son goût pour les expressions faciales alternant entre réalisme et exagérations, pour les décors urbains très présents ou pour les angles de vue réfléchis.

Du côté de l'édition, Akata livre une très bonne copie, avec un papier assez épais, souple et sans transparence, une bonne qualité d'impression un travail soigné sur le lettrage et les onomatopées, une traduction immersive de Gaëlle Ruel... Notons que les jaquettes de l'édition française ont dû être adaptées par nécessité, car l’éditeur japonais n’avait plus de fichiers à fournir à Akata pour les illustrations d’origine. Le résultat est somme toute très convaincant et donne une assez bonne idée du contenu et de l'ambiance, avec ce noir profond et un Sumida désabusé.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News