Hi Score Girl Vol.6 - Actualité manga

Hi Score Girl Vol.6

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 05 June 2020

Haruo répond au défi lancé par Hidaka. Tous deux doivent s'affronter sur trois jeux différents, afin de décider de leurs avenirs. En cas de défaite, Hidaka renoncera à Haruo. Mais si elle gagne, alors il devra accepter de sortir avec elle. La détermination de la demoiselle est à son paroxysme... mais celle du garçon aussi.
En parallèle, le quotidien d'Akira est plus qu’éreintant. L'institutrice Moemi redouble de sévérité, empêchant la moindre distraction pour la jeune fille qui ne peut même pas toucher à la moindre console. Évidemment, revoir Haruo est plus que compromis...

Le début de ce sixième volume s'ancre sur le défi qui faisait le cliffhanger du quatrième tome. L'heure est à la rencontre tant attendue entre Hidaka et Haruo, dont dépendra toute leur relation. Étonnamment, cette partie du récit ne s'éternise pas, Rensuke Oshikiri se montrant assez dynamique pour boucler cette intrigue. On pourrait trouver ça un poil court, mais le mangaka explore assez bien les sentiments de la demoiselle qui s'attire sans mal notre empathie. Nuls doutes que l'auteur n'en n'a pas tout à fait fini avec elle, celles et ceux qui ont vu l'anime le savent bien...

Finalement, la séparation avec Akira annoncée au volume précédent n'est que de courte durée, puisqu'elle est de nouveau le centre véritable de cet opus. Après avoir fouillé son passé et ses origines, justifiant le rapport qu'elle a avec les jeux-vidéos et Haruo qui est une sorte de sauveur qui lui a retiré ses chaînes, la suite du récit se concentre sur le moment présent. Par une relation à distance dans laquelle la pétillante Makoto, grande sœur d'Akira, s'insère en tant que maillon manquant, c'est une bien jolie alchimie qui est dépeinte. Les sentiments des deux personnages sont très joliment abordés par le prisme du jeu-vidéo, de manière très différente cette fois, l'art vidéoludique leur permettant de se parler avec sincérité, malgré les kilomètres qui les séparent. C'est très joli dans l'idée, en plus d'amener une tendresse de plus en plus forte au sein du binôme.

Tout ce focus s'intéresse aussi à Moemi, cette préceptrice tyrannique qui, à la surprise générale, montre un visage assez neuf dans ce tome. Par ce personnage, on ressent la frustration d'un auteur qui n'a que trop reconnu le mépris des adultes pour les jeux-vidéos et autres technologiques nouvelles. On y voit un souhait, celui de la compréhension mutuelle, et il s'en sert pour faire avancer son intrigue comme il se doit. Au fil des tomes, Hi Score Girl montre une patte très personnelle vis à vis du mangaka, de manière différente de Bip-Bip Boy, le manga partiellement biographique du mangaka et qu'on pourrait rapprocher de Hi Score Girl sur certains points.

Alors, même si Hidaka n'a peut-être pas les honneurs qu'elle mériterait dans cet opus, la suite de la série se révèle toujours aussi merveilleuse de bons sentiments, de tendresse et de sincérité. Sans jamais tourner en rond, Rensuke Oshikiri manie sa comédie sentimentale d'une main de maître, son récit ne nous lassant jamais tant son atmosphère est envoutante, à la fois drôle et touchante. Il reste encore quatre volumes avant la conclusion, quatre tomes qu'on appréciera sans doute tout autant.
    

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News