Heart Gear Vol.3 - Actualité manga

Heart Gear Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 26 August 2020

Chronique 3

Chrome et Roue ont atteint le Valhalla, un lieu où les gears de combat peuvent s'adonner infiniment à ce pour quoi ils ont été créés, et où résiderait apparemment un moyen de se rendre à Heavenland... mais pour cela, encore faut-il réussir à attirer l'attention du maître des lieux Odin, chose qui ne peut se faire qu'à travers le combat ! C'est donc pour cette raison que Chrome choisit de participer au nouveau tournoi au sein de l'arène du Valhalla, où il devra en découdre avec Hildr, la reine invaincue battant les uns après les autres ses adversaires. Pendant ce temps-là, Roue a été mise à l'abri par son partenaire, et an rencontre en la camgear défectueuse Rock (alias n°6) un petit compagnon de choix. Seulement, pendant que Chrome s'apprête à entrer dans l'arène, la nature humaine de la fillette pourra-t-elle vraiment rester cachée ?

Avec l'annonce d'un tournoi dans le précédent volume, le troisième tome de Heart Gear avait éventuellement de quoi faire un peu peur: allions-nous tomber dans un bête tournoi classique comme on peut en voir dans nombre de shônen nekketsu ? Cela aurait été forcément dommage pour un shônen SF de ce type qui, pour le moment, a montré des développements intéressants. Et fort heureusement, Tsuyoshi Takaki ne tombe pas dans le piège, en ne faisant de ce tournoi qu'une très brève étape en vue d'autres développements.

Cette petite "partie tournoi" est toutefois bienvenue, en ceci qu'elle vient dynamiser un petit peu plus les choses au travers d'une petite dose d'action, via l'affrontement entre Chrome et Hildr. Concrètement, c'est plutôt bref, ça va à l'essentiel, ça apparaît donc assez classique y compris dans les pensées des deux combattants. Pire, une petite scène vaguement fan-service sur le corps de Hildr pourra agacer légèrement un peu avant d'arriver à la moitié du tome. Alors que la reine invaincue du Valhalla est plutôt classe dans sa tenue de départ, pourquoi la dévêtir partiellement d'un seul coup pour exhiber ses formes exagérées ? Ca peut faire sortir de la lecture, le temps de ces quelques pages. mais heureusement ce n'est qu'un détail, car à côté de ça l'auteur maîtrise son petit combat via des planches dynamiques et fluides, qui savent jouer non seulement sur des vues assez variées, mais aussi sur le cadre de l'arène avec en fond des spectateurs et décors suffisants. Mais surtout, derrière l'affrontement se cache un travail réellement intéressant sur Hildr qui, à l'instar de Rock ou de Chrome, n'est pas un robot comme les autres, en ceci qu'elle aussi cherche à réfléchir sur ce qu'elle est et sur sa condition.

Et c'est bien en cela que réside le plus gros intérêt du volume. Ce n'est pas nouveau dans la série: depuis le début, Takaki a déjà livré différents portraits de robots qui, bien que l'humanité ait disparu, poursuivent inlassablement, sans se poser de questions, ce pour quoi ils ont été programmés, quand bien même ces ordres datant d'il y a quelques siècles sont devenus complètement caduques. Ici, le mangaka poursuit donc sa réflexion sur l'autonomie de ces créatures robotiques dans un monde post-apocalyptique où leur raison d'être semble souvent vaine. Chrome a développé de lui-même le désir de protéger Roue. Par con aspect défectueux, Rock a pu développer une certaine conscience le poussant à faire des choix par lui-même (comme épauler notre héroïne), même s'il ne comprend pas encore tout de ce qui le pousse à agir. Quant à Hildr, elle non plus n'agit pas sans raison, et cherche à se découvrir elle-même à travers le tournoi. Mais en face d'eux se trouve en Odin un vrai antagoniste qui, de son côté, est complètement dépendant de son programme de base et ne cherche à se poser aucune autre question que celles lui permettant d'aller toujours plus loin dans le combat. Et à ce titre, Roue risque bien d'en faire les frais, au fil d'une dernière partie de tome assez haletante et promettant une suite d'autant plus prenante.

A part ça, on notera une petite bévue dans l'édition française, avec un changement de nom en cours de route, Vordan devenant ici Odin. En réalité, il s'agit d'un changement beaucoup plus cohérent, dans la mesure où le cadre du Valhalla est fait de références à la mythologie nordique (Valhalla, Odin, Hildr...), mais il aurait été sympathique de signaler ce changement, ne serait-ce qu'avec une petite astérisque d'"excuse" (rien de dramatique, ça s'est déjà vu).

Mais quoi qu'il en soit, Heart Gear s'offre ici un très bon volume, donnant de plus belle l'envie de découvrir la suite des aventures de Roue, de Chrome et de leur entourage.


Chronique 2

Roue et Chrome sont parvenus jusqu'à l'enceinte du Valhalla, une immense arène où les gears ne cessent jamais de se battre! Pour atteindre leur objectif nos héros sont contraints de franchir cette étape, et alors que Roue tente de cacher son humanité, Chrome n'a d'autre choix que de participer aux affrontements, ce qui va l'opposer à un gear surpuissant qui vient d'annihiler de nombreux adversaires!

Avec ce tome il semble déjà loin l'aspect contemplatif du premier opus qui nous proposait de vastes paysages, des moments apaisants malgré le désert à perte de vue...tout dans ce tome n'est que rage, fureur et destruction!
Est ce qu'on doit s'en plaindre? Pas du tout!

Le tome s'ouvre sur le tout début de l'affrontement entre Hildr, le monstre de puissance qui a fait place net dans l'arène jusque là, et Chrome notre gear de combat dont on ne sait finalement pas grand chose!
Le combat va rapidement prendre une tournure inattendue entre ces deux guerriers surpuissants qui sont à peu près du même niveau...et là l'auteur va nous sortir une résolution du chapeau quasi magique: rien ne semble pouvoir tuer Chrome qui apparaît virtuellement indestructible. C'est peut être un peu excessif pour rester crédible mais surtout pour que le lecteur puisse continuer à s'inquiéter pour ce personnage: si on le sait invincible, chaque affrontement perdra forcément son charme à l'avenir puisqu'on sait que rien ne peut arrêter notre héros. Et même si dans n'importe quelle série on sait que le héros ne peut pas être vaincu (encore que), il doit demeurer faillible...là pour le coup, peut être que Takaki vient de trop en faire trop rapidement!

Au delà de ça, la thématique principale de ce tome est le libre arbitre: celui des humains qui l'ont utilisé pour faire la guerre et celui des gears qui ne savent pas quoi en faire!
On a d'un coté quelques gears qui se posent des questions et commencent presque à ressentir des émotions (Chrome se demande même si ce qu'il ressent à un moment est bel et bien de la colère) et de l'autre on a la masse de gears créé pour le combat et qui ne savent rien faire d'autre, à tel point que lorsqu'on les libère de leurs "obligations militaires", ils commencent à s'entretuer, à la recherche désespérée d'adversaires!

Malgré l'action largement prédominante dans ce tome (le final est particulièrement épique, avec un Chrome luttant seul contre une horde de gears, le tout mis en scène de façon magistrale par l'auteur qui nous délivre ici des planches grandioses), Takaki n'en oublie pas les thèmes essentiels allant avec le genre touchant à la robotique, à savoir la pensée consciente...c'est bien fait et bien amené!
Au milieu de tout ça, l'auteur trouve même le moyen de nous en apprendre un peu plus sur les origines de Chrome (cela reste encore floue, mais ça commence à se dégrossir).

Un volume vraiment prenant, d'une grande intensité et remarquablement dessiné! On attend la suite avec impatience!


Chronique 1

Afin d'obtenir des informations sur Heavenland, le lieu où ils pourraient trouver une solution afin de sauver Zett, Roue et Chrome se rende au Valhalla, une gigantesque arène gérée par le puissant Odin. Pour obtenir le renseignement tant espéré, une seule solution : Chrome doit participer à des affrontements et battre l'invaincu Hildr, un gear particulièrement redoutable. Pendant ce temps, Roue observe la bataille de son amie dans une pièce où elle rencontre Rock, un gear caméra de surveillance qui a développé une identité et une volonté propres...

La série a pris la forme d'un tournoi pour son nouvel arc, un schéma qu'on attendait pas spécialement dans un titre comme Heart Gear mais qui se prêtait finalement bien à l’œuvre, tant la compétition dépeinte permettait de planter quelques enjeux et de guider naturellement nos deux héros vers leur objectif. Ainsi, ce troisième volume poursuit l'épisode du Valhalla, sans l'achever pour l'instant, mais en le développant de manière soignée et satisfaisante.

Pour Tsuyoshi Takaki, toute cette partie de l'histoire est l'occasion pour lui de dépeindre des affrontements spectaculaires entre machines. Le récit ne perd pas vraiment de temps, si bien que le grand combat entre Chrome et Hildr est rapidement montré. Une scène qui n'est d'ailleurs pas l'aboutissement de l'arc et permet de lancer bien d'autres choses, soit une excellente manière de développer l'intrigue tout en apportant de multiples rebondissements et pas mal d'évolutions de personnages.

Ainsi, entre deux grands moments d'action, on apprécie toute la relation mise en place entre Chrome et Hildr, un gear développé comme il se doit et dont l'histoire fait sens vis à vis de l'arc actuel, en plus d'apporter quelques ouvertures bienvenues sur la nature des gears. Difficile de prévoir si Hildr sera un personnage qui existera sur le long terme, mais toute l'alchimie dépeinte entre les deux concernés est des plus prenante, tandis que leur combat vient donner quelques approfondissements de plus à Chrome, une machine si sophistiquée qu'elle semble cacher encore quelques mystères.

Et en parallèle, toute la partie autour du Valhalla prend de plus en plus d'ampleur, notamment parce que tous nos personnages trouvent un adversaire commun. Dès lors, les rebondissements sont légion et des enjeux forts sont progressivement amenés. C'est parfois un peu classique dans la formule, mais l'ensemble n'en reste pas moins bien géré, brillant notamment grâce à tout l'univers mécanique et futuriste de la série. L'amour de l'auteur pour le genre se ressent tant celui-ci apporte sans cesse de nouveaux développement sur son monde où la machine règne, une orientation qui donne en permanence une petite profondeur d'univers au récit.

Très bien rythmé et globalement intense, garni de développements saisissants entre deux phases d'action visuellement époustouflante, ce troisième tome de Heart Gear confirme une nouvelle fois toutes les qualités de la nouvelle série de Tsuyoshi Takaki. Une œuvre bien menée dont on attendra avec une certaine impatiente le quatrième opus.

Petite remarque néanmoins sur la traduction : On assiste à un soudain changement de nom de personnage, Vordan devenant Odin. Un peu déroutant (et difficilement compréhensible), mais voilà qui peut déstabiliser au début de la lecture de ce tome.
   

Critique 3 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

16 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News