Girls' Last Tour Vol.4 - Actualité manga

Girls' Last Tour Vol.4

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 30 October 2020

L'errance de Chito et de Yûri dans le monde dévasté et au sein de la civilisation éteinte semble, à chaque volume, devoir être marquée par une rencontre, ainsi ce quatrième opus ne déroge-t-il pas à la règle... mais avec, cette fois-ci, un nouvel être vivant un peu particulier ! Sorte de petite bestiole blanche longiligne à la frimousse toute simple, l'animal est d'abord pris par nos héroïnes pour un chat, étant donné qu'elle n'en ont jamais vu, si bien qu'elles le nomment Luchat, suite à des mots que la créature a pu prononcer de manière énigmatique. Le temps de quelques chapitres, l'étrange mais mignonne bestiole accompagnera les deux jeunes dans leur périple sans but, jusqu'à peut-être leur servir en quelque sorte de guide...

Au fil de ces chapitres, la présence de Luchat est intéressante, ne serait-ce que parce qu'elle anime de manière un eu inédite le récit et que la petite bête a une bonne bouille. Mais surtout, l'animal finit, involontairement, par avoir de discrètes répercussions sur le parcours des deux jeunes filles. Cette nouvelle rencontre les pousse notamment à repenser aux précédentes, et de se questionner sur le sentiments de solitude qu'elles pourraient avoir quand elles ne sont que toutes les deux, seules dans leur errance. Mais suivre Luchat finit également par les faire atterrir en un lieu où elles pourraient bien faire quelques découvertes, ce qui est l'occasion pour elles de s'intéresser de manière un petit peu plus prononcée au passé de ce monde. Car même si la civilisation n'est plus, nul doute qu'elles ont quand même des choses à apprendre de celle-ci, ne serait-ce que pour leur bien-être intérieur.

"On est seules depuis tant de temps, mais quand on réalise que plein de gens ont aussi vécu ici avant... on se sent peut-être un petit peu moins seules, non ?"

Le dernier chapitre est aussi l'occasion de tester l'amitié entre nos deux héroïnes, mais en dehors de tout ceci Tsukumizu ne s'écarte jamais de l'atmosphère si unique de son oeuvre, où le physique simple des deux jeunes filles contraste toujours aussi joliment avec les structures où elles errent, et où elles continuent de poser un regard naïf sur ce qui les entoure. On retiendra par exemple leur petite discussion sur le fait que la Terre tournerait sur elle-même, leur confusion entre un champ mécanique et une forêt (qu'elles n'ont jamais vue), leur observation d'une machine qui bouge en rythme grâce au vent... L'auteur propose tantôt des choses originales, tantôt des choses que le lecteur reconnaît alors que les deux jeunes filles ne les connaissent pas, et cela nous invite toujours à une part de réflexion sur ce qui fait notre civilisation, alors que celle de ce manga est éteinte.

Girls' Last Tour reste ainsi une lecture toujours aussi atypique et savoureuse, au point que l'on en vient à regretter qu'il ne reste déjà plus que deux volumes après celui-ci.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News