Fûka Vol.17 - Actualité manga

Fûka Vol.17

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 21 November 2019

Pris en grippe par l'influente productrice de musique Tomoko Ikoma qui leur met des bâtons dans les roues, les membres des Blue Wells vont devoir se surpasser pour pouvoir poursuivre leur aventure et percer... à condition qu'ils gardent confiance en eux. Ainsi, pour progresser, ils ont décidé de s'accorder une pause et de partir chacun de leur côté pendant un bon mois. Sara en Angleterre, Makoto auprès de Tomomi, Nachi chez le patron... Yû et Fûka, eux, se voient confier par Nico une chanson restée inachevée des Hedgehogs, en leur confiant la mission de la finir et d'en faire un succès, eux qu'il voit comme les possibles dignes successeurs des Hedgehogs. Et dans la foulée, il en profite pour dévoiler à nos deux héros les origines des Hedgehogs...

Entamé dans le tome précédent en se révélant intéressant, le flashback sur la naissance des Hedgehogs s'achève ici plutôt vite et de façon assez classique, amis en faisant ressortir ce qu'il faut, à savoir les raisons du choix de quitter le groupe qu'avait fait son fondateur Nishibe à l'époque, et surtout le point commun entre les Hedgehogs et les Blues Wells, deux groupes ayant perdu un membre qui, pourtant, reste toujours dans leur mémoire puisque sans ce membre manquant ils n'auraient jamais été réunis...

Après ça, l'heure est venue de retrouver chacun de nos héros dans son mois d'entraînement, pour un résultat qui aurait pu être beaucoup plus prenant si Kouji Seo ne montrait pas, une nouvelle fois, cette absence de subtilité et de bonne construction dont il a parfois le secret. Ainsi, chaque cas est pourtant intéressant au départ sur le papier: Yû et Fûka doivent progresser notamment en anglais, Sara se confronte à retour à la terre ferme en Angleterre, Makoto a besoin de faire le point sur lui-même auprès de Tomomi, Nachi est en plein doute en se sentant bien moins talentueux que ses partenaires... Il y a par-ci par-là quelques réflexions très intéressantes, notamment via la discussion entre Makoto et Tomomi, mais à part ça pas grand chose d'autre ne convainc vraiment, à commencer par l'irruption improbable de la star mondiale Shelly Hornet dans l'appartement de Yû et Fûka. La miss est censée les aider à s'améliorer, mais l'auteur préfère se perde dans quelques quiproquos très lourds et beaufs ainsi que dans des pointes de fan-service mal amenés. Plutôt dommage de combler les pages avec ça quand, pendant ce temps-là, les entraînements en eux-même sont très peu mis en valeur. Et puis, de base, le fait qu'une star mondiale disparaisse dans la nature pendant un mois comme ça, qui plus est quand les médias du monde entier en parlent sans faire tilter nos héros, c'est grotesque.

C'est un peu le même topo concernant les trois autres membres du groupe: alors que leurs tourments sont au départ intéressants, Seo n'en fait vraiment pas grand chose, fait très vite passer le tout, voire se perd encore dans quelques éléments peu convaincants puisque pas du tout préparés, en tête desquels le revirement dans la relation Makoto/Tomomi, un aspect qui aurait pu être très bon s'il ne semblait pas sortir autant de nulle part. Et puis bon, dans le genre peu crédible, le fait que nos héros progressent autant en un seul petit mois d'entraînement se pose là aussi.

Ne soyons pas trop mauvaise langue: au moins, le récit avance sans trop traîner, et la lecture reste facilement prenante. Mais le fait est que la construction du scénario reste ici maladroite, parfois poussive et un peu hors-sujet dans certains instants ecchi mal amenés. A désormais 3 volumes de la fin de la série, on attend forcément un peu mieux de la suite !
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

11.75 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News