Fille du Temple aux Chats (la) Vol.5 - Actualité manga

Fille du Temple aux Chats (la) Vol.5

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 17 September 2019

L'été se poursuit pour Gen dans la petite ville de campagne ainsi qu'au sein du temple où il habite désormais depuis quelque temps, et l'adolescent continue de profiter de ce quotidien estival ô combien dépaysant. Promener l'amusant chien Ten en compagnie de Chion, faire un tour avec elle à la piscine de l'école qui est ouverte à tout le monde pendant les vacances, observer la jeune femme s'amuser à reparcourir le lycée qu'elle a fréquenté il y a quelques années, la voir se préparer pour les bénédiction du obon où les bonzes passent dans chaque maison, profiter tout simplement d'un petit feu d'artifice en groupe... Par le biais de dessins soignés, de décors joliment mis en avant, Makoto Ojiro n'a, une nouvelle fois, aucun mal à faire ressentir aux lectrices et lecteurs le charme de cette province à la fois calme et chaleureuse, de ses recoins, et de l'été qui y bat son plein.

Ce cinquième volume, toutefois, est marqué par l'entrée en scène d'un nouveau personnage: Tsurane, une amie d'enfance de Chion, ayant déménagé à Tokyo depuis quelques années, et revenant faire un petit tour dans sa province natale. Là où l'auteur aurait pu s'enfoncer dans d'habituels clichés de contraste entre la tokyoïte et la campagne, il n'en est quasiment rien, et Tsurane jouit d'un petit caractère un peu taquin envers Gen, tant elle devine sans difficulté l'intérêt de l'adolescent pour Chion. Cela donne lieu à quelques petites scènes sympathiques et qui n'en font pas trop, affirmant alors tout naturellement l'attirance de notre héros pour la jeune femme dans l'atmosphère estivale.

Car évidemment, Chion conserve tout son charme ici, la fameuse fille du temple aux chats montrant toujours une personnalité attirante, entre son côté joyeux, le courage qu'elle montre toujours dans ses tâches quotidiennes, ses instants plus espiègles comme lors du passage dans le lycée, ou même des petits moments de faiblesse comme la fièvre qui la touche et qui déstabilise encore plus Gen... Seul élément dommage: les quelques moments où l'auteur insiste de façon un peu trop prononcée sur le fessier de son héroïne, entre autres. La jeune femme dégage suffisamment de charme authentique pour que le mangaka puisse éviter ce genre de cases un brin racoleuses, donc à force ça reste toujours un petit peu lourd.

Reste qu'en dehors de ça, on reste ici sur une tranche de vie tout à fait agréable, qui ne raconte pas grand chose et qui le fait bien.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News