Dragon Ball Super Vol.5

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 29 November 2018

Critique 2


Zamasu et Black Goku ont fusionné, donnant naissance à un nouveau Zamasu surpuissant qui met en échec Goku et Vegeta malgré une belle résistance; mais nos deux héros ne baissent pas les bras, pas plus que Trunks prêt à tout pour sauver sa planète, ou du moins ce qu'il en reste!


Et alors que la situation semble se renverser, l'impensable se produit...tout est désormais perdu...ou presque...


Volume charnière que celui-ci puisqu'il voit la fin de l'arc de Trunks du futur et le début de la mise en place du tournoi des différents univers...Et nous ne sommes qu'au tome 5! Pas moins de trois arcs ont déjà été traités en moins de cinq tomes! Ça ne choque personne? 


Tout est extrêmement rushé, rien n'est approfondi, tout ce qui devrait être important et symbolique n'en devient qu'anecdotique; et on atteint des sommets avec la conclusion de l'affrontement entre nos héros et Zamasu!  


Bien que purement fan service, on était tout de même très contents de retrouver Vegetto! La classe! Mais il ne sera resté que quelques pages pour que Goku et Vegeta terminent l'affrontement en étant épuisé et blessé. Mais qu'importe, ils vont puiser au fond de leurs ressources, Trunks va intervenir, on y croit, on attend, on mérite, un final épique! Et cela en prend le chemin avec un Zamasu qui se multiplie (rien que ça), avec des planches qui font directement écho à l'OAV Metal Cooler! Une nouvelle fois l'hommage et les clins d’œil de Toyotaro frôlent avec le plagiat...mais qu'importe puisque cela reste du fan service agréable...mais est ce que Toyotaro est capable de faire autre chose que du fan service? 


A côté de ça, soyons honnêtes, après Cell, après Boo, voir un nouvel antagoniste immortel qui se régénère, cela devient lassant, et est aussi la preuve d'une paresse ou d'un manque d'imagination de Toriyama (ou les deux). 


Ceci dit, à ce stade du récit on est dans de bonnes dispositions, on se laisse porter par les rebondissements, nos héros sont dos au mur...comment se sortir de cette situation! Par un deus ex machina sorti de nulle part ou presque, nous privant d'une vraie conclusion! Il se produit donc ce fameux événement (que je ne peux pas détailler plus sous peine de vous spoiler totalement), et on reste comme des cons..."Quoi? C'est tout? Tout ça pour ça? C'était aussi facile que ça?" Clairement pas une fin d'arc satisfaisante! 


Ensuite Trunks s'en repart dans son époque avec tous les paradoxes bordéliques que ça implique, mais dont les auteurs se foutent un peu, pour commencer une nouvelle partie! 


Mais avant ça on a droit à un petit chapitre humoristique...trois arcs entiers sont rushés en moins de cinq tomes, mais on prend le temps de nous montrer Goku qui "affronte" des voleurs de voitures...passionnants! 


Et enfin l'arc le plus controversé de Dragon Ball Super va commencer: Zen-O va organiser un grand tournoi rassemblant les dix plus puissants guerriers de chaque univers (enfin les plus puissants...il y a de quoi rigoler)! 


Ceux qui n'ont pas vu l'anime ne peuvent qu'être tout excité par ce qui nous attend, les autres savent à quoi s'en tenir. On a cependant droit à une lutte entre les douze dieux de la destruction plutôt bien mis en scène et vraiment plaisante... 


Un tome vraiment décevant, surtout au vu de ce que le précédent nous avait proposé; on a le sentiment d'être face à deux auteurs à court d'idées qui se contentent de proposer du fan service sans le moindre travail d'approfondissement derrière! On croise tous les doigts pour que Broly vienne nous sauver et nous fasse à nouveau croire dans ce qui fut autrefois une grande saga! 


Critique 1


Zamasu et Black ont fusionné pour donner lieu à un être surpuissant. Gokû et Vegeta font de même, mais n'ont pas le temps de terrasser leur ennemi  qui demeure invincible. C'est alors que Gokû, qui a atteint une maîtrise parfaite du Super Saiyan Blue, parvient à tenir tête à son adversaire... Mais cela suffira-t-il ?


Ce cinquième tome, qui se déroule en deux temps, apporte un véritable chamboulement à Dragon Ball Super puisque l'arc Trunks du Futur se conclut sur toute la première moitié du volume. Un arc qui se sera montré beaucoup plus convaincant que les deux précédents, notamment grâce à une intrigue plus construite et une utilisation intéressante du contexte du futur de Trunks, associé à la mécanique des différents univers introduite dans cette suite.


Alors, sur deux premiers longs chapitres, on assiste à une conclusion riche en rebondissements et qui ne laisse pas vraiment souffler le lecteur, quitte à partir dans des pirouettes scénaristiques pas toujours expliquées. Reste que le combat entre Gokû et Zamasu jouit d'une très bonne mise en scène et d'idées de narration efficaces. Néanmoins, la conclusion a largement de quoi diviser tant elle ne ressemble à aucun autre final d'arc de Dragon Ball. En un sens, l'idée de ne pas finir sur un total happy-end est excellente, et répond très bien à la vision des voyages dans le temps développée dans Dragon Ball Super. Un pied de nez à ceux qui attendaient à une conclusion dantesque comme ce fut le cas dans le manga original, mais une fin d'arc qui a du sens. Et plus globalement, on aura apprécié retrouver un semblant de souffle épique, comme nous l'a proposé Akira Toriyama dans l’œuvre originale, même si tout n'est pas encore parfait et que la narration de Toyotaro n'égalera jamais celle du maître.


C'est sans vraie transition que l'arc suivant de la série (et celui qui conclut la série animée Dragon Ball Super) débute : l'arc de la survie de l'univers. Pour l'heure, difficile de savoir totalement à quoi s'attendre, même si quelques pistes nous sont données. Car plutôt que nous balancer de manière brutale les enjeux de l'arc (ce qu'avait fait la communication autour de l'anime lors de sa diffusion) le successeur de Toriyama prend son temps, et arrive à bien mêler le développement de ces enjeux à l'introduction des différents dieux des univers. En termes de découverte, la deuxième moitié de ce tome cinq est véritablement habile, si bien qu'on est davantage fasciné par l'entrée en scène des dieux, des anges et des kaiôshin, plutôt que par l'intrigue elle-même. Un tournoi nous attend, mais son amorce est particulièrement fascinante puisque, contrairement à l'anime, ce n'est pas Gokû et les siens qui ouvrent le bal... Une nouvelle preuve que le manga n'est pas une bête adaptation de l'anime, mais qu'il propose la propre vision de Toyotarô du scénario d'Akira Toriyama.


Le bilan de ce volume dépendra forcément des lecteurs en ce qui concerne la fin de l'arc Trunks du Futur, là où l'amorce de l'arc de la survie de l'univers a de quoi réunir les fans. Il demeure un tome globalement de très bonne facture, rythmé et qui se lit sans déplaisir. Cerise sur le gâteau pour les collectionneurs : la jaquette alternative dessinée par Toyotarô, distribuée de manière très limitée au Japon, nous en proposée en tant que jaquette réversible.


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

13.5 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

15 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News