Dragon Ball Super Vol.4 - Actualité manga

Dragon Ball Super Vol.4

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 26 Juillet 2018

Critique 1


Surpassés par Gokû Black et Zamasu, Gokû et Vegeta sont revenus à leur époque tandis que Trunks et Mai tiennent tête à leurs deux opposants. Disposant d'une journée, Gokû va tenter de maîtriser la périlleuse technique du Mafuba pendant que Vegeta se rend à la salle de l'esprit et du temps pour gagner en puissance... En si peut de temps, pourront-ils obtenir les armes nécessaires pour se débarrasser des deux divinités qui sévissent dans le futur alternatif de Trunks ?


Le combat contre Zamasu et Gokû Black trouve un temps de pause ici, Gokû et Vegeta devant trouver un moyen pour rivaliser avec leurs adversaires. Une énième phase d'entraînement à rallonge ? Pas du tout, l'intrigue d'Akira Toriyama est assez intelligente de ce côté, cette phase d'accalmie étant passée assez vite en revue et se centre surtout sur l'entrée en scène de Shin et Gowasu dans le futur. L'une des forces de cet arc est bien son traitement de l'univers divin de Dragon Ball, plaçant les enjeux à un tout autre niveau que dans les arcs Cell, Freezer et même Majin Boo.


Pourtant, ce tome peut sembler un peu simple dans son écriture. Les rebondissements s'enchainent assez vite et parfois avec une certaine facilité, par exemple les power-up de Gokû et Vegeta ou encore la maîtrise du Mafuba. Un mal pour un bien puisque le récit ne s'éternise donc pas et trouve même un certain rythme tout au long du tome : là où l'anime perdait parfois son lecteur avec plusieurs allers et retours dans le futur, le déroulement de la version manga est plus directe et permet une meilleure compréhension des événements.


Côté action, Toyotaro et Toriyama se sont tous deux fait plaisir étant donné le déluge de transformations et montées en puissance proposées. Un schéma finalement semblable à l'arc Majin Boo qui était presque en roue libre de ce côté-là, mais qui aboutit à des séquences de combat bien menées. Les personnages ayant désormais des niveaux divins, la surenchère de puissance est encore plus flagrante, et Toriyama n'a pas hésité à peaufiner quelques règles de son univers pour permettre un déluge de rebondissement et de puissance, par exemple avec les potalas...


Une formule qui fonctionne particulièrement bien puisqu'à quelques reprises, Toyotaro montre sa propre identité visuelle et ne cherche plus forcément à copier le style de son mentor, une remarque que Toriyama fait d'ailleurs dans la très intéressante interview de fin de tome. Quelques planches s'avèrent particulièrement puissantes du côté de la mise en scène, là où d'autres peinent encore à montrer du dynamisme. Néanmoins, l'élève s'améliore tome après tome, une évolution qu'on ne peut nier.


Ce quatrième tome de Dragon Ball Super se montre ainsi bien convaincant, beaucoup plus que les deux premiers volumes de la série. Bien que le récit soit rythmé, l'histoire prend son temps pour développer des combats riches en rebondissements, la dimension divine de l'univers continue d'être développée, et Zamasu reste un antagoniste toujours aussi appréciable de par son ambiguïté. L'arc Trunks du futur s'achèvera dans le prochain tome tandis que l'arc de la Survie des univers débutera dans la foulée. Tout un programme, aussi il y a de quoi avoir hâte de lire le cinquième tome !


Critique 2


Goku et Vegeta, après un premier aller retour à l'époque de Trunks, sont contraints de retourner à leur époque en abandonnant le jeune homme entre les mains de ses deux redoutables ennemis, à savoir Zamasu et Black Goku, qui n'est autre qu'une version d'un univers parallèle de Zamasu s'étant emparé du corps de Goku !
Après une courte préparation ils retournent dans le "futur" pour affronter à nouveau leurs adversaires, mais cette fois la donne va changer !


Ce quatrième tome de DBS arrive en France après plusieurs polémiques concernant le titre, à savoir des problèmes de dessins et de qualité de l’œuvre sur les chapitres à venir, et même une histoire de plagiat concernant Toyotaro...(sans parler de la déception global de l'animé) mais il faut rester objectif et prendre ce tome pour ce qu'il est, indépendamment de tout le reste, c'est à dire une réussite !


Bien que l'arc Zamasu / Black Goku ait été le plus intéressant de l'animé, il possédait malgré tout des longueurs avec des allers retours incessants entre deux époques...ici il n'y en aura qu'un seul, et il sera suffisant pour nous donner tout ce qu'on aime dans Dragon Ball: des affrontements intenses, des méchants classes et redoutables et des héros en grande forme! Si à cela on ajoute quelques nouveautés et quelques surprises alors il y a ici tout pour plaire !
En effet Toyotaro s'éloigne de l'animé sur certains points et ce qu'il nous propose se veut plus intéressant car plus percutant et plus cohérent: on va par exemple découvrir Vegeta en version Super Saiyan Divin, ce qu'on a jamais vu dans l'animé; on va découvrir de nouveaux éléments sur les potalas, notamment les règles de fusion...cela ne change pas radicalement la trame mais ces petits ajouts contribuent grandement à l’intérêt de ce tome !


Pour en revenir aux méchants de cette partie, ils sont clairement les plus intéressants, les plus développés et les mieux construits de DBS, voire depuis un bon moment dans Dragon Ball. Et surtout ils sont deux au même niveau, pas un qui sert l'autre ou qui joue un rôle de faire valoir, nous avons bel et bien deux grands méchants...et ça c'est une nouveauté! Et ça tombe plutôt bien puisque Goku et Vegeta sont deux également, ce qui nous donne deux affrontements intenses et diablement bien mis en scène.
Pour l'heure il n'y a rien à reprocher à Toyotaro, le travail qu'il fournit est remarquable tant dans son dessin que dans sa mise en scène: c'est dynamique et percutant, on en prends plein les yeux, ça va vite et on n'a pas le temps de s'ennuyer !


Il faut bien évidemment évoquer les moments forts de cette partie qu'on trouve dans ce tome à savoir justement les fusions! En premier lieu Black Goku / Zamasu pour un Black Zamasu extrêmement charismatique et bien entendu, celle qu'on attendait tous, à savoir le retour de Vegetto. Grand moment garanti pour les fans !


A l'inverse on ne s'attardera pas sur les libertés (incohérences) que prennent les auteurs (Toriyama pour le coup) sur les voyages dans le temps et les mondes parallèles, on a bien compris qu'il faisait là ce qu'il voulait indépendamment de toute cohérence.


Un excellent tome, sans aucun doute le meilleur de DBS pour le moment... et on redoute plus que jamais l'arrivée du tournoi !


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

17 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News