Détective Conan Vol.37 - Actualité manga

Détective Conan Vol.37

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 01 April 2020

Les fantômes du passé rattrapent l'inspectrice Satô. A l'origine de la mort de l'inspecteur Matsuda, le terroriste ayant frappé il y a trois ans refait des siennes. Ce dernier menace de frapper la Tour de Tokyo, mais Conan et Takagi sont sur place pour tenter de désamorcer la bombe. L'explosion est alors imminente, et Conan joue le tout pour le tout afin de mettre fin à cette affaire...

La fin du volume précédent nous laissait sur un certain suspense, et c'est tout naturellement que ce début de 37e tome vient y répondre, achevant par la même occasion cette intense affaire avec son premier chapitre. C'est une conclusion sans rurpsie que nous livre Gosho Aoyama, puisqu'on s'attendait évidemment à ne pas voir périr Conan et Takagi. Néanmoins, malgré ce côté prévisible, c'est une conclusion bien menée qui nous est offerte, et qui permet de conclure une partie de l'évolution de l'inspectrice Satô.

La suite de cet opus nous offre deux nouvelles affaires, très classiques a priori. La première notamment, mais celle-ci revêt un intérêt certain : Pour une fois, Kogoro est livré à lui-même (ou presque), un joli hasard faisant que Conan ne peut invoquer « Kogoro l'endormi ». Plus que l'enquête, très classique puisque ciblant un meurtre autour de suspects bien définis, c'est tout le travail sur le détective raté qu'on apprécie. Véritable comic-relief de la série, il est appréciable que l'auteur lui donne plus de considération de temps à autres, et en fasse parfois un enquêteur avec un poil de jugeote. Et aussi drôle soit le Kogoro habituel, c'est celui-ci, charismatique, laissant parler son cerveau et sa détermination, que nous apprécions plus que tout.

La deuxième enquête classique de ce tome, c'est celle autour de la disparition d'un programmeur. Une affaire sans prétention... en apparence seulement. Car Gosho Aoyama fait vite monter la tension, en nous offrant une piste sur les fameux hommes en noir. Dès lors, et ce même si l'enquête en elle-même reste intéressante à suivre, ce sont ses retombées qu'on attend avec une impatience folle.

Il convient alors de ne pas trop en dire, mais la patience des lecteurs est à nouveau récompensée par un auteur qui remet sérieusement son scénario central en avant. Plusieurs pistes sont volontairement réintroduites, notamment le mystère autour de l'intrigant Shûichi Akai, tandis que toute la fin du tome, sous couvert d'une autre petite affaire pas encore achevée, vient concerner l'Organisation. Un début d'affaire plein de tension, d'ailleurs, l'auteur nous faisant sentir à merveille tout le danger derrière les antagonistes de la série.

Mieux vaut donc avoir le 38e opus à porter de main quand on s'attaque à celui-ci, car il y a de quoi avoir hâte de découvrir les retombées de tous ces événements. La seconde moitié de ce 37e volume apporte donc un grand intérêt à l'ensemble du tome, celui-ci jonglant alors entre affaires bien menées, avec une plus value à chaque fois, et début d'un arc plus prometteur sur les hommes en noir.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News