Détective Conan Vol.30 - Actualité manga

Détective Conan Vol.30

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 26 July 2018

Critique 1


Et nous voilà déjà au tome 30 de cette magnifique série ! Gosho Aoyama se devait de marquer le coup et il nous réserve quelques belles surprises pour l'occasion.

On commence par une première affaire mettant en scène les inspecteurs Miwako Sato et Wataru Takagi. Conan, Ran et Kogoro Mouri reviennent de leur récente aventure à Osaka et ils rencontrent les deux inspecteurs dans leur train de retour, escortant un suspect vers la gare de Tokyo. Pour leur malheur, ils commettent une bavure monumentale lorsque leur suspect se suicide dans les toilettes du train mais Conan suspecte rapidement qu'il s'agit en réalité d'un meurtre. Quelqu'un voulait faire taire le suspect et le seul moyen pour les deux inspecteurs de sauver un tant soit peu leurs carrières respectives est d'arrêter le véritable coupable avant leur arrivée en gare.

On trouve dans cette intrigue tous les ingrédients d'une affaire réussie: un mystère prenant que le lecteur doit tenter de résoudre, une romance qui se développe de plus en plus entre ces deux inspecteurs aux tempéraments si différents et la présence de vrais enjeux narratifs pour les personnages, ainsi qu'une bonne dose d'humour. Le tout est parfaitement géré à l'aide d'une narration maîtrisée pour un plaisir de tous les instants. Le mystère, quant à lui, repose sur une idée bien pensée, même si l'auteur se laisse aller à quelques facilités comme un code incompréhensible pour le commun des mortels. A croire que, dans le monde de Conan, des individus normaux sont soudain pris d'éclairs de génie que même des enquêteurs professionnels ne parviennent pas à comprendre, mais bon... du moment que l'auteur continue à nous raconter de bonnes histoires, on n'est pas vraiment à ça près. En prime, Gosho Aoyama introduit un nouveau personnage pour développer un peu l'environnement policier: Yumi Miyamoto (agent de la circulation) vient ainsi apporter un peu de piment et beaucoup d'humour aux affaires de coeur de ses collègues, réussissant ainsi son entrée avec quelques apparitions cocasses. L'enjeu de cette intrigue pour Gosho Aoyama est donc avant tout d'ordre mythologique: poursuivre certaines de ses intrigues récurrentes tout en développant la profondeur de ses personnages et en introduisant de nouveaux visages qui trouvent rapidement leur place dans cet univers. Un univers qui ne cesse de se construire en permanence et qui est devenu l'une des plus grandes qualités du titre aux yeux des fans, si bien qu'au bout de 70 tomes on ne s'en lasse toujours pas.

La deuxième affaire, qui est certainement la plus emblématique de ce volume, voit la réunion des plus grands détectives du monde, dont la plupart rendent hommage à des personnages emblématique de la littérature ou du cinéma policier comme Miss Marple, Humphrey Bogart ou Sherlock Holmes. La raison d'une telle réunion est de voir tous ces détectives enquêter ensemble (ou presque) sur une des affaires les plus mystérieuses et les plus morbides que ce manga nous ait proposé à ce jour. Pris au piège dans un manoir où se sont déroulés des événements tragiques, nos détectives tentent de percer à jour son fascinant mystère. Mais le spectre des événements d'autrefois réside encore en ces murs et les détectives commencent à s'entretuer. Cette intrigue a un caractère unique au sein de la série car c'est la seule qui n'ait pas encore été complètement élucidée par Conan et qui préserve donc une bonne part de son fascinant mystère. Qu'est-il vraiment arrivé à Renya Karasuma, l'excentrique milliardaire centenaire qui vivait autrefois dans ce manoir et dont la vie entière autant que la mort furent un mystère ? Quelle est la vérité du drame qui s'est déroulé dans ce manoir une cinquantaine d'années plus tôt ? Une ombre continue de planer, des événements tellement graves que l'histoire a préféré les oublier, des coupables qui ont disparu sans laisser de trace une fois leur terrible méfait accompli... Découvrirons-nous un jour la vérité sur cette affaire ou ces faits sont-ils tellement importants que Gosho Aoyama réserve l'heure des grandes révélations à une date ultérieure ?

Cette intrigue, vraiment très intéressante et mystérieuse, prend pas moins de deux chapitres à installer son contexte, notamment la demeure et sa fascinante histoire. Jamais encore l'auteur ne s'était autant attardé sur le contexte d'une affaire, ce qui traduit une certaine importance. La surprise vient alors ensuite du fait que finalement l'enquête qui s'ensuit se déroule assez vite: un simple chapitre d'investigations et un autre intégralement consacré au dénouement, alors qu'on imaginait que cette affaire durerait certainement plus longtemps. Si on prête attention aux détails et qu'on fait appel à un peu de logique, le coupable se devine assez facilement. Pour le reste, l'affaire repose une nouvelle fois sur une sorte de code incompréhensible au commun des mortels que seuls les plus grands détectives du monde semblent en mesure de déchiffrer, mais elle laisse derrière elle encore de bien nombreuses zones d'ombres. Cette bâtisse est loin d'avoir révélée tous ses secrets et les fans continuent d'en débattre encore aujourd'hui, cette intrigue ayant peut-être une importance plus grande que l'on ne l'imagine initialement. Enfin, pour les fans du Goshoworld, on assiste aux débuts de Saguru Hakuba dans Détective Conan. Originaire du manga Magic Kaito, le détective lycéen Saguru Hakuba (inspiré par le personnage de Sherlock Holmes) y est le rival éternel du célèbre magicien voleur, tout comme Conan tient ce rôle dans son propre manga. Avec ses deux ennemis jurés réunis pour la toute première fois, Kaito Kid se devait de faire son apparition, mais je ne vous spoilerais pas la belle surprise que l'auteur nous réserve à cette occasion.

Après les inspecteurs et les célèbres détectives, la troisième affaire varie un peu les plaisirs en revenant dans l'environnement scolaire avec le club des jeunes détectives. Genta Kojima, leur leader autoproclamé, est visé par un mystérieux criminel qui tente de l'éliminer et nos héros doivent découvrir la vérité derrière cette périlleuse affaire où ils risquent une nouvelle fois leur vie. Loin des intrigues précédentes aux enjeux narratifs ou mythologiques importants, on trouve là une petite enquête sympathique avec un déroulement assez classique et un mystère assez simple. On devine facilement la vérité de cette affaire et les mésaventures de Genta sont plaisantes à suivre. Le plus intéressant dans cette affaire reste les révélations faites par Ai Haibara sur l'Organisation Noire, ce qui poursuit légèrement son développement depuis l'affaire du bus du tome précédent.

La quatrième affaire, quant à elle, plaira tout particulièrement aux amoureux des enquêtes puisqu'elle repose entièrement sur le procédé mis en place par le meurtrier pour commettre son crime. L'identité du coupable et son mobile sont connus d'office, et Conan s'en doute lui-même rapidement, tout le mystère reposant alors sur la compréhension du stratagème mis en place qui se révèle cette fois très complexe et qui demande pas mal de logique pour être percé à jour. Pour autant, l'histoire qui sert de contexte autour demeure assez convaincante pour une affaire plutôt standard et elle réussit même à nous rendre le personnage du meurtrier sympathique, au détriment des personnages des victimes qui passent pour les vraies ordures de l'histoire. Partageant en partie le point de vue du criminel, nous assistons progressivement à sa chute alors qu'un enfant de six ans parvient à déjouer ses illusions pour voir l'unique vérité derrière cette affaire. Entre le mystère travaillé et le drame qui se joue sous nos yeux, cette affaire s'avère réussie et plus ambitieuse qu'il n'y parait au premier abord, mais il nous faudra attendre le tome suivant pour avoir le fin mot de l'histoire.

Un 30ème tome toujours très réussi donc, qui ne révolutionne en rien la série mais qui poursuit néanmoins sur son niveau d'excellence habituel. Dans l'ensemble, les intrigues sont toujours aussi passionnantes à suivre et l'univers continue à se développer sous nos yeux. Les personnages vivent leur vie à mesure que la série avance, tandis que de nouveaux visages font leur apparition pour alimenter un monde de plus en plus vivant et riche. Reste l'affaire du manoir qui remporte haut la main la palme de l'intrigue la plus mystérieuse que l'on ait vu dans Détective Conan à ce jour. Connaitrons-nous un jour la vérité derrière l'histoire maudite de cette bâtisse ? Nul ne le sait encore mais cette intrigue continue toujours de passionner les lecteurs qui en débattent encore aujourd'hui. Un très bon tome, en attendant la suite de l'intrigue principale de l'arc Vermouth.


Critique 2


A peine l'affaire Ray Curtis terminée, Conan, Ran et Kogoro retournent chez eux par le train. Les inspecteurs Takagi et Satô sont aussi présents dans le wagon pour escorter un criminel impliqué dans un trafic de drogue, mais voilà que le concerné est retrouvé mort dans les toilettes du train ! Une affaire complexe, car le coupable devrait se trouver dans les alentours...


Avec ce volume, Detective Conan atteint la barre symbolique des 30 tomes ! Ce n'est qu'un petit pas compéra au parcours qu'a fait l'oeuvre de Gosho Aoyama à présent, plus de 90 tomes à l'heure où ces lignes sont écrites, mais cela constituait une importante étape à l'époque.


Pourtant, ce n'est pas avec la première affaire du tome que l'auteur célèbre les trente volumes, celle-ci se révélant assez classique. En trame de fond : la romance entre Takagi et Sato, qui fait beaucoup de surplace comme d'autres sous-récits de la série, mais qui apporte un petit quelque chose en plus. Reste une enquête plaisante à suivre, qui jouit d'une petite intensité étant donné que Conan fait face à une course contre la montre pour résoudre l'affaire... Un nouveau dossier divertissant comme il faut, donc.


L'avant-dernière intrigue du volume, centrée sur Genta, est toute aussi sympathique à découvrir et permet de placer les Detective Boys dans une énième situation critique. On appréciera une résolution suffisament basique pour permettre (pour une fois)à au lecteur de trouver la solution, tandis que l'enquête a pour mérite principal d'être courte et rythmée afin de se montrer efficace d'un bout à l'autre.


Mais le gros morceau se trouve en milieu et volume et constitue une affaire charnière au jour d'aujourd'hui, ceux qui sont à jour sur le manga le savent peut-être... C'est sur cette histoire que Gosho Aoyama semble nous offrir le cadeau des 30 volumes, aussi il réunit une poignée de détectives (fictifs, bien qu'on décerne facilement pour certains d'entre eux des clins d'oeil à des figures connues de la littératures policière ou à leurs auteurs) qui participent à une véritable enquête mortelle. Grâce à un ton macabre vite planté et une belle succession de rebondissement, l'auteur nous offre l'une des meilleures affaires publiées jusqu'à maintenant, faisait de ce trentième tome un volume assez important de la saga Detective Conan.


Enfin, c'est sur un début d'affaire plus ordinaire que le volume s'achève : un meurtre dans un atelier de poterie, un coupable montré au lecteur mais une résolution qui donne du fil à retordre à Conan... un programme assez classique mais satisfaisant, on reste curieux de voir comment l'affaire sera résolue. Mais plus important encore, on espère que ce passage dans la trentaine de volumes fera progresser l'intrigue principale, celle autour des hommes en noir...


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Takato

15 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
GlassHeart

17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News