Demizu Posuka - Postcard Planet - Actualité manga

Demizu Posuka - Postcard Planet

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 09 August 2022

Depuis le grand succès de The Promised Neverland (l'oeuvre qui l'a fait connaître auprès du grand public), l'artiste Posuka Demizu a sans aucun doute acquis une place de choix dans le coeur de nombre de fans, mais aussi au sein du catalogue de Kazé Manga. Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que l'éditeur, qui avait déjà chouchouté TPN avec plusieurs éditions collector entre autres choses, continue de s'intéresser de près aux travaux de l'illustrateur-dessinateur. Ainsi, Kazé Manga a également sorti en France les 4 romans, le superbe artbook et le très dispensable gag manga de TPN, mais ce n'est pas tout puisque l'on a aussi eu droit en septembre 2019 à "Pone", le premier artbook de Demizu, puis en juin de cette année à Miroirs, excellent recueil de 3 histoires courtes ayant à nouveau réuni Demizu et Kaiu Shirai (le scénariste de TPN, pour rappel) autour de la thématique (très libre) Chanel. Et en attendant le recueil d'histoires courtes des deux auteurs qui paraîtra à la fin de ce mois d'août, en juillet nous avons également pu retrouver en librairies l'ouvrage qui nous intéresse ici: Postcard Planet, le deuxième artbook hors TPN de Demizu.

Sorti au Japon en avril 2021 aux éditions Shûeisha, Postcard Planet est un artbook de dimensions 184x221mm (le même format que Pone) proposant 236 pages d'illustrations et de quelques croquis pour un total de plus de 250 images, la très grande majorité d'entre elles étant en pleines pages ou en doubles-pages, afin de profiter au mieux du travail généralement très riche de l'illustrateur. Tous ces travaux ont été réalisés par Demizu entre 2016 et 2021, parallèlement à la publication de The Promised Neverland, généralement pendant son temps libre.

Bien sûr, on y retrouve des éléments chers à l'auteur puisqu'ils étaient déjà bien présents dans Pone (ou même, pour certains, dans TPN): enfants égarés face à d'insondables et gigantesques dangers, éléments mécaniques (les motos en tête), petits êtres pas tout à fait humains, créatures tantôt effrayantes tantôt plus amicales (à l'image de l'adorable illustration nommée "Je peux te faire un câlin ?", où une petite fille câline un imposant dragon), et évidemment décors bourrés d'imaginaire et foisonnant de détails.

Mais il n'est évidemment pas question pour Demizu de re-pomper ce qu'il a déjà pu faire par le passé: si l'on reconnaît immédiatement sa patte et certains de ses gimmicks emblématiques, l'illustrateur ne manque jamais d'idées, parfois très originales, à mettre en image pour le simple plaisir de notre imaginaire, que ce soit des bonbons servant de crypto-monnaie, une maison dans un pot de fleurs, une fabrique de beaujolais dans un tonneau, une brasserie dans un tronc d'arbre, des petits êtres cuisinant des mini-pizzas en étant eux-mêmes sur une grande pizza, un échiquier chocolaté et bien d'autres choses. Egalement, on peut distinguer de nouvelles petites parties thématiques: enfants ailés, fêtes des morts (O-bon et Halloween), fonds marins... Sans oublier le goût de l'artiste pour concevoir des personnages truculents et extraordinaires, comme une enfant-sakuramochi, une criminelle mettant à sac les usines de confection de bonbons, une adolescente au look un peu punk qui vend son âme pour vivre, une boxeuse vampire, des cigales humanisées, une vache-aubergine servant de monture, des champignons-fantômes, etc.

Comme il l'explique dans sa petite postface, Posuka Demizu puise la plupart de ses inspirations de base dans son quotidien, pour ensuite mieux laisser vagabonder son imagination au gré de ses idées, pour donner lieu à ces illustrations souvent si originales, si impressionnantes qu'elle semblent parfois poser les prémisses d'un univers entier, et c'est bien ce qui fait du livre un délice d'imaginaire. Sans surprise, il y a donc de quoi se régaler en laissant nous-même aller notre imagination dans les différentes idées que Demizu met superbement en images, avec ses traits fins et riches, ses perspectives parfois folles et ses colorisations nuancées. Postcard Planet n'aura pas à rougir aux côtés de Pone, surtout pour les fans de la patte Demizu !

Et pour parfaire le tout, Kazé nous offre une édition à la hauteur, avec une excellente qualité d'impression sur un papier glacé soulignant bien les traits et le travail des couleurs de l'artiste, et une traduction des quelques textes (chaque illustrations est titrée) soignée de la part de Sylvain Chollet, traducteur qui était déjà à l'oeuvre sur The Promised Neverland, Pone et Miroirs.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

18 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News