Deathco Vol.6

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 23 Febuary 2018

La rencontre entre Deathko et Deevil ne pouvait faire que des étincelles, étincelles se transformant très vite en une forte fumée qui pourrait tout emporter dans son sillage. Mais tandis que les flammes menacent les lieux, au beau milieu du duel entre la nemesis de Madame M et la jeune fille qui aura la charge de la tuer, une apparition aussi soudaine qu'inattendue pourrait régler l'affaire... Sans forcément surprendre, et même si c'est peut-être un poil rapide, Atsushi Kaneko gère à merveille la dernière étape de la lutte contre Deevil, qui doit à nouveau beaucoup à ses personnages ainsi qu'à ses visuels qui sont, pour le coup, assez violent, tendu et suffocant. Qui plus est, l'issue marque l'arrivée d'un individu "fantomatique" assez intéressant de par sa nature...


Mais à peine une mission est-elle terminée qu'une autre arrive, et pas des moindres, car c'est l'impensable qui tombe pour la nouvelle moisson ! Que cherche la Guilde en osant faire ça ? Une chose est sûre : la nouvelle secoue tous les reapers, avec des réactions très divisées, qui dévoilent à la fois le profond respect des uns pour leur nouvelle "cible" complètement idéalisée alors qu'elle n'est plus que l'ombre d'elle même, et les ambitions des autres... Et Deathko, dans tout ça ? Hé bien, elle régale toujours, tout d'abord pour son attitude habituelle qui reste un délice d'inventivité dans ses façons de tuer et ses joujoux, et de noirceur haineuse et cruelle dans son caractère (pourquoi ne tue-t-elle pas son plus important contrat tout de suite ? Sans doute parce qu'elle attend le pire moment pour le faire, afin de prendre complètement son pied). Mais surtout pour son unicité dans cette situation, étant donné son lien étroit avec Madame M : elle est la seule à avoir le droit de la tuer, ce qui va provoquer une jolie guerre ouverte contre les autres reapers dans la dernière partie du volume ! Qu'on se le dise, sous le trait toujours aussi parfaitement contrasté de Kaneko, sous ses designs fous et sa mise en page tonitruante, de nombreuses têtes vont tomber, et tout un petit univers va s'effondrer (littéralement).


Tout ceci accentue très bien les attentes pour la dernière ligne droite dans le prochain volume. En attendant, Deathco, c'est toujours un modèle d'ambiance très bien orchestré.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News