Comme sur un nuage Vol.3 - Actualité manga

Comme sur un nuage Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 08 April 2021

L'irruption de Makoto dans le quotidien de nos héros n'a pas manqué de bouleverser un peu plus le petit équilibre de leur relation amicale: en affichant clairement sa passion pour Noshiro, cet élève de première année a effectivement encore accentué les interrogations de celui-ci qui, novice sur le sujet de l'amour qui ne l'avait jamais intéressé, s'interroge depuis qu'il a reçu cette première déclaration de sa vie. Aimer, être aimé, qu'est-ce que cela signifie ? Pour y voir plus clair, Noshiro tâche notamment d'en apprendre plus auprès de Hide, l'ex de Sanada. Quant à Sanada lui-même, il est évident que l'irruption de Makoto entre Noshiro et lui le trouble, mais encore faut-il l'accepter désormais. Quant à Ayumi, elle se pose de plus en plus de question sur celui qu'elle aime d'un amour à sens unique... si les rumeurs sur lui étaient vraies, que ferait-elle ?

L'heure est venue pour Comme sur un nuage de tirer sa révérence via un troisième volume tout aussi épais que ses prédécesseurs, avec ses quasiment 240 pages. Et au fil de ce dernier tiers de série, Okura et Coma Hashii ne changent aucunement le ton de leur série. Un ton où, malgré les moments de doutes, malgré certaines déceptions pour quelques personnages, c'est avant tout le côté lumineux et la volonté de compréhension et d'ouverture à l'autre qui priment.

Bien sûr, rien ne sera vraiment facile de ce côté-là, car la plupart des jeunes personnages de l'oeuvre devront se confronter à des moments douloureux, que ce soit Ayumi devant accepter l'impossibilité de son amour, Makoto, ou même la dénommée Natsu qui fait un peu office de catalyseur avant la prise de conscience de Noshiro, Noshiro lui-même qui montre encore quelques petits propos pas méchants mais maladroits et pouvant alors être blessants pour Sanada, sans oublier Sanada lui-même qui devra oser aller à l'encontre de ses craintes liées à son homosexualité. Mais sur tous ces plans, il y a une qualité chez ces jeunes: ils se parlent, se confrontent, tâchent d'avancer en essayant de mieux cerner l'autre, apprennent les un(e)s des autres... avec, à l'arrivée, des choses essentielles et formatrices, comme l'importance d'oser s'ouvrir, se confier, respecter ce que sont les autres tout comme respecter ce que l'on est.

Et dans cette optique, le choix d'un personnage principal comme Noshiro reste salvateur: de par sa méconnaissance totale des choses de l'amour au départ, le jeune garçon pose un regard éventuellement candide sur les relations amoureuses, mais surtout dénué de tous les a priori que la société peut naturellement inculquer, ce qui fait qu'il pose sur les orientation de son entourage un regard qui ne juge jamais et qui veut juste comprendre, y compris sur des choses simples comme la significations des baisers, de prendre la main d'un être cher, d'être tactile, de sortir avec quelqu'un... C'est aussi rafraichissant que fondamental.

Enfin, il faut noter la construction soignée du récit, afin de nous amener jusqu'à un final peut-être attendu et un brin rapide, mais réussi. Les auteurs sont assez fins, préparent bien l'issue au travers de différents brefs indices laissant deviner le ressenti de chacun des principaux personnages, ce qui amène alors avec naturel cette conclusion véhiculant des choses essentielles.

Au final, Comme sur un nuage s'offre une jolie dernière ligne droite, où certes les auteurs ne traînent pas, mais où ils offrent un aboutissement convaincant ainsi qu'une vision des choses très ouverte, sans préjugés.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News