Chef de Nobunaga (le) Vol.27 - Manga

Chef de Nobunaga (le) Vol.27

Rédaction
Lecteurs
16 /20

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 05 Mai 2022

Contraint de repartir quasiment à zéro dans ses investigations pour retrouver Mochizuki, Ken se met en tête, désormais, de retrouver les souvenirs de sa vie durant notre époque contemporaine... mais est-ce vraiment la bonne solution ? En effet, selon No, retrouver un pan de sa mémoire signifierait en perdre inévitablement un autre, à savoir une bonne partie de ce qu'il a vécu depuis le début de son amnésie et donc depuis son arrivée dans le passé, ce qui passe autant par ses liens avec Nobunaga que par sa relation avec sa bien-aimée, entre autres choses. Autant dire que le cuisinier n'aurait plus forcément l'impression d'être lui, et qu'il va donc peut-être falloir trouver une autre solution ! En tout cas, une chose est sûre: tout ceci confirme encore un peu plus la place que notre héros a bel et bien trouvée à cette époque du passé. Mais cela ne va pas l'aider à retrouver la trace de Mochizuki...

Une autre solution lui vient alors à l'esprit: se rapprocher à nouveau de l'autre transfuge de son époque, à savoir Yoko, mais encore faut-il pouvoir l'approcher puisqu'elle est toujours coupée de tout par l'armée d'Oda, avec Kennyo et ses hommes, à l'Ishiyama Honganji. Et globalement, la majeure partie de ce tome s'axe alors principalement sur cette nouvelle idée, qui va faire passer notre héros par de nouvelles étapes cruciales, en tête desquelles des possibilités d'"adoption" puisque l'adoption avait une place significative à cette époque pour gravir certains échelons et s'offrir certaines possibilités. Et pour ça, Ken devra avant tout réussir une certaine épreuve peu évidente afin de montrer qu'il est digne de la noblesse.

Si l'intrigue autour des investigations de Ken prend son temps après le "retour à la case départ" du tome précédent, l'ensemble n'en reste pas moins intéressant, tant Takuro Kajikawa ne rate pas la moindre occasion de détailler diverses petites choses sur la vie de l'époque à travers ce à quoi Ken se confronte. Qui plus est, les informations historiques, bien que parfois lâchées de façon un peu pêle-mêle, restant toujours claires et suffisantes en expliquant toujours assez ce qui se passe dans ce vaste contexte: le siège d'Otate avec la bataille de succession des Uesugi, les premières apparitions du fameux "samouraï noir" Yasuke, les perspectives autour des missionnaires jésuites en tête desquels Francisco Cabral qui a un avis très tranché sur les Japonais, le seppuku de Tokugawa Nobuyasu sur ordre de son propre père, les nouveaux mouvements de Nobunaga, etc, etc... Sans oublier aussi, bien sûr, la petite part culinaire, certes moins prononcée, mais ayant ici un rôle capital à un certain moment en testant les capacités olfactives de Ken, dans une épreuve où ses sens de cuisinier ont forcément un rôle fort.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai
14.75 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs