Chef de Nobunaga (le) Vol.15 - Manga

Chef de Nobunaga (le) Vol.15

Rédaction
Lecteurs
16 /20

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 16 Juin 2017

Les armées d’Oda et de Takeda sont presque prêtes à se livrer bataille entre elles. Ken doit faire vite. Il n’a maintenant que peu de temps pour convaincre les villageois qui l’ont pris en otage de l’aider à construire le château fort demandé par Nobunaga lui-même. Le temps est à présent compté.


« Ce château sera la clef de cette bataille. De votre réussite dépendra la vie de milliers de soldats. »


L’intrigue de la bataille de Nagashino occupera presque intégralement ce présent volume. Takuro Kajikawa n’aura pas son pareil pour faire monter le suspense avant même que l’affrontement n’ait débuté. Ken devra dans un premier temps convaincre à la fois les villageois et à la fois Nobunaga d’arriver à un compromis afin de pouvoir commencer la construction du château. Aux travers de plats toujours aussi raffinés qu’instructifs, notre héros arrivera à amener les parties vers une entente. La bataille de Nagashino peut dès à présent se lancer. Convaincues de leur avance et de leur supériorité numérique, les troupes de Takeda sont prêtes à ne faire aucune concession à leurs ennemis. De son côté, Nobunaga devra faire preuve de ruse et d’ingéniosité pour se sortir de ce mauvais pas et vaincre ses opposants. Mais Oda a toujours un plan B. 


De manière efficace, pertinente et intrigante, Takuro Kajikawa met en scène une bataille épique et décisive. Les phases d’action s’enchaînent avec fluidité et précision, entre stratégie logique ou surprenante, construction intelligente d’une forteresse naturelle et suspense redoutable. On sait que l’issue de cette confrontation déterminera la suite des événements. L’auteur ne se contentera cependant de mettre en place cette bataille au sommet. Il nous réserve également une fin de volume étonnante concernant la famille de Nobunaga. 


En somme, le Chef de Nobunaga nous délivre une énième fois un opus de pure qualité par l’intermédiaire d’une bataille rondement bien menée, d’un héros toujours aussi déterminé et humain ainsi que des plats plus succulents les uns que les autres. Vivement la suite 


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
titali
17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs