Bloody Monday Vol.9

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 20 January 2016

Tandis que la libération de Shimon Kamishima par les terroristes se poursuit dans le sang, les ennemis au sein de l'Académie Mishiro ont tous été abattus, et l'antiviral peut enfin administré à toutes les personnes touchées par le virus... Toute, sauf Mako : la dernière fiole du remède, qui devait lui être injectée, a été brisée dans un ultime soubresaut de Jack Damon.

Un nouveau compte à rebours s'enclenche alors dans ce tome : Fujimaru doit parvenir à retrouver "J" et à récupérer l'antiviral restant afin de sauver Mako. Et cette fois-ci, on peut dire que les auteurs jouent très bien leur coup, tant le parfum de course contre le temps fonctionne bien, les rebondissements sont nombreux, et les bribes de révélations sont très intrigantes.
Il faut dire qu'entre les manigances du bureaucrate Kamata, l'identité d'un autre traître au sein du Third-I, les événements au pénitencier, et la façon dont chacun des deux camps essaie de prendre les devants sur l'autre, on n'a pas le temps de s'ennuyer. Et même si certains rebondissements sont très artificiels (en tête l'identité de l'énième traître... On la devine dès l'apparition du personnage, et les auteurs n'essaient de toute façon pas de jouer la surprise là-dessus), tout cela nous amène efficacement jusqu'à une deuxième rencontre entre Fujimaru et "J". Un nouvel affrontement psychologique prenant, où chacun des deux tente de prendre l'ascendant sur l'autre... et qui, surtout, amène de nouvelles interrogations sur l'objectif du stratège ennemi. Que cache la libération de Shimon ? Quel est le véritable sens du "Bloody Monday" ?

A cela, il faut ajouter la vague interrogation autour de la relation d'Otoya avec son grand-père, interrogation vouée à prendre plus de sens par la suite... Le tout amenant une fin de tome très intense et surprenante, d'autant qu'elle continue d'amener des éclaircissements sur certains événements qui ont précédé.

Un rythme qui file à cent à l'heure, des rebondissements qui ne laissent aucun répit, une tension bien palpable, des interrogations et révélations qui continuer d'arriver et se raccordent de façon cohérente, le tout jusqu'à un final percutant : à deux tomes de la fin, Bloody Monday passe un petit cap et confirme qu'il peut être un très bon divertissement !


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News