Berserk Vol.37

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 07 July 2014

Il se sera fait attendre celui-là ! Plus d'un an et demi pour avoir notre dose de Berserk, ça commençait à faire long… Et le plus dramatique c'est que cela commence à devenir une rengaine de se plaindre de l'éloignement de la sortie entre les tomes.


Tout cela n'arrange en rien le fait que le titre s'enlise de plus en plus et devienne de moins en moins passionnant !


Guts et ses camarades sont aux prises avec un énorme démon, un dieu des mers gigantesque. Guts s'est fait avaler volontairement pour l'attaquer de l'intérieur, mais il lutte contre les assauts de ce dernier. Une aide inattendue sera la bienvenue pour terrasser la créature.


Une lutte longue et pas forcément des plus passionnante qui se termine, le principal intérêt étant le lien qui se renforce entre Guts et Schierke, ou encore l'emprise de l'armure sur notre héros.


Mais alors qu'on s'attendait à voir l'équipage accoster sur leur destination, l'auteur nous replonge en arrière dans les premières années de mercenaire de Guts, où celui-ci était encore sous l'emprise de Gambino, son détestable père adoptif. On retrouve donc un Guts beaucoup moins sur de lui, beaucoup moins puissant et redoutable, encore naïf et totalement fermé sur les autres. Ce sera aussi sa première expérience avec une créature fantastique.


Raconté sous forme de conte, où rêve et réalité se mêlent, où on ne sait quelle est la part de l'un et celle de l'autre, cette histoire, surprenantes à ce moment du récit, est un vrai petit bonheur dans un Berserk qui perd peu à peu sa magie !


On retrouve la saveur des premiers tomes, où avant les démons, Berserk était une formidable aventure humaine, où Guts découvrait la lâcheté et la sournoiserie des hommes ! Une histoire plus que rafraîchissante qui fait un bien fou aux lecteurs qui commencent à se demander pourquoi ils attendent encore Berserk avec autant d'impatience si ce n'est l'habitude.


On finit par reprendre la ligne temporelle de l'histoire, mais pour retrouver Rickert, survivant de la première troupe du Faucon, il fera face à des trolls avant d'être sauvé par ses successeurs, dont un démon. L'auteur nous laisse sur une vision féerique, mais presque dérangeante de la nouvelle humanité instaurer par Griffith et ses démons. Qu'on le veuille ou non, cela suscite la curiosité et il nous tarde de lire la suite...dans quelques mois…


Cependant un constat dramatique s'impose : Berserk a bel et bien perdu sa magie ! Comme dit précédemment on continue de l'attendre par habitude, en se raccrochant à sa gloire passée...mais celle-ci semble bel et bien passée ! Et lire un tome tous les deux ans n'arrange rien !


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Erkael

14 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News