Beastars Vol.7 - Actualité manga

Beastars Vol.7

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 26 November 2019

Chronique 2

C'est le tumulte au sein de l'assemblée des écoles et instituts animaliers ! Maintenant que Louis a déserté Cherryton, l'école doit trouver son prochain Beastar, et le temps presse. Un verdict sans appel est rendu : celui qui trouvera l'assassin de l'alpaga Tem remportera le titre. Souhaitant plus que jamais sa tranquillité, Legoshi pourrait bien être l'élève tout désigné pour cette tâche... De son côté, Louis ne compte pas revenir à Cherryton et essaie d'honorer, tant bien que mal, le rôle qui est désormais le siens.

Si « Bestars » est le nom du manga de Paru Itagaki, le titre honorifique n'avait été qu'évoqué jusqu'à présent, tandis que le meurtre de l'alpaga Tem servait surtout de prétexte pour expliquer les hostilités présentes à l'institut Cherryton, et faire écho à l'univers développé dans les récents volumes. Et après quelques chamboulements du côté des personnages principaux, voilà que le titre est de nouveau sur les devants de scène, et que l'enquête autour de Tem est relancée ! Comme si les six premiers tomes avaient constitué une introduction aux allure de tranche de vie romantique, sur un fond bien particulier qu'est celui de la série, c'est un véritable relancement qui est proposé dès l'amorce de ce septième opus.

Un nouveau départ synonyme de nouveaux enjeux, puisque Legoshi va écoper d'une mission toute particulière, l'occasion de donner davantage d'ampleur au protagoniste. Et d'une manière globale, ce sont plusieurs personnages qui bénéficient ici d'une telle évolution. Legoshi doit ainsi mettre de côté son désir de tranquillité, quand Louis va aussi devoir faire preuve de faux semblants pour honorer son nouveau poste, et pourrait bien être raisonné par un personnage insoupçonné. Si Haru reste un peu en retrait dans ce volume, les autres, à savoir les trois à même de devenir Beastar, bénéficient d'un traitement passionnant, les rendant encore plus complexes qu'auparavant... mais aussi attachants. Une véritable transition pour eux, aussi on attend de voir leurs futures actions au sein de la série.

Et en dehors du travail remarquable sur les trois concernés, tout le côté polar du volume apporte une certaine tension sur son déroulement. Le meurtre de Tem est un sujet central désormais, et il semblerait que Paru Itagaki amène doucement mais sûrement la résolution, notamment avec quelques péripéties qui permettront au lecteur de douter sur certains personnages. C'est globalement passionnant à suivre, et ça donne un cachet indéniable au personnage de Legoshi qui ne manque pas de nous charmer.
Et il n'est pas seul, puisque les interactions entre Louis et Juno, auxquelles on ne s'attendait pas, apportent une certaine alchimie dans ce volume, et ouvre la voie à une suite toute aussi dense. D'une manière globale, tout dans ce septième tome semble préparer le terrain pour une suite plus ambitieuse, et peut-être aussi plus sombre. L'avenir nous le dire, mais force est de constater que Beastars reste toujours passionnant, après presque 10 volumes. Pourvu que ça continue !


Chronique 1

"Un héros ne se trouve pas... Il naît !"


Les récents événements n'ont pas manqué de bousculer en profondeur non seulement certains élèves de Cherryton, mais aussi la hiérarchie en vue de l'élection du prochain Beastar: alors que Louis a choisi de tracer sa route en s'éloignant de l'école pour accepter la place de boss au sein du gang des lions, c'est la belle louve Juno qui semble en profiter en se mettant dans la poche de plus en plus de monde grâce à ses belles paroles et à son charisme, autant auprès des carni que des herbi. Mais cet "ordre établi" qui se bouscule a aussi des répercussions allant au-delà des élèves, et c'est là-dessus que s'ouvre ce septième volume de Beastars...

Le "conseil des espèces". Une assemblée secrète réunissant les chefs de chaque espèce, dont les proviseurs de chacune des plus prestigieuses écoles du pays, celles d'où sortent les Beastars. C'est l'occasion d'en apprendre encore un petit peu plus sur ces fameux être donnant leur nom à la série, sachant notamment qu'il y en a différents types et que tout ceci dépasse le simple cadre de l'école. Et voici Gon, le tigre de Sibérie proviseur de Cherryton, face à un épineux problème: dans cette assemblée semblant surtout bonne à entretenir des querelles ne faisant rien avancer, voici qu'on lui reproche de ne toujours pas avoir accéléré le mouvement pour élire un nouveau Beastar, celui-ci étant absent depuis 5 ans de la plus prestigieuse école du pays. Pour trouver l'élu puisque Louis n'est plus là, certains émettent alors une idée précise: confier le statut de Beastar à l'élève qui sera capable de retrouver le coupable d'un meurtre qui n'est pas élucidé depuis trop longtemps...

Vous l'aurez alors compris: avec ce tome, l'heure est enfin venue de remettre sur le devant de la scène le drame ayant ouvert avec fracas la série: le meurtre de l'alpaga Tem. Assurément, cet axe s'installe enfin peu à peu comme un élément crucial du récit, mais pour l'instant Paru Itagaki ne fait vraiment que mettre en place la chose, et cela passe plusieurs étapes, notamment l'apparition d'un nouveau personnage assez marquant en Six-Yeux, serpent à sonnette servant de discret vigile dans l'école, et jetant son dévolu sur notre cher Legoshi pour lui confier une mission. C'est alors un nouvel objectif qui vient s'installer sur les épaules de notre héros, celui-ci se devant de dénicher le meurtrier... quitte à se mettre en grand danger, comme le monteront les dernières dizaines de pages du tome, venant donner un petit coup de boost au volume. Mais avant d'en arriver là, c'est à nouveau sur le traitement de ses personnages et de leurs relations que la mangaka brille encore et toujours.

Ainsi, d'emblée, en se confrontant à sa manière à Legoshi pour l'évaluer, Six-Yeux met bien en exergue son image du loup, et celle que l'on peut avoir nous aussi: Legoshi est un garçon discret, mais doté d'une force physique certaines doublée d'un coeur pur, il nous l'a déjà largement prouvé, ne serait-ce qu'en volant toujours à la rescousse de sa Haru bien-aimée sans attendre quoi que ce soit en retour. Et cette force, peut-être l'heure est-elle venue pour lui d'apprendre à mieux l'assumer... toutefois sans forcément en ressortir plus heureux, et cela, un personnage en particulier le véhicule très bien en fin de tome: Jack, l'ami de toujours de Legoshi, qui s'inquiète sincèrement de voir notre héros s'éloigner, en quelque sorte, tandis qu'il peut de moins en moins être là pour lui.

"Plus tu deviens fort, plus tu es malheureux... Je ne supporte pas de te voir comme ça."

C'est aussi à travers sa relation avec Haru que Legoshi continue d'être très bien travaillé par l'autrice, quelques scènes montrant à nouveau l'aspect pur de ce loup qui dit pouvoir se contenter de veiller sur elle de loin sans forcément sortir avec. Et les autres personnages phares ne sont aucunement oubliés, ainsi le nouveau venu Pina intrigue-t-il assez, puis Juno se montre-t-elle encore sous un autre jour, en particulier quand elle va à la rencontre de Louis, tandis que le cerf néo chef de gang, de son côté, tente à sa manière d'apposer son influence, quitte à parfois se trahir en allant jusqu'à manger de la viande, tout ça pour essayer de changer les choses... mais peut-il vraiment se trahir ainsi ? En filigranes, Itagaki continue alors d'évoquer bien des choses, autour des notions de sincérité et d'hypocrisie, de la division du monde entre gagnants et perdant ou entre carni et herbi, des apparences, et surtout du besoin de se tracer soi-même son chemin sans se mentir et sans se laisser diriger par le cours des choses. Ainsi, Louis est-il sur la bonne voie ? Legoshi fera-t-il un grand pas en avant en assumant sa force et en en faisant un réel atout ?

"Ce n'est pas la société qui doit décider quel chemin on prend... C'est nous !"

Ce tome est un peu un volume de transition, amenant pas mal de nouvelles choses, accentuant un peu plus certaines pistes, tout en continuant de travailler comme il se doit les complexes personnages de la série. Comme toujours, la suite se fera attendre avec beaucoup de curiosité.
   

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Takato

17 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News