Alderamin on the sky Vol.5

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 13 Juin 2018

Critique 2


Emmenée par leur cheffe Dal Nanak, la tribu des Shiinaks a décidé de se rebeller contre l'oppression exercée par l'Empire au Nord du pays, et entame sa "guerre sainte" afin de libérer ses esprits élémentaires capturés sournoisement par le Général de la garnison Nord. Loin du conflit contre Kioka, c'est donc une véritable guerre civile qui débute au nord de l'Empire, et Ikta et ses compagnons cadets, qui ont été envoyés sur place peu de temps avant, sont contraints d'y participer, essentiellement en tant qu'unité de ravitaillement. Mais leur rôle pourrait être loin de se limiter à ça et Ikta pourrait, une nouvelle fois, démontrer tous ses talents de tacticien...


Avec cette guerre interne à l'Empire qui frappe, le récit parvient à bien se renouveler en amenant une situation de combat inédite, où la bataille contre les Shiinaks s'annonce très prenante et a le mérite de ne pas souffrir de temps morts. Dans ce conflit inédit, Yatori est pour l'instant un peu plus en retrait même si on sent toujours aussi bien sa complémentarité avec Ikta, et c'est bien ce dernier qui, encore, attire le plus l'attention en préparant vie et ben quelques tactiques sur le front ou à l'arrière. Et cette fois-ci, on appréciera que l'esprit avisé du jeune homme et son "leadership" sur ses plus fidèles compagnons permettent quelques brèves mises en avant de visages dont on a souvent regretté qu'ils soient jusqu'à présent si peu en vue. Ainsi, l'équipe médicale de Haroma jouera un rôle important pour soigner des soldats se retrouvant mystérieusement mal en point, et pourra compte sur Ikta quand nécessaire pour imposer des idées essentielles au supérieur. De son côté, Torway, grâce à Ikta, aura l'occasion d'affirmer encore son statut de tireur hors pair, en pouvant même être le premier à essayer une toute nouvelle technologie de fusil longue portée. Quant à Matthew, il reste malheureusement celui qui a encore le plus de mal à s'affirmer, mais son apparent manque de "courage" ne pourrait-il pas devenir une qualité ? Une chose est sûre: là aussi, Ikta sait trouver les mots justes. En filigranes, on appréciera aussi l'exploitation honnête des esprits élémentaires en combat même si on les voit peu concrètement, ainsi que le petit approfondissement de quelques autres figures, on pense ici surtout à Kanna Temari dont on découvre avec intérêt, vite et bien, le courage, les qualités, ainsi que le passé. C'est vraiment rapide, mais suffisant pour rendre cette jeune femme plus attachante.


Dans l'ensemble, nos héros et surtout Ikta sont bien en vue... mais cela sera-t-il suffisant pour vaincre les Shiinaks ? Dans chacun des deux camps, des têtes tombent et le conflit ne fait donc pas semblant, mais tout comme nos héros les troupes de Dal Nanak ont leurs propres spécificités et stratégies, qui pourraient poser ben plus de problèmes que prévu, et qui nous laissent même sur un assez bon petit climax en toute fin de tome.


C'est donc plutôt prenant, mais hélas cela ne signifie pas que le volume n'est pas dépourvu de petites limites, à commencer par la volonté de Taiki Kawakami d'aller vite qui devient parfois un défaut. Dans l'ensemble, le mangaka n'a aucun mal à faire ressortir l'essentiel, mais l'immersion dans les affrontements reste plutôt en surface sur le plan visuel, les mouvements des troupes en parallèle en divers lieux du champ de bataille sont évoqués de façons succinctes... Toutefois, le principal point étonnant vient de l'absence totale de l'évocation des raisons de la guerre menée par les Shiinaks, hormis une page montrant le sournois général qui se réjouit à l'idée de massacrer la tribu. Les troupes de Dal Nanak se rebellent pourtant pour une cause logique et juste pour eux, à savoir se libérer de l'oppression, mais rien n'est évoqué là-dessus. Ces questions morales dans le conflit seront peut-être traitées par la suite, d'autant que les Shiinaks pourraient être très utiles dans les plans de la princesse Chamille et donc d'Ikta qui lui a prête serment, mais en attendant il aurait sûrement été judicieux de les entretenir ne serait-ce qu'un peu.


La lecture reste donc bonne dans l'ensemble, mais un poil en dessous de ce qu'on pouvait attendre. Gageons toutefois que cette révolte dans la province septentrionale n'a clairement pas encore tout montré.


En fin de tome, on appréciera les quelques pages bonus du mangaka, où il évoque le doublage de la série animée (qui a débuté au Japon à peu près en même temps que la sortie du présent volume) auquel il a pu assister. Une petite immersion bonus pas déplaisante à suivre.


Critique 1


Ikta et les siens sont envoyés dans la garnison Nord, en plein front. Une situation très spéciale puisqu'ils font face à la tribu des Shinaaks, oppressée par l'empire au point que leurs gardiens aient été fait prisonniers. Les Shinaaks décident alors de se révolter, aussi la garnison Nord se doit de répliquer. Dans cette bataille, le stratège Ikta va évidemment jouer un rôle...


Avec ce cinquième tome, c'est au cœur du front que nous emmène Taiki Kawakami, respectant toujours l'intrigue du light novel de Bokuto Uno. Alderamin on the Sky sait donc se renouveler et apporte sans cesse des visions nouvelles de son univers, nous présentant cette fois-ci un véritable quotidien des héros au cœur des affrontements.


Ikta étant un fin stratège, l'étendue de ses talents est très bien exploitée au fil des batailles qui présentent un côté tactique amenant pas mal de rebondissements et d'intérêt aux scènes d'action. Les batailles de la série ne misent donc pas sur la violence pure, mais sur les atouts stratégiques des soldats de l'Empire, donnant à ce cinquième tome beaucoup de rythme et permettant au tout de se lire d'une traite.


Ikta est donc, une fois encore, le héros des troupes, mais on notera une petite mise en avant de personnages plus secondaires comme Kanna qui aura droit à un petit développement sympathique, de manière à la rendre très attachante. En revanche, les autres membres du tandem principal sont beaucoup plus en retrait. Ils sont visibles, certes, mais mériteraient toujours à s'affirmer davantage, en particulier Mattew qui n'a pas eu de grandes occasions pour briller. Néanmoins, le volume réussi dans sa volonté de présenter ces personnages, toujours plus nombreux, en tant que soldats. Pas de grands actes héroïques, chacun assumant sa tâche du mieux qu'il peut, seul Ikta étant mis en lumière par son statut de tacticien hors pair.


Là où le traitement de l'intrigue s'avère surprenant, c'est dans la volonté du tome à présenter essentiellement de l'action sans jamais glisser de réflexion sur la morale de la bataille. Bien que rappelé, le contexte de révolte des Shinaaks est complètement éludé, personne ne se questionnait sur la légitimité de cette guerre interne à l'Empire. Peut-être est-ce une piste laissée pour plus tard, mais il aurait été très intéressant de décortiquer ce point, ne serait-ce pour ce que les Shinaaks pourraient apporter dans les ambitions de la princesse Chamille qui désire la défaite de l'Empire dans la guerre contre Kioka.


Un tome donc globalement très divertissant et bien mené dans sa dimension stratégique du conflit, mais laissant encore le potentiel du scénario aux opus suivants.


On appréciera aussi les petits bonus du volume qui font part de l'expérience du mangaka qui a assisté au doublage de la série animée, un aller dans les coulisses assez rares donc particulièrement savoureux.


Petit détail éditorial : La couverture de ce cinquième tome affiche un papier couché brillant, au lieu du classieux couché mât des tomes précédents. Une erreur indépendante de l'éditeur et qui incombe à l'imprimeur, il convient donc de noter que ce bémol sera corrigé lors des prochains tirages de la série.


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

13.5 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

13.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News