50 nuances de gras Vol.4

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 12 December 2019

La vie n'est pas des plus simples pour Naoe depuis que nombre de demoiselles issues d'univers fantasy et ayant toutes des "petits" problèmes ont commencé à débarquer de façon envahissante dans son quotidien, et ce n'est pas avec ce 4e volumes que ça va s'arrêter, bien au contraire ! Ainsi, ce sont 3 nouvelles petites parties hautes en couleurs qui attendent notre héros et ses truculentes camarades fantastiques.

Dans la première, on retrouve notre chère Erufuda plus feignasse que jamais, et toujours aussi portée sur la frite... du moins, jusqu'à ce qu'une connaissance ne débarque à son tour dans notre monde pour tenter de la remettre dans le droit chemin. Nouvelle venue assez réussie dans son design rappelant Erufuda mais avec des cheveux plus courts et des cicatrice, la tante de notre héroïne impose très vite ses directive pour mettre en place un régime insoutenable à sa nièce et pour pouvoir la ramener dans son monde. Bien sûr, cela donne quelques situations très drôles où notre chère elfe est malmenée, mais ce régime drastique est-il vraiment la bonne solution ? Heureusement, Naoe est toujours là pour apporter ses petites réflexions, en exposant pourquoi un régime aussi draconien est dangereux pour la santé... La tata entendra-t-elle raison ? Il faut dire qu'elle a un sacré caractères... mais qu'elle a elle aussi quelques faiblesses concernant un mets précis de notre monde, comme elle s'en rendra compte de façon rigolote.

La deuxième partie s'avère particulièrement réussie, dans la mesure où elle repose sur une idée certes classique mais étant un excellent prétexte pour réunir absolument toutes nos charmantes héroïnes en un même lieu: un petit séjour à la plage sur une petite île paradisiaque, organisé par la patronne Ino ! La pointe de fan-service autour de nos demoiselles souvent bien en chair est forcément là, et elle reste bien équilibrée, et sert surtout un humour omniprésent qui doit énormément aux caractères différents des personnages et à leurs relations. Entre une elfe noire ayant quelques soucis de bouée à cause de son fessier, une petite kobold se retrouvant malgré elle comme principal enjeu de deux autres miss à l'esprit beaucoup trop maternel, une louve-garou jouant comme un chien, une sirène plongeant à la mer alors qu'elle ne sait pas nager sous sa forme humaine, une fille-dragon gardant beaucoup trop son sang-froid quelle que soit la situation, une satyre trop pudique (un comble !), ou tout simplement une Ino étant plus satyre que la satyre elle-même, Synecdoche ne manque pas de bonnes petites idées pour animer en permanence les pages et pour faire rire ou sourire, d'autant plus quand cette vaste palette d'andouilles vainc un danger tentaculaire sans même sans rendre totalement compte.

Quant à la fin du tome, elle voit Kuroeda provoquer un nouveau malheur sur le pauvre Naoe, sa "potion d'amaigrissement" ne se retrouvant dans les mains de la bonne personne et n'ayant pas du tout les effets espérés... Une situation loufoque où l'auteur, entre autres, exploite de façon plutôt hilarante l'instinct maternel beaucoup trop fort d'Oga, tout en glissant un nouveau petit conseil santé.

Le constat est sans appel: après quatre volumes, 50 nuances de gras, ça se renouvelle parfaitement. Parvenant ici à exploiter tous ses personnages et à livrer nombre de situations et d'interactions délirante, Synecdoche ne manque pas d'idées. Ainsi, pendant qu'Erufuda continue de se régaler avec ses frites, le lecteur, lui, continue de se régaler devant les frasques de l'elfe et des nombreux autres personnages. Pourvu que ça dure !
    

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News