20th century boys Vol.20 - Actualité manga

20th century boys Vol.20

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 05 May 2010

Kanna a pris la terrible décision d’aller assassiner Ami de sa main, en vengeance de tous les ravages qu’il a pu faire. Mais avant, une visite à Yukiji s’impose, surtout qu’elle ferme son dojo et propose d’accompagner celle qu’elle a élevée comme sa propre fille. Après tout, l’enjeu n’est plus un simple amusement de gosses, comme l’auteur l’a mis en avant tout le long de la série. Il est bien plus important aux yeux de tous, et l'enjeu de ce combat sera décisif. En parallèle, on retrouve un ancien protagoniste qu’on avait vite oublié, avec un plaisir teinté de facilité. Les liens se font plus ténus, le récit s’accélère et se permet certains raccourcis qui, s’ils ne parviennent pas à rendre le tout bancal, enlèvent un peu de force au génie d’Urasawa. Ceci dit, un regain d’énergie arrive avec l’arrivée de Kiriko, assez remarquée et attendue par les lecteurs. La sainte mère comble nos espoirs avec ses paroles, mais surtout avec ce qu’elle véhicule comme message, à travers sa fille qui prend habilement le relais dans l’histoire, jusqu’à ce confronter à son soit disant véritable père. Tout se bouscule, tout prend vie, le récit s’anime brusquement et un grand vent de dynamisme souffle à nouveau sur ce tome.


Bien que les derniers volumes soient assez inégaux dans leur manière d’aborder l’histoire, se partageant chacun les différents groupuscules et intérêts, cet opus là n’est pas trop déstabilisant, dans la mesure où il oscille facilement entre Kanna et sa mère, revenant de temps à autre sur quelques détails du passé. Kenji se fait à nouveau oublier quelque peu, et n’apparait qu’en fin de tome, comme l’image du super héro. Mais on apprécie le retour du mystère quant à la véritable identité de l’Ami actuel, de celui qui menace l’humanité et nos héros préférés par la même occasion. Le charisme de ce « méchant » parvient à se diffuser de façon encore efficace même à travers son masque, sans que l’on en sache pourtant beaucoup plus sur lui. Encore deux tomes, et le secret devrait être levé. Jusque là, la série globalement excellente de Naoki Urasawa nous permet encore de rêver, de supposer, de se tromper ou d’être dans l’ignorance la plus totale. Et ça, c’est vraiment quelque chose de très agréable, après vingt tomes ! 


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
NiDNiM

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News