The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel

Le test du jeu video:

Publié le Jeudi, 30 April 2020

The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel est le premier d’une série de 4 opus, dont le dernier sortira prochainement. Cette série ne date d’ailleurs pas d’hier et compte pas moins d’une dizaines de jeux se passant dans le même univers, mais avec des arcs différents où l’on suit différents personnages. Les fans de la première de la série vous le diront : il n’est pas nécessaire de connaître toute la saga pour comprendre chaque arc, en revanche, vous passerez à côté de certaines choses, de petits clin d’œil qui seront présents pour les fans assidus.

  

Cet arc démarre avec notre nouveau héros, Rean Schwarzer. Il intègre la prestigieuse école militaire de Thors, et il va se retrouver à intégrer une classe un peu spéciale, la classe VII, qui rassemble neuf personnes d'origine noble et des prolétaires. Nous avons donc du côté des nobles : Laura, Jusis, Alisa (même si est un plus complexe pour elle) et Rean. Du côté des prolétaires, nous avons Elliot, Gaïus, Mathias Fie et Emma. Au début des cours, on leur remettra un système d'orbes un peu spécial qui leur permettra de se battre en étant « lié ». une fois familiarisé avec leurs nouvelles armes et facultés, nos protagonistes vont jongler entre des périodes de cours, d'entraînements et aussi de « travaux de terrains ». Toutes ses activités vont peu à peu les rapprocher mais surtout leur montrer que le monde qui les entoure est loin d'être tout blanc ou tout noir, et que de vives tensions agitent leur pays...

Très sincèrement... Ce jeu ne sera pas pour tout le monde. Il s’adresse pour moi aux fans hardcore de JRPG (dont je fais partie). J’avais acheté ce jeu en promotion car j’y avais vu de grandes éloges sur la série, et... Ce n’est clairement pas sûr ce premier opus que ça se verra. Les premières heures de jeux sont un calvaire d’ennui, et pourtant, la sauce finira par prendre et devenir assez addictive en terme de gameplay. Notons également que le jeu n'est pas traduit en français, donc pour ceux qui ne veulent pas jouer avec cette langue, ils passeront leur chemin.

  

Bon, commençons par le début : sachez que pour vraiment apprécier ce jeu, vous devrez vous farcir environ 6 à 8h de jeu un peu relou. Premier point négatif : vous commencez le jeu dans une sorte de Flash Forward où vous devrez effectuer quelques combats, alors que vous ne connaissez absolument pas les mécaniques de jeu, et elles ne vous seront pas expliquées. Un choix discutable, mais qui a le mérite de vous prendre assez rapidement dans l'histoire. Si je devais prendre un autre jeu qui a utilisé ce procédé, Persona 5, celui-ci était mieux amené et permettait, au travers de l'interrogatoire, de revenir efficacement sur toutes l'histoire sans pour autant être perdu. Ce qui n'est pas vraiment le cas ici. Après cette scène qui se finit sur un événement assez dramatique... Et bien retour au début de l'année scolaire, et là on va partir sur une bonne heure de tutos des mécaniques de combats. Tutos qui auraient été utiles BIEN plus tôt, mais bon. Passons. Et ensuite il va y avoir une deuxième chose qui va rapidement vous énerver : les personnages. IL Y EN A BEAUCOUP TROP. C'est vraiment n'importe quoi, je n'ai jamais vu un jeu nous présenter autant de personnages en aussi peu de temps, et certains sont complètement génériques. A-t-on besoin d'avoir le nom de tous les professeurs ? VRAIMENT ?!!! Alors je vois bien l'intention derrière, et je me doute que sur les quatre jeux qui nous attendent dans la saga, chacun montrera son utilité, mais là, ce n'est pas le cas. Je pense d'ailleurs que durant le jeu, ils nous ont présenté au moins une quarantaine de personnages différents, c'est totalement abusé. Et certains d'ailleurs ne servent mais vraiment à rien, à part ralentir l'intrigue.

  

Parlons de l'histoire maintenant, cette histoire qui semblait être LA grande qualité de ce jeu de ce que j'ai pu en voir dans les critiques. Hum... Comment dire... Je sais bien que les fans de sagas sont souvent partiaux, mais là, pour le coup, je ne comprends pas vraiment ce que vous trouvez de SI bien à l'histoire de Trails of the Cold Steel. Alors je sais que certains qui vantent le mérites de cette série doivent parler de l'histoire globale, mais en tout cas, dans ce premier opus... Et bien c'est ultra classique. Des conflits entre pays, une organisation terroriste... Bon, ça me fera toujours rire de voir qu'on envoie des lycéens régler pas mal de soucis, mais mettons ça de côté, disons que c'est une sorte de convention du genre. L'histoire n'a rien d'exceptionnel, et au contraire, au début on a vraiment du mal à y rentrer. Car, comme je vous l'ai dit plus tôt, ce jeu vient d'une série qui a déjà connu plusieurs arcs, autant dire que le background de ce jeu est immense. Et on nous balance tout ce background à la figure comme de gros pavés. Il y a certains moments qui sont imbuvables, c'est atroce. Je ne vous mentirais pas en disant que la plupart du temps, je mettais en jeu le mode turbo pour aller plus vite parce que les dialogues sur le background me soûlaient. En revanche, s'il y a bien une chose à garder dans ce jeu, ce sont les personnages et surtout leurs relations. Au début, c'est un peu lourd car on nous les présente tous d'un coup, mais grâce aux « travaux de terrains », vous expérimenterez de petits donjons et surtout des phases d'histoire avec un groupe réduit, ce qui vous permettra de mieux les découvrir. Et aussi de régler les problèmes entre eux. Car oui, votre personnage, Rean, va devenir le psychologue de notre petite troupe quand certains d'entre eux n'arrivent pas à s'entendre. C'est assez drôle à suivre, et on s'attache rapidement à ces personnages. Chacun à sa petite histoire assez poignante qui les rend vraiment sympathique. Et c'est vraiment pour eux que l'on continue de jouer d'ailleurs. Bref, tout cela pour dire que l'histoire reste ultra convenu pour ce premier opus, mais les personnages sont rapidement attachants.

  

En fait... C'est assez marrant mais on retrouve pas mal de mécaniques qu'on aurait pu retrouver dans un Persona, mais en beaucoup moins riches et intéressants. Clairement, tous les passages à l'école font un peu tâches, pas mal de quêtes annexes ne servent à rien et les seuls moments que vous attendrez, c'est dans le vieux bâtiment de l'école et les travaux de terrains, et notamment les dernières phases de ceux-ci qui font vraiment avancer l'intrigue.
Concentrons nous maintenant sur le gameplay. Et c'est vraiment la grosse qualité de ce jeu. On se retrouve dans des phases de combats en tour par tour, mais qui vous met sur une arène de combat circulaire. Vos personnages pourront utiliser de la magie qui dépendront de vos EP, mais aussi des sortes d'attaques spéciales qui dépendront de vos CP. L'avantage de la deuxième, c'est qu'elle se remplit quand vous taperez avec des attaques normales vos ennemis. Vous pourrez aussi choisir de déplacer votre personnages, pour l'éloigner ou le rapprocher des autres, éviter des attaques magiques de certains ennemis... En fonction de votre tour, vous pourrez avec quelques bonus, regagner de la vie, des points de CP, mais il faudra aussi jongler avec la durée d'exécution de vos sorts, qui pourront être bloqués par vos ennemis. Au fur et à mesure de l'histoire, vous débloquerez aussi une attaque spéciale pour chaque personnage, une attaque qui dépendra de vos CP, et qui vous sauvera la mise contre un boss compliqué, ou tout simplement d'expédier les petits combats de donjons. Les attaques de vos personnages dépendront également des quartz que vous placerez sur leur équipement, un peu comme les matérias dans FF VII. Vous aurez un quartz « principal » qui vous permettra d'acquérir des capacités et des sorts particuliers. Ensuite, vous aurez quelques emplacements où vous pourrez placer des quartz augmentant les statistiques de votre personnages, d'acquérir de nouveaux sorts...Bref, vous pourrez vraiment personnalisez les attaques de vos personnages et il faudra vraiment jouer avec pour certains boss, qui demandent des capacités particulières pour les vaincre. Et si on ne le sent pas vraiment dans les premiers combats, c'est vraiment la stratégie qui prime dans ce jeu. Les boss de fin d'exploration du vieux bâtiment sont vraiment les plus corsés de ce point de vue là. Ce gameplay est en tout cas très rapidement addictif, un peu comme un Fire Emblem.

  

En revanche, il y a des améliorations à faire concernant les équipements et les armes, qui... Sont vraiment mises de côtés. On en récupère dans aucun donjon, et les seuls endroit où vous pourrez en trouver, ce sont des boutiques. D'ailleurs, je tiens aussi à dire que la manière d'avoir de l'argent dans ce jeu est... Assez discutable. Pourquoi ne pas en récupérer directement, plutôt que d'avoir ces cristaux qu'il faut ensuite échanger en boutique ? C'est un petit détail, mais vraiment idiot je trouve.

Parlons maintenant des graphismes. Euuuh... bon. C'est vraiment pas ouf, pour moi ils ont clairement fait le strict minimum. Et c'est dommage car le background de l'histoire aurait sans doute mérité que le jeu soit mieux mis en valeur. D'ailleurs, j'aime les jeux typés « mangas », c'est pour ça que je ne joue quasiment qu'à des JRPGs, mais là, je trouve que c'est vraiment trop premier degré. Comment dire... Les choix de la direction artistique me font penser à ces animés ultra codifiés graphiquement, et qui ne leur donnait aucune véritable identité visuelle. Non pas qu'il était forcément mauvais en soi, mais disons que c'est le genre de dessin que vous allez retrouver aujourd'hui dans les super livres qui vous apprennent à dessiner des mangas. Donc pour moi, ça fait un peu trop « style manga » mais au premier degré. Après, ça ne l'empêche pas d'être sympa et prenant, mais clairement, on est toujours plus pris dans un jeu avec de beaux graphismes que dans un jeu moyen. Après c'est un jeu qui date de la PS3, mais je le trouve quand même assez limite. Dite vous bien que trois ans auparavant, on avait eu le droit à Nier. La différence fait mal. Niveau bande son.... Rien de transcendant malheureusement, mais ça passe.

  

« Trails of Cold Steel » premier du nom est un JRPG sympa, avec un gameplay efficace et bien plus stratégique qu'on pourrait le penser, mais la série doit encore faire ses preuves, surtout auprès des personnes qui démarrent la saga avec cet opus. On sent que l'univers est riche, que l'histoire a encore pas mal de choses à nous offrir, mais il va falloir sortir de ce schéma trop figé que nous a offert ce premier opus. Parce que la routine « exploration des ruines/examen pratique/ travaux de terrain »... ça va deux minutes. Surtout que la plupart des quêtes annexes sont assez dispensables et ennuyeuses. À voir si cela s’améliore avec le deuxième opus, montrant que le premier jeu n’était au final qu’une vaste introduction. Les bases sont bonnes en tout cas. En fait, si je devais faire un amalgame un peu étrange, je dirais que c'est mélange assez étrange entre un jeu Persona et un Fire Emblem : du tour par tour assez stratégique (les deux), des phases scolaires ou vous devez gérer vos liens avec les autres personnages, suivies de phases de donjons (Persona), et surtout une abondance de personnages pas vraiment utiles et une histoire qui a l'air profonde, mais qui fait plutôt office de prétexte pour tout ce qui arrive (Fire Emblem). En gros, un mélange un peu étrange, et qui, je l'espère, saura se clarifier par la suite et prendre une véritable identité. En tout cas, malgré le côté addictif du gameplay, je suis loin d'être convaincue par le reste, mais assez intriguée pour continuer la série.

  

En somme, un départ en demie teinte, efficace au niveau du gameplay mais bien plus moyen sur la narration et l'abondance de personnages. Le jeu n'en reste pas moins assez addictif après plusieurs heures de jeu assez rébarbatives, donc on peut espérer pas mal pour la suite. Mais s'il vous plaît... Arrêtez de nous submerger d'informations. S'il vous plaît.
  

Chroniqueur: kayukichan


Note de la rédaction








MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News