Karakai Jôzu no Takagi-san S1 - Actualité anime

Karakai Jôzu no Takagi-san S1

Review de l'anime : Karakai Jôzu no Takagi-san S1

Publiée le Lundi, 02 September 2019

Nishikata, en première année au collège, a pour voisine de classe une bien espiègle voisine: Takagi, dont le principal loisir est de... le taquiner, le mettre dans l'embarras, se moquer gentiment de lui. Toujours déstabilisé par cette jolie chipie, le jeune garçon, plutôt très sérieux et peu habitué à se faire remarquer, se laisse souvent entraîner (ou malmener...) par celle-ci, qui s'amuse beaucoup de toutes les réactions qu'il peut avoir ! Mais ne dit-on pas que qui aime bien châtie bien ? Aucunement méchante dans ses taquineries, Takagi semble surtout beaucoup aimer son voisin, si naturel et maladroit dans ses réactions. Et même si Nishikata, bien souvent, essaie de "se venger" en asticotant Takagi, ses blagues lui retombent bien souvent dessus. Et dans le fond, il semble plutôt bien aimer se faire taquiner, car quand Takagi n'est pas dans les parages il est le premier à s'inquiéter ou à la chercher.

  

Mélange de tranche de vie et de comédie à la manière d'un Tonari no Seki-kun/Séki, mon voisin de classe, Karakai Jôzu no Takagi-san est, à l'origine, un manga que l'on doit à Sôichirô Yamamoto, en cours au Japon depuis 2013 aux éditions Shôgakukan, et jouissant d'un beau succès dans son pays avec plus de 6 millions d'exemplaires vendus ainsi qu'une 1e place en 2017 dans le célèbre classement japonais "Les mangas recommandés par les libraires" (Zenkoku Shotenin ga Eranda Osusume Comic). Grâce aux éditions nobi nobi !, ce manga s'apprête enfin à sortir en France, à partir de cette semaine, sous le titre Quand Takagi me taquine, et l'occasion était donc idéale pour revenir un peu sur sa première saison animée !

  

Diffusée du 8 janvier au 26 mars 2018 au Japon sur les chaînes Tokyo MX, ytv et BS11, cette première saison en 12 épisodes a été proposée chez nous en simulcast par la plateforme Crunchyroll, où elle est toujours disponible. Notons que la saison 2 est en cours au Japon depuis juillet, mais qu'étonnamment elle n'est pas (pas encore ?) proposée en France. A la production, on retrouve le studio Shinei Animation, plutôt habitué à ce type de comédie après nous avoir notamment offert le déjanté Haré+Guu, Warau Salesman NEW ou, bien sûr, Tonari no Seki-kun. Hiroaki Akagi (Hina Logic) s'est chargé de la réalisation, sur un script de la prolifique Michiko Yokote (Ao-chan Can't Study!, Saiki Kusuo no Psi Nan, Shirobako, Les Enfants de la Baleine...). Le character design a été assuré par Aya Takano (Himouto! Umaru-chan), et les musiques par Hiroaki Tsutsumi (Dr Stone, orange, Blue Spring Ride, Monster Musume, Akashic Records of Bastard Magical Instructor...).

  

Adaptant très logiquement les débuts du manga, cette première saison suit un schéma on ne peut plus simple: chaque épisode se divise en plusieurs petites parties (ça peut aller de 3 à 6), et chacune de ces parties adapte l'un des courts chapitres du manga, où à chaque fois Takagi trouve une nouvelle taquinerie, ou alors Nishikata essaye lui-même d'avoir du répondant, d'anticiper les possibles taquineries de Takagi... Que ce soit à l'école (très souvent) ou en dehors (parfois), de nombreuses situations de tous les jours sont possibles, Takagi ne manque pas d'idées pour être la plus délicieusement taquine possible, Nishikata alterne entre crédulité, premier degré, tentatives de taquiner Takagi aussi (mais celle-ci retombe toujours sur ses pattes), incapacité à réagir sereinement dans certaines situations embarrassantes (comme, par exemple, quand Takagi lui dit qu'elle lui donnera son premier baiser s'il réussit telle épreuve... Doit-il alors réussir ?), etc, etc... si bien que les gags n'ont aucun mal à se renouveler tout au long de la série. D'autant plus qu'aux côtés de ce duo très facilement attachant, mignon à suivre et bien sûr amusant, il y a d'autres choses à retenir. Comme la présence de personnages secondaires peut-être pas assez en vue mais tout de même sympathique, à l'image des camarades de classe Mina (toute petite, maladroite et voulant parfois jouer les adultes sans réussite) et Sanae (plus calme et cinglante), ou de l'enseignant intransigeant Tanabe qui a une tête sévère comme il faut. Ou, surtout, comme ce que l'on devine très facilement, en filigranes, des sentiments réels que peuvent bien ressentir Takagi et Nishikata. Tandis que ça ne fait aucun doute concernant la jeune fille, il en est tout autre pour Nishikata, qui peine à capter la vraie raison des taquineries de Takagi, n'a eut-être pas encore autant de maturité que sa voisine, et on suit alors leur drôle de relation avec beaucoup de bienveillance et d'amusement. D'autant plus qu'au bout de cette saison, le dernier épisode vient offrir quelques très jolies choses sur la raison initiale faisant que Takagi apprécie Nishikata, sur l'affection que le jeune garçon peut avoir pour sa voisine en voulant rester son voisin de classe, ou sur la scène finale où l'affection de Takagi pour son brave camarade de classe ne fait plus trop de doutes.

  

Côté technique, on a une réalisation très soignée pour une série de ce genre, en particulier dans l'atmosphère générale qui reste assez douce et chaleureuse dans les couleurs, les musiques et la manière de faire ressortir la malice de Takagi. Le design est très proche de celui du manga, avec peut-être un côté légèrement plus doux dans le caractère de Takagi, et niveau mise en scène c'est aussi simple qu'efficace, car tout est surtout fait pour mettre en valeur la jeune héroïne et pour faire ressortir (sans trop en faire non plus) les réactions parfois impayables de son cher voisin de classe. Les doublages, eux, sont tout aussi convaincants dans l'ensemble: Yuuki Kaji campe un très bon Nishikata, tandis que Rie Takahashi offre le mélange de malice et de douceur qu'il faut à Takagi, même si son rire paraît souvent un peu trop forcé (au point de pouvoir devenir un peu agaçant quand il se répète à peu de temps d'intervalle).

 

Bien équilibrée et agréable à suivre autant pour son humour que pour son ambiance ou ses deux attachants personnages principaux, cette première saison est donc une belle petite réussite, qui donne facilement envie de se replonger dans ce petit univers... Il n'y a donc plus qu'à espérer que la saison 2 finira par être acquise en France !

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News