OKU Hiroya 奥浩哉

Artists Authors Writers

Interview de l'auteur

Nous profitons de la sortie cette semaine d'un nouveau volume de la série culte GANTZ et de l'éditions exclusive GANTZ Minus disponible aux éditions Tonkam pour vous proposer un entretien avec son créateur Oku Hiroya . Présent sur le salon Japan Expo, uniquement en tant que visiteur, il a néanmoins accordé quelques interviews à la presse, et c'est donc avec un immense plaisir que nous avons pu discuter quelques minutes avec lui et revenir sur sa carrière et son actualité...
 
 
 
Manga-news: Pouvez-vous nous raconter vos débuts en tant que mangaka?
Hiroya Oku: J'ai commencé à dessiner sérieusement à l'époque du lycée, quand j'avais 16 ans. J'ai soumis une histoire pour un prix que j'ai eu la chance de gagner.
En discutant lors d'une réunion avec l'éditeur, je me suis mis d'accord avec ce dernier pour commencer ma carrière de mangaka après avoir terminé mes études au lycée. Après mon diplôme, je suis parti vers Tokyo où j'ai exercé le métier d'assistant pendant trois ans environ. C'est l'obtention d'un nouveau prix, organisé par le Young jump des éditions Shueisha, qui m'a permis de devenir mangaka à part entière.


En 1991, vous avez créé Hen, une série atypique qui n'est toujours pas proposée en France. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur ce titre?
A cette époque, je faisais beaucoup d'histoires courtes. Mais comme Hen a très bien marché, on avait décidé de continuer la publication du titre avec mon éditeur.



Hen compte en fait deux séries: Hen [Strange] et Hen [Strange Love]. Le visuel ci-dessous représente les héroïnes de Hen [Strange Love].
 

HEN © 1995 by Hiroya Oku/SHUEISHA Inc.
 
 
Comment vous est venue l'idée de Gantz?

Le projet Gantz a germé dans ma tête alors que j'étais encore lycéen.
Avec la série Zero One, j'ai beaucoup utilisé l'outil informatique. Malheureusement, cette série n'a pas eu le succès escompté au Japon. Mais j'ai malgré tout eu envie de réitérer le travail par informatique avec Gantz, quelques temps plus tard.

 
ZERO ONE © 1999 by Hiroya Oku/SHUEISHA Inc.
 
 
Où avez-vous puisé votre inspiration pour créer l'univers et les personnages de Gantz?
Mes sources d'inspiration sont très nombreuses! Je pense que chaque manga lu et chaque anime et film vu a joué d'une certaine manière un rôle dans le processus créatif de Gantz.
 

GANTZ © 2000 by Hiroya Oku/SHUEISHA Inc.
 
 
Quels sont les mangaka qui vous ont plus particulièrement marqué?
C'est Osamu Tezuka qui m'a donné envie de commencer une carrière de mangaka. Toutefois, de nombreux autres auteurs m'impressionnent par leur travail, notamment Katsuhiro Otomo.
Mais aujourd'hui, je dois avouer que ce sont les films hollywoodiens qui me donnent le plus d'inspiration.


Un film en particulier à citer?
Oui, mon film préféré: Die Hard!
 
Ci-dessous, l'affiche américaine du film Die Hard:
 

 
 
J'ai entendu dire que Gantz entrait dans sa phase finale. Avez-vous une idée très précise de la fin de votre série?
Pour le moment, je n'envisage pas la fin de Gantz... J'ai encore beaucoup de choses à raconter!
J'ai bien évidemment une idée de ce que sera la fin de la série, mais rien de très précis.


Dans Gantz, la violence est particulièrement présente. Vous fixez-vous des limites particulières à ce sujet?
En fait, c'est surtout mon éditeur qui me pose des limites! (rires)
Mais en réalité on ne m'a presque jamais imposé de limites et je dessine très librement. J'en suis bien reconnaissant.


Votre style graphique est très reconnaissable, notamment grâce à votre manière de dessiner la gent féminine. Le fait de croquer des demoiselles de façon sexy est un choix de votre part ou une envie de faire plaisir à votre lectorat?
Les deux! Je souhaite aussi bien me faire plaisir que satisfaire mes lecteurs!
 

GANTZ © 2000 by Hiroya Oku/SHUEISHA Inc.
 
 
Avez-vous des modèles de jeunes filles particuliers pour dessiner vos personnages féminins?
Non, pas spécialement...


Le film live de Gantz sortira au japon en 2011. Quelle a été votre part d'implication dans ce projet et que pensez-vous du résultat final?
Je n'ai pas du tout participé à ce film, que je n'ai pas encore vu.
 

© 2011 GANTZ FILM PARTNERS
 
 
Vous avez réalisé Me-teru no Kimochi en même temps que Gantz. Travailler sur deux séries en même temps n'a-t-il pas été trop difficile?
Ça ne m'a pas particulièrement posé de problèmes. Tout d'abord, parce que j'ai six assistants, et enfin parce que j'avais bien organisé mon travail entre ces deux séries, en alternant une semaine de travail sur Gantz et une semaine de travail sur Me-teru no Kimochi.
 

ME-TERU NO KIMOCHI © 2007 by Hiroya Oku/SHUEISHA Inc.
 
 
Comment se passe une semaine type de travail?
Le lundi, je travaille seul sur le story board. Le mardi, je montre à mes assistants le travail de la veille et ces derniers s'occupent de réaliser tous les décors. Ces planches réalisées sur ordinateur seront aussitôt imprimées sur papier. Le mercredi je dessine le croquis de mes personnages qui iront avec ces décors. Le jeudi est consacré à l'encrage de planches. Le vendredi nous réunissons les personnages et les décors et y rajoutons des effets. Enfin, le samedi nous finalisons les derniers détails.


Quelle est la part d'informatique dans votre travail?
Il n'y a que mes assistants qui réalisent leur travail en se servant de l'outil informatique.
 
 
Quel conseil donneriez-vous à un jeune mangaka qui débute?
Le plus important est de savoir dessiner et avoir le talent pour inventer de bonnes histoires. Il faut toujours persévérer et mettre tout en œuvre pour être aussi bon dessinateur que conteur!


Quels sont vos trois mangas incontournables?
Question très difficile! Je dirai Phénix d'Osamu Tezuka, Dômu de Katsuhiro Otomo et enfin... Gantz! (rires)
 
 
 
 
Remerciements à Oku Hiroya, Shueisha, Viz Media et Tonkam.

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News