Chronique manga numérique - A sign of affection, chapitre 1- Actus manga
actualité manga - news illustration

Manga Chronique manga numérique - A sign of affection, chapitre 1


Dimanche, 29 November 2020 à 17h00

En proie au silence, Trait pour trait, Nos temps contraires, Moi Aussi, A tes côtés, Don't Fake your Smile, A nos fleurs éternelles, et on en passe: le manga féminin fut très bien mis à l'honneur en 2020 par les éditions Akata, au gré de titres variés et ayant souvent beaucoup de choses à raconter. Et l'année 2021 s'annonce d'ores et déjà tout aussi intéressante de ce côté-là avec l'annonce par l'éditeur, il y a seulement quelques jours, d'un shôjo qui est actuellement l'un des plus en vue du magazine Dessert de Kôdansha (le magazine de Good Morning, Little Briar-Rose, Daisy, lycéennes à Fukushima, A tes côtés, Le garçon d'à côté...) depuis son lancement en juillet 2019: Yubisaki to Renren -A sign of affection-, une oeuvre que l'on doit à suu Morishita, duo de mangakas que l'on avait découvert il y a quelques années en France chez Panini avec le très doux et positif Hibi Chouchou. Dans notre pays, la série sera simplement nommée A sign of affection pour sa publication français,e qui devrait commencer en version papier au deuxième trimestre 2021. Mais avant cela, l'éditeur, qui a à coeur de porter son offre numérique, a d'ores et déjà lancé l'oeuvre dans ce format il y a quelques jours ! Cette exclusivité numérique prend la forme d'une publication chapitre par chapitre, à l'instar de ce qui peut être fait sur des titres comme GAME, Si nous étions adultes... ou encore Switch me On. Le chapitre 1, qui totalise près de 60 pages, est disponible depuis jeudi 26 novembre chez tous les e-libraires (comme Izneo) au prix de 0,99€, et nous avons pu d'ores et déjà le lire afin d'offrir un premier avis.



Etudiante en première année à l'université, Yuki est, a première vue, une jeune femme comme les autres, partagée entre les cours, ses amies à commencer par Rin qui est très proche d'elle, les sorties, les réseaux sociaux... Rien qui ne semble vraiment changer de l'ordinaire, en somme. Mais quand, dans les transports en commun, un étranger l'accoste pour lui demander sa route, elle est incapable de répondre, mais pas forcément parce qu'il parle une autre langue. Non, la raison est tout autre...

"Tout mon monde, depuis que je suis née, est un monde sans un seul son."

Ainsi est, depuis toujours, le monde de Yuki, sourde de naissance, et n'ayant donc visiblement jamais pu apprendre à parler oralement non plus. Bien sûr, au quotidien elle semble bien s'en sortir et ne pas trop souffrir de son handicap, que ce soit grâce à la langue des signes quand les gens comprennent celle-ci, à son tableau dont elle ne se sépare jamais et où elle peut écrire, à ses gestes parfois très expressifs, ou à l'attention de son entourage. Mais dans un cas comme celui dans les transports en commun, difficile pour elle de répondre, et elle ne peut alors que remercier l'intervention d'un jeune homme ayant fini par renseigner l'étranger à sa place. Cet homme, il s'agit d'Itsuomi, un garçon de la même université qu'elle, et envers qui elle se met très vite à ressentir un intérêt de par ses attentions. Grâce à Rin, notre héroïne ne tardera pas à apprendre que ce garçon fait partie du club international de la fac (tout comme Rin), que c'est un grand voyageur (il voyageur beaucoup à l'étranger à backpacking) et qu'il est trilingue en maîtrisant le japonais, l'anglais et l'allemand. Et si la jeune fille montre vite pour lui un intérêt particulier, l'inverse semble tout aussi vrai...



Les éditions Akata ont déjà eu à coeur d'aborder le sujet du handicap au travers de certaines oeuvres, et après le handicap physique/anatomique dans Perfect World et Running Girl, ma course vers les Paralympiques, place ici à la surdité. Le sujet reste très peu représenté parmi les mangas parus en France, même s'il est inévitable d'évoquer la série à succès A Silent Voice. Cependant, la manière d'aborder les choses s'annonce d'emblée bien différente entre les deux séries, ne serait-ce que parce que dans l'oeuvre de suu Morishita il n'y a (du moins, pour le moment, peut-être que ça arrivera plus tard) pas de trace de harcèlement/discrimination, mais aussi parce que le duo de mangakas nous propose de vivre le début de ce récit exclusivement à travers l'héroïne sourde, ses pensées, ses points de vue, ses petites observations de ce qui l'entoure et où elle peut quand même cerner une ambiance ou de quoi on parle... Et ce dernier aspect est vraiment intéressant dès le départ, car on sent déjà que les deux autrices, en se renseignant directement auprès de personnes concernées par ce handicap dans la réalité, voudront présenter la chose de manière crédible... mais sans aucun doute aussi positive et bienveillante.

Car s'il y a une chose qui se dégage beaucoup de ces 60 premières pages, c'est bien son atmosphère particulièrement douce, attentive, faisant presque chaud au coeur dans ce que les personnages véhiculent. On a une Yuki qui ne se morfond pas, qui semble bien adaptée tout en pouvant compter sur son entourage à commencer par Rin, mas en n'apparaissant jamais comme un poids. On ressent pour l'instant une égalité entre les personnages, le récit montrant alors d'emblée un vivre-ensemble bénéfique. Et c'est encore plus le cas via la découverte, à travers les yeux et les pensées de Yuki, d'Itsuomi, jeune homme qui va peut-être changer sa vie, tout comme elle changera peut-être la sienne.



"C'est quelqu'un qui a exploré toutes sortes de mondes..."

La relation naissante entre Yuki et Itsuomi est évidemment le point central, et elle s'annonce déjà très belle. Pas forcément autant pour les possibles enjeux amoureux à venir que pour l'intérêt que les deux jeunes gens se portent à travers leur désir de communiquer l'un avec l'autre. Via l'héroïne, on découvre un garçon qui ne la juge pas, qui ne la voit pas comme une "bête curieuse" et n'est pas déconcerté quand bien même c'est la première fois qu'il rencontre une personne comme elle, qui se donne la peine de rendre plus lisible le mouvement de ses lèvres pour faciliter la compréhension de la jeune fille, qui est attentif en l'écartant d'un scooter qui passe, qui se demande comment on dit certaines choses en langue des signes... On le voit bien à nombre d'instants, est c'est sans doute aussi pour ça qu'il voyage beaucoup et maîtrise déjà trois langues: pour Itsuomi, la communication avec l'autre est essentielle. Il le montre très bien au fil de ce premier chapitre, et il le confirme de plus belle dans les dernières pages avec son désir de "découvrir le monde de Yuki"... Cela signifie-t-il, entre autre, qu'il cherchera à apprendre la langue des signes ? On peut facilement le penser, et peut-être est-ce aussi pour ça que les éditions Akata ont eu la très bonne idée de concevoir une vidéo de présentation de l'oeuvre présentée en langue des signes par la youtubeuse Luaya Otakette, une vidéaste malentendante. Vidéo que vous pouvez découvrir en suivant ce lien. En tout cas, une chose est sûre: avec cette rencontre, le petit monde de Yuki devrait devenir plus vaste, et ça devrait aussi être le cas pour Itsuomi.

Visuellement, la série nous rappelle d'emblée qu'elle est l'oeuvre des créatrices de Hibi Chouchou: c'est très doux, bourré de visages et de gestes bienveillants et chaleureux, où les principaux personnages font bien attention les uns aux autres. Les expressions faciales sont très réussies, que ce soit pour leur part de tendresse ou pour certains instants plus légers voire rigolos à observer. Et on appréciera aussi pas mal de réactions et de gestes très expressifs de Yuki, puisque le corps est lui aussi un excellent moyen de communication. Enfin, on a une écriture soignée, fluide et fine, bien portée par quelques métaphores plaisantes autour du monde ou de la neige (le prénom "Yuki" signifiant "neige"), ainsi que par une traduction claire de Rosalys et un lettrage intelligent. Bonne idée d'inverser les lettres pour signifier les moments où Yuki ne comprend pas tout de ce qu'on lui dit.



"Fais-moi entrer dans ton monde, Yuki."

A sign of affection s'offre un début particulièrement joli. Enveloppé dans une atmosphère très douce et bénéfique où nos principaux personnages cherchent à communiquer ensemble comme il faut, le récit de suu Morishita semble bien parti pour aborder sur un ton positif le handicap, l'importance de bien communiquer, ainsi que l'ouverture au monde et ce qu'elle peut apporter. L'oeuvre sera à suivre de près dans les prochains mois, ou tout simplement dans les semaines à venir puisqu'un nouveau chapitre sera proposé en avant-première numérique toutes les trois semaines.

L'avis du chroniqueur
Koiwai

Dimanche, 29 November 2020
16 20




Comments

Suivre les commentaires DONNER VOTRE AVIS



Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation

La sélection vidéo du moment

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News