Rencontre avec Man With a Mission- Actus manga
actualité manga - news illustration

Jmusic Rencontre avec Man With a Mission

Dimanche, 02 Avril 2017 - Source :Rubrique Interviews

C'est à l'occasion de Japan Expo 2016 que nous avons pu rencontrer un des groupes de J-Rock les plus en vogue du moment : les loups de Man With a Mission ! Aussi incroyables sur scène qu'en coulisses, les voici venus en France pour livrer un concert enflammé qui s'est suivi par une interview toute aussi passionnante avec leur leader Jean-Ken Johnny.


Manga-News : Bonjour Jean-Ken Johnny et merci de nous accorder cette interview. Pour commencer, pouvez vous nous parler du groupe, de quand vous vous êtes tous rencontrés et de quand vous avez commencé à jouer ensemble ?

Jean-Ken Johnny : Merci à vous surtout ! Tout a commencé au Japon, en 2010. En fait nous nous connaissions déjà avant, nous avons tous fait de la musique pendant longtemps même avant de se rencontrer. C'est donc en 2010 que notre projet s'est concrétisé et que Man With A Mission est né. Après, comme vous le savez certainement, nous avons été envoyé sur Terre il y a bien plus longtemps que ça...


Chacun de vos membres porte tout le temps un masque, pourquoi ?

Vous n'êtes pas les premiers à nous le demander mais ce ne sont pas des masques, nous sommes vraiment comme ça ! Du coup la question est un peu difficile car nous sommes nés avec cette tête, c'est comme si je vous demandais pourquoi vous êtes blond ou brun (rires) !


En effet, ma question était peut être un peu bête alors (rires) ! Dans ce cas pouvez vous nous raconter plus précisément votre histoire ?

Il y a longtemps, nous avons fait des choses mauvaises, très mauvaises. Beaucoup de méchants nous utilisaient à travers le monde pour faire le mal. Au bout d'un moment nous sommes allés trop loin et notre créateur a décidé de nous cryogéniser en Antarctique. C'est pendant cette période que nous nous sommes remis en question, nous avions honte de notre passé et depuis notre décongélation, nous avons décidé de faire le bien. Donc pas d'inquiétude, nous ne vous mangerons pas.



Pouvez-vous nous parler de votre dernier album, The World's on Fire ?

C'est donc notre quatrième album et notre favori pour le moment. Il est sorti en février 2016 et a donc été produit par Don Gilmore mais aussi Shaun Lopez qui a fondé notamment le groupe Far et produit Deftones, ainsi que d'autres producteurs et artistes étrangers. Vu que nous avons la chance de voyager dans beaucoup de pays différents maintenant, nous avons cherché à créer des musiques qui pourraient atteindre un public plus large. Nous pensions déjà comme ça avant, mais là pour le coup nous avons été encore plus expérimentaux dans notre travail, déjà rien que par le fait de travailler avec autant d'autres artistes. Plus de la moitié des titres ont été réalisés aves des producteurs hors du Japon, c'est ce qui rend cet album différent des autres.


Vous avez collaboré avec de nombreux artistes, comment avez vous fait vos choix ?

Nous devons nous organiser avec le planning de chacun, c'est assez difficile parfois. Notre maison de disques aux Etats-Unis, Epic, nous a présenté un bon nombre de producteurs pour notre quatrième album par exemple, on essaye de trouver ceux qui peuvent le plus comprendre notre travail et notre univers. C'est pour cela que nous avons voulu travailler avec Don Gilmore qui a produit plusieurs titres de Linkin Park, mais aussi d'Avril Lavigne. Vu qu'il aime bien croiser les genres dont notamment le rock et la pop, nous avons pensé que cela pourrait correspondre tout à fait à notre groupe.


Le titre de votre troisième album se nomme Tales of Purefly. Est-ce une éventuelle référence à la série de jeux vidéos Tales of ?

Ah non, pas du tout (rires) ! C'est vrai que les japonais adorent nommer les choses "Tales of ...", mais pour le coup cet album a été élaboré par notre bassiste Kamikaze Boy qui a déjà écrit une histoire de fantasy en réalité. C'est par ce fait que l'album est une référence à ce genre d'univers, mais pas spécialement à la série de jeux vidéos Tales of donc.



Comment avez-vous trouvé l'idée de composer le titre Out to Control  avec le groupe Zebrahead ?

Nous avons un ami commun avec Zebrahead qui vit en Californie. Il y a quelques temps le groupe était venu au Japon pour jouer au Summer Sonic, un festival auquel nous participions nous aussi. Il s'est trouvé que le groupe nous connaissait et appréciait en plus notre musique, nous étions vraiment heureux de ça.

Bien plus tard, Kamikaze Boy et moi sommes allés en Californie pour écrire des chansons avec d'autres personnes et nous avons retrouvé notre ami de là-bas. Un jour il nous a invité à aller au studio juste à côté de notre hôtel car Zebrahead était en train d'y travailler. Un peu timidement, nous sommes allés les voir mais vu qu'on avait amené des bières nous avons été accueillis chaleureusement, jusqu'à ce que nous soyons tous un peu bourrés ensemble (rires). Vous savez comment on est dans cet état là : sur un coup de tête on s'est dit qu'on devrait faire une musique ensemble sauf qu'au final, on a vraiment fini par le faire (rires) !


Vous avez interprété Database avec Takuma du groupe 10-FEET qui est une musique plus hard, qui transmet un genre de violence. Pouvez vous nous en dire plus sur cette collaboration ?

10-FEET sont nos amis depuis longtemps, surtout Takuma qui est un vrai punk, mais un très bon gars. De ce fait cette collaboration est venue car nous étions simplement amis. Takuma nous a beaucoup aidé à nos débuts, il a été comme un mentor pour nous. On ne devient pas un groupe connu mondialement du jour au lendemain, ça prend du temps, et dans ce sens il nous a épaulé et poussé à nous battre pour arriver à ce que nous faisons aujourd'hui. Pour donner un exemple, il a même appelé un festival un jour, le Kyoto Daisakusen, afin que nous y soyons aussi programmé ! Et le pire c'est qu'en cette période nous n'étions pas connu, nous n'avions même pas encore sorti de CD. Ce festival a été un énorme coup de pouce pour nous et nous le remercierons toute notre vie pour ça. Au final, jouer avec lui Database est comme une sorte de remerciement, de lui rendre la pareille.


Avez-vous un message particulier que vous voulez transmettre avec votre musique ?

En fait nous aimons vraiment tous le même genre d'artistes, on aime bien mélanger les genres dans notre musique, que ce soit le rock, le hip-hop, etc... Notre message est plutôt simple à comprendre car nous savons ce qu'il se passe actuellement dans notre scène et que les gens qui nous écoutent ont déjà cerné l'idée de ces genres de musique. Nous essayons de transmettre les émotions que tout le monde ressent comme l'amour, tout ça, mais au final dans nos titres on ressent à peine cela car c'est quelque chose d'ordinaire quand on y pense, et puis les gens ne parlent pas de ça tous les jours (rires) ! Dans notre musique nous faisons la même chose : nous ne parlons pas directement des choses mais les gens comprennent de quoi on parle. Personnellement je pense que c'est ce qui fait la beauté de notre monde : la vie est parfois dure avec nous, mais ce sont ces petits moments uniques qui nous rendent heureux et auxquels on s'accroche. Parfois on y pense, parfois on les oublie. Je veux que l'on perçoit notre musique de la même manière. Dans l'idéal, j'aimerai que tout le monde ait sa propre interprétation de nos chansons car une fois qu'elles sortent publiquement, je considère qu'elles ne nous appartiennent plus. Ce que nous en pensons nous nous importe peu au final.



Votre dernier album contient des chansons qui ont servi pour des génériques d'animes tels Seven Deadly Sins ou encore Mobile Suit Gundam : Iron-Blooded Orphans. Etes vous vous aussi fans d'animes et de mangas ?

Bien sûr ! Mon dernier coup de coeur est One Punch Man, je suppose que vous connaissez vu comment j'ai vu à quel point ça marchait bien à cette Japan Expo (rires). J'adorais aussi le manga de base dessiné par One et publié sur le net, mais depuis que le dessinateur de Eyeshield 21 travaille dessus j'aime encore plus. Depuis ça le web manga est très populaire, au Japon les gens achètent moins de mangas en format papier, One Punch est donc devenu comme un symbole au Japon rien que pour ça. Mais en tout cas je suis surpris de voir que la France connaisse déjà autant ce manga, que le monde est petit, vive internet !


Pouvez vous nous parler de vos projets futurs ?

Actuellement nous écrivons deux nouvelles chansons avec un autre artiste qui, j'espère, sortiront à l'étranger. Je ne peux pas encore dire son nom mais si vous saviez de qui il s'agit vous seriez dingues car il est très connu !


Est-il américain ?

Oui il l'est...oh mince, je ne devais pas le dire ! (rires)


Voulez vous dire un dernier mot à vos fans français ?

Merci de nous soutenir depuis tant de temps et surtout de nous avoir attendu depuis notre congélation ! Quoi que, peut être que vous ne nous attendiez pas là...(rires) En tout cas c'était un réel plaisir de jouer à la Japan Expo. Vous déchirez tout, mieux même, vous dominez tout ! On souhaiterait venir plus souvent en France car au final c'est le pays dans lequel on a le plus joué après le Japon, notre public est fort et on tient à lui faire plaisir davantage. Revenez nous voir une prochaine fois et éclatons nous ensemble !


Merci pour cette interview survitaminée, et à bientôt !


Remerciements aux membres de Man With A Mission, au staff de Japan Expo ainsi qu'aux autres médias présents lors de l'interview. Rencontre assurée par Kiraa7.





commentaires

Suivre les commentaires DONNER VOTRE AVIS



Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News