Rencontre avec Miho Shimogasa- Actus manga
actualité manga - news illustration

Dvd Rencontre avec Miho Shimogasa


Lundi, 22 December 2014

Pour sa première édition, le salon rétro Made in Asia accueillait à Namur Miho Shimogasa, chara designer de plusieurs animes principalement connue pour son rôle sur l'anime-fleuve Sailor Moon. Grâce à l'équipe du salon, nous avons pu rencontrer cette sympathique artiste, qui répondit volontiers à nos questions. Voici le compte-rendu de cette entrevue.



Miho Shimogasa, bonjour et merci d'avoir accepté de répondre à nos questions. Pour commencer, pouvez-vous nous dire ce qui vous a amené à travailler dans le milieu de l'animation ?

Miho Shimogasa : A l'époque du lycée je m'intéressais déjà à ce milieu, ce qui m'a décidé à prendre un petit boulot qui consistait à peindre des cellulos d'animes. J'alternais entre ce job qui me permettais de gagner en expérience, et un travail en fast food qui était purement alimentaire.

Après ces premières expériences, je suis entrée dans une école d'animation, et après être sortie diplômée de ces études j'ai été engagée par le studio Artland pour travailler sur les cellulos de la série Macross.


Puisque vous dites que vous avez toujours voulu travailler dans l'animation, y a-t-il des oeuvres qui vous ont donné envie de vous orienter vers ce milieu ?

Parmi les oeuvres les plus connues, je dirais Uchuu Senkan Yamato, Cyborg 009 et Goldorak. Surtout les deux premières, qui furent pour moi un coup de coeur et un vrai déclic.


Quand on connaît l'essentiel de votre carrière, ça peut paraître un peu étonnant, car vous citez là des titres de pure science-fiction.

Ce que j'aime surtout, ce sont les séries assez nekketsu, avec des héros au sang chaud, assez braves et impétueux, qui vont aller jusqu'au bout de leurs idéaux ! C'est un peu mon type d'homme idéal (rires).


Pendant votre conférence, vous nous avez expliqué un peu la façon dont vous en êtes arrivée à travailler sur la longue adaptation animée de Sailor Moon. Vous étiez sur le projet dès le début ?

On peut lire par-ci par-là que je suis arrivée en cours de projet, en réalité j'étais dans le staff dès la première saison.

Au départ, je travaillais seulement sur les cellulos, sur les dessins, puis je suis passée directrice de l'animation à partir de Sailor Moon Super S.



Comment avez-vous appréhendé ce nouveau poste de directrice de l'animation sur Sailor Moon ?

Auparavant, j'avais déjà été à ce poste sur une autre série, Minky Momo / Gigi, et cette expérience ne s'est pas bien passée, j'y ai connu beaucoup de frustrations, si bien qu'en arrivant sur le projet Sailor Moon j'ai moi-même demandé à me concentrer uniquement sur les dessins.

Après quelques saisons on m'a demandé de passer directrice de l'animation. Comme je me sentais de nouveau un peu plus à l'aise, j'ai accepté, non sans connaître tout de même un peu d'anxiété, Finalement, ça s'est mieux passé que sur Gigi.


L'anime de Sailor Moon comporte beaucoup d'épisodes, et par rapport au manga original de Naoko Takeuchi il y a donc eu pas mal d'ajouts d'histoires et de personnages. Personnellement, avez-vous apporté des idées pour ces ajouts ?

Il y a des choses qu'on ne peut pas faire en manga, mais que l'on peut faire en animation. J'ai donc fait en sorte d'ajouter des choses qui ne pouvaient pas être dans le manga, et je me souviens qu'à l'époque j'avais hâte de les ajouter ! Mais en tant que directrice de l'animation, cela ne concernait pas l'histoire, mais plutôt les designs.

Je me souviens qu'il y a eu un long épisode spécial de Sailor Moon, une sorte de film sur lequel j'ai travaillé et pour lequel j'ai d'abord eu les roughs originaux de Naoko Takeuchi pour les personnages. J'ai eu la liberté de les améliorer pour qu'ils soient plus adaptés à l'animation, ce fut un travail stimulant.

Je garde un bon souvenir du travail sur Sailor Moon, car globalement nous étions assez libres, chacun pouvait émettre ses petites idées, et il y avait une bonne entente générale, ce qui est loin d'être toujours le cas. Nous étions même allés tous ensemble en voyage.


Comme vous le disiez, vous avez donc été également directrice de l'animation sur l'épisode spécial Sailor Moon SuperS Plus - Ami's First Love. Avez-vous ressenti des différences de travail entre ce long épisode spécial et les épisodes normaux de la série ?

C'était un épisode spécial couplé à deux autres épisodes d'environ 15 minutes, et le tout était sorti au cinéma. C'est un travail qui s'est très bien passé, pour lequel il n'y a pas eu de problème. C'était même un peu plus cool que sur un épisode de la série (rires).

Nous étions très libres dans l'élaboration,  plus libres que sur la série. Il n'y avait pas de directives incessantes dans notre dos, et nous avons donc pu mener ça comme nous le souhaitions.


Vous avez également conçu le design de plusieurs animes adaptés de mangas : Gravitation, Cutie Honey, Psychic Academy, Ultra Maniac, Powerpuff Girls Z, et récemment Kaitô Joker. En somme, des styles très variés avec du boy's love, du sexy, du shôjo, du récit d'aventure plus enfantin... Y a-t-il un style de dessin et d'ambiance que vous préférez ?

Je pense qu'à partir de mon travail sur Powerpuff Girls Z, j'ai enfin pu dessiner comme je le voulais.

Je pense avoir trouvé le style de dessin que je souhaite faire : plus arrondi, plus enfantin, et dans un genre plus humoristique, où l'on se moque des belles figures... A ce titre, je prends beaucoup de plaisir à travailler sur Kaitô Joker qui est aussi dans ce style.



Et quelles difficultés avez-vous ressenties pour vous réapproprier les différents styles des mangas d'origine ?

Dans les adaptations de mangas, il peut y avoir de grands cas distincts : celui où l'on reste le plus fidèle possible au style de dessin du manga original, et celui où l'on essaie de rendre les personnages le plus adaptables possible en anime quitte à s'écarte un peu plus du manga original. De mon côté, j'ai été plus souvent impliquée dans le deuxième cas de figure. Je trouve ce type de projet beaucoup plus stimulant, on peut s'y réapproprier les personnages originaux en y apportant sa touche personnelle.

Par exemple, pour les Powerpuff Girls, dans l'oeuvre originale elles sont toutes petites. Dans le design que j'ai créé, leurs proportions sont doublées.


Vous qui avez travaillé sur plusieurs adaptations de manga, êtes-vous vous-même une lectrice de manga ?

J'aime beaucoup les yonkoma (mangas de gags en 4 cases, type Azumanga Daioh, ndlr), avec leur aspect humoristique et leur dessin souvent simple; En fait, c'est assez proche de ce que moi-même j'aime faire.


Remerciements à Mme Shimogasa, à son interprète Fabrice Renault, et à l'équipe de Rétro Made in Asia pour la mise en place de cette rencontre.
  






Comments

Suivre les commentaires DONNER VOTRE AVIS


et le chat, qu'est-ce qu'il est mignon ^^

anemone

De anemone [5675], le 23 December 2014 à 13h57

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?


c'était chouette !

anemone

De anemone [5675], le 23 December 2014 à 13h56

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

VOTRE AVIS



Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News