Undead Vol.1 - Actualité manga

Espace Membre

inscription identifiants oubliés ?

Manga - volume

Undead Vol.1

Rated
12+
Note de la rédaction
Note des lecteurs
Price
6.99 €
Cote : 4.50 €
La cote correspond au prix de vente moyen constaté dans les boutiques d'occasion
Pulsions destructrices, cadavres réanimés, corps démembrés... Rendez-vous pour l’ouverture de la chasse aux zombies !
Notre monde grouille d’esprits malfaisants : les undead ! C’est ce qu’a appris Taro Hachioji à ses dépens, le jour où il a vu sa mère se faire décapiter et son petit frère enlever par l’un d’entre eux. Depuis, Taro n’a plus qu’une seule idée en tête : retrouver son frère. Devenu un chasseur d’undead malgré lui, il fera alors tout pour le sauver !

Highlight of the serie:


  • Undead est le tout premier manga d’un jeune auteur surprenant. Grand fan de films gores, mais aussi de Tim Burton, Masashi Terajima nous livre ici une série en quatre tomes, à mi-chemin entre les shônen traditionnels et les films de zombies.

  • Son style graphique résolument unique, très « street-art », donne une ambiance explosive à son manga. Littéralement ! Car Taro, devenu un undead lui-même, est charcutable à souhait..


If you liked it...you should like this:

High school of the dead  /  Darren Shan

Une journée comme toutes les autres commence pour Taro, lycéen au caractère déjà bien affirmé, et Jiro, son frère plus renfermé. L'une de ces journées qui aurait pu se terminer sans pépin, si les deux frangins, en rentrant chez eux, n'avaient pas retrouvé la tête de leur mère à quelques mètres de son corps. Taro a à peine le temps de se remettre du choc qu'il voit son frère se faire enlever par une espèce de grosse bête ne ressemblant à rien d'identifié.
Pour Taro, c'est le début d'une aventure pas comme les autres : découvrant un univers qui lui était inconnu, le voilà obligé, pour espérer retrouver Jiro, de faire la chasse aux undead, des esprits défunts restés dans notre monde pour certaines raisons, et semant le chaos. Au sein d'un organisme anti-undead, la traque peut commencer pour le jeune garçon, bientôt contraint d'abandonner ses caractéristiques de simple humain pour obtenir celles des Undead eux-mêmes en en ingurgitant un...

Après Haro Asô et son très sympathique Hyde & Closer, les éditions Akata/Delcourt continuent d'explorer ces petits shônen sans prétention de jeunes auteurs en devenir et à la patte déjà bien marquée. Cette fois-ci, c'est au tour d'Undead, première série de Masashi Terajima, de débarquer, désireux de nous montrer ce qu'il a dans le ventre.

Montrer ce qu'il a dans le ventre, c'est ce que Taro fera le mieux, au sens propre comme au figuré, car ce qui marque rapidement à la lecture d'Undead, c'est un style graphique qui ne fait pas dans la dentelle, notre héros, entre autres personnages, se faisant à quelques reprises joyeusement découper et charcuter sans que ça ne le tue, du fait de son ingurgitation d'un undead. Si voir parler une tête sans corps et autres bizarreries de ce genre, c'est votre trip, foncez !
Pour appuyer cela, Masashi Terajima n'épargne rien : ses scènes d'action ne font pas semblant, ça se découpe dans l'allégresse et le fun, les amateurs seront ravis.
En plus de ça, c'est le trait de l'auteur en lui-même qui se démarque sans mal du commun des shônen. Très stylisé, le design des personnages sent bon des inspirations telles que Jamie Hewlett, artiste multifonctions qui signe notamment tous les visuels du groupe Gorillaz. Et à vrai dire, ce n'est sans doute pas pour rien que l'une des jeunes héroïnes du manga se promène avec un t-shirt Gorillaz.
Les choses se font d'autant plus impressionnantes dès que les Undead sont présents. Autant le dire tout de suite : Terajima se fait plaisir en dessinant des esprits aux looks très inventifs et dégageant une réelle impression de puissance. Cela, on le doit à un trait épais et extrêmement dense. Tout simplement, le coup de crayon de l'auteur impressionne. Pourtant, une partie du lectorat risque fort de déchanter face à un style pris à revers par ses propres qualités : si le design des Undead est très riche et ne faiblit jamais dans l'inventivité, Terajima pousse ces aspects tellement loin que les pages où apparaissent les Undead en deviennent souvent confuses, jusque dans le design des esprits eux-mêmes. En somme, on ne comprend pas toujours ce qu'on regarde, mais c'est bien dessiné.

Côté narration aussi, le bât blesse un peu. Si l'on appréciera un récit qui entre très vite dans le vif du sujet et qui va à cent à l'heure, le mangaka va parfois tellement vite que des raccourcis sont pris. Le tout se suit bien, mais à quelques reprises, les scènes manquent de connexion entre elles, et l'on voit surgir des esprits parfois un peu dans tous les sens, sans qu'on ait vraiment le temps de comprendre d'où ils viennent.

En ce qui concerne l'histoire, on est sur des bases on ne peut plus classiques : Taro, pour retrouver son frère, chasse les undead en compagnie de ses nouveaux collègues, qu'il découvre petit à petit. Dans ce premier tome, quelques missions, classiques mais proposant quelques petites surprises nuançant notamment les Undead, l'attendent déjà et permettent d'approfondir le petit univers de l'oeuvre, et sans chercher à renouveler quoi que ce soit, Terajima dresse déjà quelques portraits sympathiques et variés, à l'image de notre héros plutôt fonceur et volontaire, d'une attachante gamine attirant bien malgré elle les Undead, ou d'un compagnon de chasse cachant au plus profond de lui ses drames passés et ses véritables émotions. On espère juste que le schéma basé sur des missions ne rendra pas la suite répétitive, mais avec seulement quatre volume, Undead ne devrait pas souffrir de ce problème.

Avec ce premier volume, Undead enchaîne les qualités et les défauts, mais impose toutefois une forte personnalité, due à un auteur qui, tout en verve, se fait plaisir. Au-delà de quelques problèmes de narration et de clarté et d'une histoire classique mais plutôt bien menée, on retient surtout un coup de crayon perfectible mais très stylisé et personnel, tout de suite reconnaissable, et ça, pour une première série, c'est déjà très bien.

Du côté de l'édition, Akata/Delcourt offre un travail de bonne facture : traduction fluide, impression correcte... Mais on saluera surtout l'éditeur pour l'énorme travail sur la traduction et l'incursion des onomatopées, celles-ci faisant partie intégrante des dessins.


Koiwai


    Disponible en version française

  • Undead

Suivre les commentaires du volume

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation

Volumes of the serie

Enigma

D'où vient cette réplique ?
Qu'est ce que tu racontes ? Bien sûr que tu es jolie!
[ Voir la réponse ]

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News