Magicienne aux cheveux d’or (la)

Critique de la série manga

Publiée le Jeudi, 01 April 2021

Jini est une jeune étudiante coréenne qui va basculer du jour au lendemain dans un monde fantastique, après un accident de bus. Devenue « Jenny », une jeune aristocrate tout ce qu'il y a de plus mignonne, elle se dit qu'elle va enfin pouvoir vivre une vie de plaisirs. Dommage : elle qui déteste les études démontre des capacités étonnantes en magie, et la voilà propulser dans une prestigieuse académie, où elle va devoir faire ses preuves pour tenter de grappiller le plus de temps libre possible. Jusqu'au point de devenir le génie d'une magie quasiment oubliée de tous... ?



La Magicienne aux cheveux d'or et encore, oui, encore un « isekai à la Coréenne ». Mais bon, une fois mis ce postulat esseulée jusqu’à la moelle, que vaut la série ? Et bien elle est très sympathique. L’héroïne est drôle et attachante, tous comme les esprits auxquels elle va se lier au fur et à mesure de l’histoire. Déjà, les auteurs ont eu la bonne idée de passer en deux chapitres le moment de la réincarnation de l’enfance. Désolé mais ces passages sont vraiment insupportables. Ensuite, on a pas le côté : « je me suis réincarnée dans un roman et je sais déjà ce qu’il va se passer ». Non, l’héroïne est simplement réincarnée dans un monde de fantaisie, dans une famille riche bien sûr, mais elle va vite démontrer des capacités exceptionnelles en magie, qui vont la faire remarquer. Le gros point fort de ce WEBTOON, c’est son humour. Car Jenny déteste étudier, ce fut le sujet d’une dispute avec ses parents, et alors qu’elle pensait enfin une vie de plaisir, ses talents vont la re-propulser dans le monde des études. Elle va même être l’instigatrice de la renaissance d’une branche de la magie : la magie élémentaire, ou l’art d’invoquer des esprits.

Autre développement intéressant de la série : on ne se concentre pas, mais alors pas du tout sur un possible « love interest ». Il y a un, on se doute de son identité après leur première rencontre, mais les circonstances vont vite les éloigner. La preuve : ils ne se sont finalement rencontré qu’une fois en une soixantaine de chapitres. En revanche, c’est bien un rival qui va pointer le bout de son nez : lors d’un tournoi que Jenny va gagner haut la main, elle affrontera le frère aîné d’un des participants, et celui-ci va rapidement humilier notre jeune élémentaliste. Et, soyons honnête, ça a été un peu jouissif de voir cette petite boule de fierté et d’arrogance se faire remettre en place. Et on est d’autant plus heureux de la voir maintenant mettre au top de ses priorités de l’humilier à son tour. Jenny est finalement une héroïne bien moins lisse que la plupart de ces isekais à la mode. D'ailleurs, son duo avec son premier élémentaire, Laï, est une des grandes forces de la série. Ils se donnent très bien la réplique, et malgré le fait que ce joyeux compagnon est aux côtés de notre héroïne depuis, presque, le tout début, on ne sait toujours pas grand chose sur lui. Ses pouvoirs sont étonnants, assez éloignés d'un élémentaire basique. Qui est-il réellement ?



Pour ce qui est de la suite, plusieurs pistes assez intéressante sont envisageables : un retour chez elle, en Corée est-il possible ? Arrivera-t-elle a battre son « ennemi mortel » ? Former autant de contrat avec des élémentaires, où cela-t-elle la mener ? Aux plus hautes sphères de l'Etat, ou vers une autre encore insoupçonnée ? Sera-t-elle obligée de tenir son engagement auprès de son « ami » dragon ? Qui est vraiment Laï ?
Il y a encore beaucoup de questions sans réponse, et l'histoire ne semble qu'être le début du périple de l'héroïne. Je ne sais pas trop quel chemin les auteurs prendront, en tout cas, ils ont beaucoup de marge, et il n'y a plus qu'à espérer qu'ils évitent les routes trop conventionnelles. En tout cas, une chose est sur : ils aiment mettre leur héroïne à l'épreuve, celle-ci n'a cesser d'être ballotté à droite et à gauche depuis une certain nombre de chapitres. Quand elle s'est retrouvée avec des mercenaires, enlevé par un dragon... La pauvre ne chôme pas, mais dieu merci, son intelligence, sa sagacité et ses élémentaires lui ont toujours permis de s'en sortir. On s'attend donc encore à un chemin rempli d'embûches pour elle.

Côté dessin, c'est du très bon. On est toujours dans des standards assez classique, très « shôjos », c'est vrai, il n'en reste pas moins que le résultat est très efficace. C'est clair, les couleurs sont chatoyantes... C'est une série très agréable à regarder et les amateurs de se ce style de dessin seront comblés.

En somme, « La magicienne aux cheveux d'or » est une bonne série. Ses grosses ficelles de départ l'empêchent de se hisser plus haut, mais si vous aimez ce genre, vous ne serez pas déçu. Vous rigolerez bien, les rebondissements sont légions, et il y a ce qu'il faut d'originalité pour nous retenir... Bref foncez ! En revanche, si vous cherchez de l'originalité... Je crains que ce ne soit pas encore ici que vous la trouverez, désolée...
  


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
kayukichan

15 20

Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News