Doubt Me! - Actualité manga

Doubt Me!

Critique de la série manga

Publiée le Vendredi, 21 August 2020

En une toute petite poignée de titres, Megumi Morino s'est imposée comme une mangaka shôjo à suivre de très près aux éditions Akata. Cela a commencé en 2017-2018 avec la publication du magnifique Good Morning, Little Briar-Rose, qui fait facilement partie des shôjo les plus captivants de ces dernières années, autant pour ses thématiques que pour sa patte visuelle. Et depuis, l'éditeur a poursuivi l'aventure cette année en proposant, en juin dernier, non seulement le très intelligent et tendre one-shot My dear Neighbor (la toute première série de la carrière de l'autrice), mais aussi le tendre A tes côtés, sa dernière série en date, dont le deuxième volume est d'ailleurs paru cette semaine. Mais il manquait encore une toute petite pierre à l'édifice, que l'éditeur a comblé ce 20 juin avec l'arrivée, exclusivement en numérique, de Doubt Me!, une histoire courte de 72 pages qui fut publiée au Japon dans les pages d’un numéro hors-série du magazine Dessert de Kôdansha en 2014, après la publication de My Dear Neighbor et juste avant le lancement de Good Morning Little Briar-Rose. Avec l'arrivée de cette histoire en France, l'intégralité de la bibliographie de la manga est désormais disponible dans notre langue. Et ainsi, après La couleur de ta peau de Mai Nishikata ou Kusakabe et moi de Shuzo Oshimi, Akata poursuit dans les exclusivités numériques, qui ne peuvent (pour l'instant ?) pas être proposées en version papier car elles ne sont jamais sorties dans ce format au Japon et ne sont pas assez longues pour être proposées physiquement.



Doubt Me! nous immisce aux côtés de Natsuhiko, un lycéen plutôt populaire: beau, élancé, assez sportif et sociable, il est entouré de pas mal d'amis et attire les convoitises de nombreuses filles. Bref, tout le monde l'apprécie voire l'adore... du moins, jusqu'au jour où, sans qu'il sache pourquoi, tous ses camarades de classe se mettent à l'éviter et à le snober avec froideur, le jeune garçon se retrouvant isolé. Pour quelle raison ? A-t-il fait quelque chose de mal ? Il n'en a aucune idée, et personne ne semble avoir envie de lui expliquer pourquoi. Etonné, il se dit que la situation va vite s'améliorer, mais les heures passent et c'est toujours pareil. Seul sans trop comprendre le pourquoi du comment, il finit par faire une rencontre peut-être salvatrice en allant se réfugier dans la salle informatique du lycée pour manger. C'est là qu'il tombe sur Ema, une élève de la classe voisine, métisse adepte de la photographie passant elle aussi pas mal de temps seule. Natsuhiko se montre très vite admiratif devant les photos de la jeune fille, et celle-ci, un petit peu contre son gré, finit par devenir une sorte de confidente pour lui. C'est ainsi qu'ils passent de plus en plus de temps ensemble, tandis que la vérité concernant l'exclusion de l'adolescent se révèle peu à peu...



Celles et ceux qui ont lu les autres mangas de Megumi Morino le savent: la mangaka a un talent certain non seulement pour les narrations assez posées et suffisamment introspectives qui tirent le meilleur des relations entre les personnages, mais aussi pour des designs souvent fins et ravissants, où chacun(e) a quelques traits qui lui sont propres. Par exemple, comment oublier le visage plein de bonté et de positivisme de Momo de My dear Neighbor, l'air un peu perdu de Shizu de Good Morning, Little Briar-Rose (sans compter les variations d'expressions selon l'être qui est en elle), les regards bourrés de tendresse et de bienveillance de Hanoï d'A tes côtés, ou l'adorable frimousse à gros sourcils de Hotaru de cette même série ? Eh bien, dans Doubt Me!, on retrouve déjà ce soin. Du fait que ce récit est bref et qu'il s'agit de la toute première histoire courte de la mangaka, peut-être y a-t-il un peu moins de précision, mais on retrouve déjà cette volonté de soigner avant tout les visages des personnages afin de faire ressortir avec nuances ce qu'ils peuvent ressentir. A ce titre, on retient facilement certaines expressions émues d'Ema vers la fin, ou le visage souvent rayonnant de Natsuhiko.



Car dans Doubt Me! rayonnant, notre héros l'est assurément. Lumineux, il est certes déstabilisé par ce qui lui arrive, mais en aucun cas il ne se montre plus sombre, chose que l'on voit plus particulièrement dans son comportement avec Ema: il est subjugué par ses photos, ressort même son vieil appareil-photo et cherche à sympathiser avec elle, et bien évidemment cela aura un impact sur cette jeune fille qui connaît elle-même certains problèmes dans ses relations avec les autres. Loin de se plaindre de son sort, Natsuhiko continue d'aller vers celles et ceux (surtout celle) qui veulent bien de lui avec sincérité, et il se dégage alors de lui des valeurs relationnelles très bénéfiques, qui font un bien fou. En ce sens, il rappelle volontiers Momo de My dear Neighbor ou Hanoï d'A tes côtés, qui sont eux aussi des personnages vraiment lumineux et porteurs de belles choses sur le plan relationnel.



Et ça tombe bien puisque ici, Morino accorde une nouvelle fois la place principale aux relations dans ce récit. Et sur ce plan, en seulement 72 pages l'oeuvre parvient à évoquer, mêmes si c'est parfois de façon rapide, pas mal de choses. En tête, bien sûr, ce qu'implique a soudaine mise à l'écart de Natsuhiko pour une raison qui lui échappe d'abord, qu'il découvre ensuite, et qui a beaucoup de choses à dire sur le al que peuvent faire les rumeurs. En étant ainsi isolé sans la moindre explication, le jeune garçon n'a aucune chance de pouvoir s'expliquer, lever les doutes, preuve qu'il faut toujours se parler et se dire les choses. Mais cela met aussi en évidence la superficialité de nombre de ses ami(e)s, qui se sont rapprochés de lui du fait de sa popularité, mais le laissent en plan dès que ça les arrange. Peut-on vraiment parler ici d'amitiés ? Non, évidemment. Heureusement, Natsuhiko, lui, n'est pas du genre à juger les gens sur des rumeurs, sans connaître la vérité et sans parler aux principaux concernés, et il le prouvera merveilleusement vis-à-vis d'Ema, adolescente qui a elle-même souffert de difficultés d'intégration en faisant les mauvais choix, mais que notre héros ne peut que respecter, apprécier, aimer pour son désir de réparer ses erreurs avec sincérité. Car il est aussi question de pardon dans cette histoire courte.



Au bout du compte, Doubt Me! est certes un récit assez bref et allant plutôt à l'essentiel, mais il témoigne déjà de toutes les qualités de Megumi Morino non seulement pour les designs, mais aussi pour les tonalités douces et lumineuse où ce qui lui plaît le plus est de décortiquer avec justesse et sensibilité les relations humaines. Un bien joli récit "de jeunesse", qui vient compléter comme il se doit la bibliographie d'une mangaka talentueuse, que l'on espère bien pouvoir suivre encore pendant de nombreuses années.

   


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20

Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News