Yona - Princesse de l'Aube Vol.8 - Actualité manga

Yona - Princesse de l'Aube Vol.8

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 23 October 2015

Maintenant qu'elle a abattu le tyran de la ville d'Awa et qu'elle a été rejointe par le troisième Dragon Jae-Ha, Yona va pouvoir se mettre en quête du quatrième et dernier Dragon : le Dragon jaune, Ôryû. Sera-t-il facile à dénicher ?

La réponse à cette question arrive très vite : alors que pour la recherche du dernier Dragon on pouvait s'attendre à une nouvelle quête encore plus ardue que pour les trois premiers, c'est tout l'inverse qui se produit. C'est surprenant, mais dans les faits on a envie de dire "pourquoi pas", d'autant que Mizuho Kusanagi choisit grandement la voix de l'humour, celui-ci étant relativement efficace. Mais il reste un problème : en procédant ainsi, la mangaka n'offre aucun focus sur le Dragon jaune, qui pour l'instant apparaîtrait presque comme un élément comique un peu bouffon s'il ne montrait pas, par instants, une capacité d'analyse intéressante. Kusanagi a-t-elle réservé pour plus tard un traitement spécial sur ce personnage dont nous ne savons pour l'instant rien ? Affaire à suivre...

Du côté de Yona et de son groupe, ce sont donc d'autres aspects qui intriguent le plus. La quête des Dragons étant désormais achevée, il faut désormais prendre en compte la suite de la prophétie, évoquant une épée et un bouclier... mais le temps est-il déjà venu pour Yona de les chercher ? Il semblerait que non : la jeune fille doit encore mûrir, parcourir le Royaume pour constater de ses yeux son état et voir s'il n'y a pas d'autres villes tyrannisées comme celle d'Awa, mais aussi pour se renforcer. Le premier point est intéressant, mais le deuxième beaucoup moins, car il nous livrera en fin de tome un énième passage où Yona cherche à devenir plus forte, cette fois-ci en voulant apprendre à manier l'épée. On aime toujours autant la volonté de cette jeune fille voulant devenir forte, mais on a la sensation d'avoir déjà vu ça un paquet de fois dans la série...

Mais une bonne partie du tome s'intéresse à un autre personnage : Soo-Won, qui, en compagnie du général de la Tribu du ciel, décide de rendre visite à Geun-tae, le général de la Tribu de la terre. L'objectif ? Se mettre dans la poche ce général qui ne vit que pour la guerre et n'a cessé de se désespérer face à l'absence d'initiatives guerrières de l'ancien roi Il. Soo-Won saura-t-il montrer sa valeur auprès d'un Geun-tae méfiant ? La réponse se fera par le biais d'un festival mettant en scène une bataille entre les deux camps. Le focus sur Geun-tae est intéressant, car il permet de bien présenter le personnage. De même, il est appréciable de pouvoir observer les talents du nouveau roi dans les arts du combat et de la ruse... Mais était-il nécessaire d'en faire autant sur le festival ? Sans doute pas. Ce festival semble sortir un peu de nulle part, le combat qu'il propose est loin d'être passionnant notamment parce qu'il n'est pas spécialement bien mis en scène, et il s'étire trop alors qu'on y devine tout à l'avance...

Bref, il y a des choses intéressantes dans ce tome qui boucle la recherche des dragons et amène quelques focus sur Yona, Soo-Won et Geun-tae, mais il y a de nouveau la sensation que la mangaka étire trop les choses, se répète parfois, tourne un peu rond et peine à entrer dans le vif du sujet.

A cela, il faut ajouter une qualité d'impression devenue exécrable. Depuis le tome 7, la série a connu un changement d'imprimeur et est désormais imprimée en Espagne par Black Print, et cela se ressent beaucoup en mal : les problèmes de moirage sont très présents et, surtout, l'encre bave très facilement au point de rester un peu sur les doigts. Un travail décevant qui, à force, nuit au plaisir de lecture.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

11 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News