Whispering les voix du silence Vol.5

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 16 April 2019

Ayant le même pouvoir que lui et qui l'a tant handicapé par le passé, Kôji a pris soin d'épauler le petit Daichi, mais ne se doutait peut-être que l'enfant lui ouvrirait aussi les yeux sur certaines choses, à commencer par l'importance d'exprimer ce que l'on ressent, élément essentiel pour pouvoir se faire comprendre. C'est ainsi que l'adolescent, marqué, a pris une nouvelle résolution: enfin parler à ses parents de son pouvoir... mais cela sera-t-il si facile ?

L'avant-dernier volume de Whispering est marqué avant tout par une chose: la confrontation de Kôji à ses parents. Des parents à qui il désire enfin se confier pour avancer et guérir les blessures du passé. Des parents sur qui, peu à peu, il se rend compte qu'en réalité il ne sait pas grand chose, comme s'il ne leur avait jamais vraiment parlé ni regardé. Dans ces conditions, avouer l'invraisemblable vérité sur son pouvoir à son père et surtout à sa mère risque d'être plus délicat que prévu... Mais heureusement, le jeune garçon devrait encore pouvoir compter sur son entourage pour prendre conscience de certaines choses, notamment lors d'un séjour à la plage.

Ce passage à la plage, qui occupe une bonne partie du volume, est de facture assez classique, et est notamment l'occasion pour Yoko Fujitani de se faire plaisir avec quelques bikinis. Mais la mangaka l'enveloppe surtout dans une atmosphère assez légère et douce où les personnages profite d'un bon moment ensemble avec simplicité, où Kôji continue de s'interroger, et où certains instants relationnels font à nouveau chaud au coeur, comme quand l'adolescent court dans l'eau pour rejoindre Daichi en pensant qu'il risque de se noyer.

Les évolutions apparaissent alors assez logiques et naturelles, Fujitani n'a pas besoin de trop en faire pour nous les faire comprendre, et on assiste alors à une fin de volume très belle et intelligente où Kôji se confronte enfin à sa mère. La mangaka emballe toujours aussi bien les choses via quelques idées visuelles douces et poétiques, on pense notamment ici à une chose: tout au long du volume, quand Kôji voit ses parents, on ne voit jamais réellement leur visage, et à aucun moment leur regard, comme si Kôji lui-même ne les avait jamais vraiment regardés. Jusqu'à ce beau "Je n'ai pas peur" en fin de tome...

L'autrice, même si elle emprunte parfois des idées classiques comme la plage, ne s'égare jamais et poursuit avec douceur et poésie l'évolution de ses personnages, en mettant en valeur leurs relations. un tome de la fin, Whispering reste une très belle lecture, et on se demande comment tout ceci va pouvoir se conclure.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.75 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News