Vie au Zoo (une) Vol.2 - Actualité manga

Vie au Zoo (une) Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 05 January 2018

En parvenant à trouver une solution pour l'éléphante, Haruko a pu conserver son emploi au sein du par zoologique de Hidamari. Et ses méthodes souvent étonnantes ont beau déstabiliser voire parfois déplaire à son entourage, la jeune femme continue d'agir à sa manière, avec une certaine force, un réel amour pour les animaux qu'elle considère autant que les humains, et presque naïvement... mais sans doute trop naïvement. La demoiselle risque vite d'en faire malheureusement les frais, d'autant qu'un jeune journaliste ayant eu vent de l'affaire du lion échappé a décidé de faire un reportage sur le zoo en s'intéressant de près à elle...


Après la très bonne surprise que fut le premier tome d'Une vie au zoo, ce deuxième volume apporte d'éventuels nouveaux problèmes, le premier d'entre eux étant l'arrivée du journaliste Katsuya Onuma, désireux d'écrire un article sur l'état du zoo, et dont le but exact reste d'abord assez flou. En réalité, Onuma va ici faire office de nouveau "fil conducteur", sa présence en tant qu'observateur étant constante tout au long du tome, et n'étant pas bouclée à l'issue de ce volume. Et petit à petit, on a l'occasion d'entrevoir quel genre d'article il veut écrire exactement, et ce qu'il semble penser des animaux et de l'état de ce zoo repris par une jeune directement qui n'aime aucunement les bêtes et qui considère le parc comme une entreprise. Alors, le journaliste sera-t-il un allié ou non ? On a déjà une petite idée, mais seule la suite nous le confirmera (ou pas).


En attendant, c'est bien son travail de soigneuse que Haruko poursuit, au gré de nouveaux problèmes et de nouveaux enjeux. Entre autres, on retient tout le passage où elle apporte son aide aux activités de la ferme pédagogique du parc, ce qui est l'occasion d'amener quelques nouveaux personnages humains plutôt bien campés et auprès de qui notre héroïne devra montrer ce qu'elle vaut. On note également la fin du tome, qui met enfin un peu plus en avant Tomoki en apportant un éclaircissement sur lui. Et après Yuka, Daijirô ou l'ancien directeur dans le tome 1, on constate une nouvelle fois que la plupart des employés ont un réel amour de leur travail, et une volonté de bien faire, pour ne pas refaire des erreurs du passé, quitte à parfois peiner à trouver la bonne solution pour assurer le bien-être des animaux. Soigneur, ce n'est décidément pas un métier simple, tant il peut être difficile de bien cerner les bêtes, qui sont elles aussi des êtres vivants avec leurs propres émotions.


Dans tout ça, Haruko reste une héroïne très plaisante à suivre, tant elle a à coeur de bien faire. malgré ses maladresses et ses doutes, elle agit, tente des choses, a conscience de certains éléments importants : savoir observer les animaux, se soucier d'eux... mais aussi s'intéresser aux visiteurs, épauler certains enfants (comme une jeune fille rêvant de devenir soigneuse), effectuer la tâche très importante de la sensibilisation (par exemple, expliquer aux visiteurs pourquoi il ne faut pas qu'ils nourrissent les bêtes)... Par ce dernier aspect, la série conserve vraiment tout son intérêt autant pour les petits que pour les grands, tant il n'est pas rare de voir des visiteurs de zoo nourrir inconsciemment les animaux.


Mais malgré toute sa bonne volonté, il y a des choses contre lesquelles Haruko ne peut rien, et elle en fera la cruelle expérience dans la première partie du volume... Travailler dans un zoo, ce n'est pas uniquement positif. C'est aussi, par exemple, se confronter à la mort sans rien pouvoir faire malgré ses efforts, une situation qui poussera la jeune femme dans un état proche du désespoir... Ainsi, après entre autres l'aspect financier, Saku Yamaura confirme qu'elle souhaite aborder le travail et la vie au zoo sous toutes les coutures, qu'elles soient positives ou plus dures, avec réalisme.


Au bout de ce deuxième tome, ça se confirme : Une vie au zoo est une excellente trouvaille des éditions nobi nobi !, à la fois riche, crédible, prenante et adressée à tous les publics.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News