Vertical Vol.16

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 15 March 2017

Critique 2


Dans le tome précédent, nous laissions Sanpo plongé dans les préparatifs de son voyage au Népal. Après le terrible accident qui est arrivé à son ami et collègue Akutsu, Sanpo a en effet ressenti le besoin de "se retrouver". Cette quête de soi passera par l'ascension en solitaire de la face Sud du Lhotse, une montagne dangereuse qui à un peu plus de 8500 mètres. Le challenge est donc de taille pour Sanpo, même s'il est un alpiniste confirmé.

Après des adieux aussi drôles que touchants à Kumi, Sanpo va enfin s'envoler et arriver au Népal. Une fois sur place, il reverra une vieille connaissance, Oda. Il y a quelques années, Sanpo a sauvé Oda dans les Alpes japonaises alors que ce dernier était tombé dans une crevasse. Malgré cet accident, Oda ne s'est pas découragé et a toujours une vive passion pour l'alpinisme. C'est cette passion qui le poussera à tout plaquer au Japon pour vivre son rêve : gravir l'Everest, le plus haut sommet du monde, et que tous les montagnards souhaitent vaincre.

Faisant un bout de chemin ensemble, Sanpo, Oda et son groupe nous feront découvrir durant leur parcours ce joli pays qu'est le Népal. On notera que l'auteur dresse un portait sans concession de ce territoire, toujours beau et sauvage, mais également abîmé par le tourisme occidental. En parallèle, on fera la connaissance de plusieurs membres du groupe d'Oda.
Il y aura Oscar, le guide et chef de l'expédition. Cet alpiniste expérimenté connait bien Sanpo, mais à l'inverse de notre héros la montagne est désormais un business pour lui, puisqu'il escorte de riches touristes au sommet de l'Everest (l'ascension coûte quand même 70 000 dollars). On fera également la connaissance de Bill, un américain assez insouciant, Mike et Linda, un couple qui s’est lancé un défi commun avec ce voyage, et enfin Angela, une médecin espagnole. On va vite se prendre d'affection pour ce petit groupe hétéroclite, même si très vite une inquiétude va planer à cause de Bill. En effet ce dernier semble clairement impréparé à l'ascension de l'Everest. Il souffre du mal des montagnes, mais n'ose pas le dire, pire encore, il ira jusqu'à boire de l'alcool alors que c'est totalement déconseillé en altitude. Petit à petit on se doute qu'il va arriver des ennuis au groupe... et dans l'Himalaya, le moindre souci peut vite avoir une issue fatale !
De son côté Sanpo continue son chemin vers le Lhotse, et a fini par se séparer d'Oda et des autres qui suivent la route de l'Everest. Les dernières pages nous laissent voir un Sanpo heureux qui fait face à l'une des montagnes les plus dangereuses du monde...

Alors que le récit approche doucement de sa conclusion, il va abandonner son format épisodique et proposer une intrigue linéaire classique. La narration sera parfois éclatée en allant d'un personnage à l'autre, mais globalement, c'est Sanpo qui tirera la couverture sur lui. Alors qu'il n'a pas encore commencé son ascension, on sent que l'air du Népal a un effet très bénéfique sur notre héros, qui a retrouvé son sourire si emblématique ! Un tome beaucoup moins intense que le précédent, mais qu'on lit tout de même avec plaisir !


Critique 1


Non, mais, faudrait voir à pas lésiner : n’est-elle pas incroyable cette couverture ? Sanpo, c’est le taulier le mec : le cliché est mémorable! Ralalala... Sanpo !

Lors de la fin du précèdent ouvrage, il avait été laissé ledit Sanpo bouleversé, désemparé ; à tel point qu’il décidait de quitter les Alpes japonaises, loin de son quotidien. Sa décision est prise : direction le Népal, il va gravir le Lhotse en solo. Sanpo part et laisse tout le monde en plan sur place. Quel égoïsme. Kumi lui tire l’oreille. Il n’y aura rien à faire...

Et pourquoi donc pas l’Everest ? Trop facile. Sanpo, ce n’est pas le genre à aller faire bronzette au milieu des touristes. Lui, il va se faire le Lhotse, le voisin de l’Everest, et par la face sud s’il vous plait ; le truc que personne n’ose faire : quasi impossible ! Superbe choix de l’auteur que celui-ci : ne pas sombrer dans la facilité en esquissant l’énième ascension soporifique de l’Everest ; et il n’en été pas attendu moins de la part de celui-ci : bref, c’est génial...

Tout cela sera d’autant plus cool que le tome tout entier se consacre à l’amarrage de Sanpo au Népal jusqu’à son arrivée au pied du fameux sommet. Une fois de plus Shinichi Ishizuka laisse de côté la structure saynètes qui ne fera nullement regretter le postulat narratif tranche de vie ; bien au contraire : le tome se lit a une vitesse folle : happé par tout ce qu’il propose.

Fraichement débarqué au Népal, et pour parvenir au Lhotse, Sanpo fera un bout de chemin avec une de ces équipes en partance pour l’Everest avec, à leur tête, Oscar : une ancienne connaissance de Sanpo ! Les deux gus sont fort heureux de se retrouver en ces lieux : ils papotent, se remémorent leurs souvenirs : que sont devenus leurs autres compagnons d’antan ? A la vérité, ils sont tous morts dans les montages ; il ne reste plus qu’eux deux : un moment assez touchant. Et pourtant, les potes de Sanpo, c’étaient pas des narvalos d’amateurs.

Sanpo n’acceptera pas un seul coéquipier pour l’ascension qui se profile ; néanmoins, le lectorat accompagnera celui-ci à l’instar d’un invisible compagnon de cordée. Le kiff quoi... Etape par étape, pas à pas : les traditionnels villages népalais ; les yaks porteurs de sacoches ; les sentiers escarpés ; les hauteurs toujours plus rares en oxygène ; sous la tente la nuit tombée. Toujours les yeux rivés vers ces sommets qui pointent vers l’azur...

Beaucoup de nouveaux personnages assez savoureux pour l’occasion puisque Sanpo suivra, quelques jours durant, cette équipe. Ce groupe qui, sous l’égide d’Oscar, se dirigera vers l’Everest ; les chemins menant à ce sommet ainsi qu’au Lhotse étant, jusqu’à un certain endroit et pour ainsi dire, semblables. Des personnages bien campés donc : le couple autant bruyant qu’insupportable en ce qu’il ne vit que de chamaillerie, mais regardant vers la même direction ; l’américain un peu sot qui s’alcoolise au détriment de la sécurité du groupe ; une belle et pugnace médecin de guerre ; un japonais dont la vie avait autrefois été sauvée par Sanpo.

La fin du tome laisse pantois. Il aura donc été abandonné Sanpo au pied du Lhotse, et dont l’ascension débutera sans nul doute au volume prochain. La lecture faite par Kumi de la carte postale qui lui a été adressée par Sanpo était particulièrement touchante. Et l’on saura désormais pourquoi ledit Sieur Sanpo arbore ce sourire légendaire ! Dans seulement deux volumes, il y aura lieu à prononcer les adieux : et cela sera dur ; très, très dur...


Critique 2 : L'avis du chroniqueur


15.5 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Alphonse

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News