Übel Blatt Vol.13 - Actualité manga

Übel Blatt Vol.13

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 09 July 2013

Le chiffre « treize » portera-t-il bonheur ou malheur à ce titre qui a déchaîné les passions lors des sorties de ses premiers tomes et qui divise de plus en plus ? Ce qui est sûr c’est que ce treizième tome ne laissera pas indifférent !

Sans s’attarder plus que nécessaire sur le rythme de parution, indépendant bien entendu de la volonté de Ki-oon, qui se contente d’adapter les volumes au fur et à mesure de leur sortie au Japon, il convient toutefois de rappeler que l’attente entre chaque tome est tellement longue qu’entamer la lecture de ce nouveau volume sans piqûre de rappel, en feuilletant au moins les volumes précédents, conduira le lecteur droit dans le mur, ce dernier ne sachant plus qui est qui et qui fait quoi… Inutile bien entendu de rappeler qu’un rythme de parution comme celui-ci nuit et ruine peu à peu l’intérêt d’une série, ce qui est malheureusement le cas ici !

Pour rappel donc, on avait laissé Koinzell dans un face à face avec Lebellond, l’un des sept traîtres contre lesquels notre héros dirige sa vengeance !
On était un peu frustré lors du dernier tome que l’intrigue n’avance pas plus et vu comment ce dernier se terminait, il paraissait évident que le présent volume aller faire une grande enjambée dans l’histoire…et bien non seulement cela ne sera pas le cas, mais en plus on revient en arrière !
En plein milieu du combat opposant donc notre héros au traître Lebellond, une armée volante vient attaquer les troupes de ce dernier, cette armée étant menée par Glenn lui-même, l’ancien grand héros, leader des traîtres auteurs du massacre de Koinzell et de ses compagnons, ce même Glenn que le semi elfe avait tué précédemment (un peu trop facilement il est vrai). Encore que dire qu’il s’agit du même Glenn serait mentir, ce dernier a retrouvé sa jeunesse, sa prestance et sa vigueur d’antan (d’ailleurs ça on y reviendra) !
Imposture, miracle ou innommable sorcellerie ? Pour l’heure nous n’en savons rien, pas plus que ses propres hommes chez qui le doute s’insinue.

A ce moment, il y a deux manières de voir les choses, deux points de vue bien différents, voir opposés et paradoxaux pour aborder les évènements : d’un coté on ne peut que saluer l’audace de l’auteur qui fuit toute linéarité (linéarité quasi induite par la trame de départ…une vengeance, sept cibles…) et nous entraîne dans une nouvelle direction, à savoir « La guerre des héros » opposant Glenn et Lebellond, une direction totalement inattendue, avec une surprise de taille…
D’un autre côté, on peut avoir l’impression que l’histoire est totalement gelée, à l’image de son héros sur la couverture de ce treizième tome décidément bien difficile à aborder. On tourne en rond, la vengeance n’avance pas, ceux qui étaient morts ne le sont plus, ceux qui devaient mourir tel Lebellond sont toujours là, de nouveaux personnages sortis d’on ne sait où imposent leurs puissances, des démons apparaissent…on pourrait légitimement redouter le syndrome « Bastard » (ceux qui connaissent comprendront aisément).

Au milieu de tout ceci, on se retrouve avec des scènes de sexe sans le moindre intérêt si ce n’est montrer des culs pour en montrer… Glenn est vigoureux, il enchaîne les donzelles sans s’épuiser…il est vrai qu’a priori il n’y avait pas d’autres moyens aussi intéressants de montrer qu’il avait retrouvé sa jeunesse… Simplement ridicule !

On a donc un tome qui laisse perplexe et dont on ne sait trop quoi penser…coup de génie de l’auteur, ou bien coup de bluff, voire coup du lapin ? A vous de trancher !


 




Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Erkael

13 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News