Übel Blatt Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 12 October 2015

Sorti conjointement avec le tome 0 ; ce premier opus de la saga Ubel Blatt nous plonge dans un univers sombre où la vengeance est le maître mot.
Pour l'occasion Ki-oon a fait les choses en grand et a lancé une grande campagne promotionnelle afin que le titre ne passe pas inaperçu, et cela a fonctionné, à tel point que les attentes autour du titre étaient assez élevées...trop peut-être…

Les sept guerriers étant revenus du royaume des démons il y a vingt ans sont désormais appelés les « Sept Héros », et les quatre traîtres ayant été exécutés par leurs bons soins « Les lances de la trahison ». Koinzell en faisait partie, à l'époque son nom était Ascheriit, le maître de l'épée.
Ce dernier revenu dans le corps d'un semi-elfe veut assouvir sa vengeance et rétablir le nom de ses camarades tout en éliminant les usurpateurs, ceux qui se font appeler les « Héros », ceux-là mêmes qui ont massacré les quatre braves ayant rempli la mission donnée par l’empereur pour s'en attribuer les mérites.
Pour la première fois depuis longtemps les Sept Héros seront rassemblés, de l'autre côté du mur de Rielde Velem...il faut un laissez-passer à Koinzell, mais il sera confronté au fanatisme de religieux dirigeant un monastère en l'honneur d'un des trois braves accompagnant les Sept Héros, tombés au combat !

Si le tome 0 nous avait fait pénétrer dans l'univers de la série, nous avait fait découvrir ce ton violent et malsain tout en nous présentant Koinzell, ce tome 1, point de départ officiel de la série nous fait plonger directement dans la vengeance de notre héros !
Totalement absent du fameux tome 0, on découvre ici le passé de Koinzell à l'époque où il était encore Ascheriit, à l'époque où les sept lances divines étaient encore ses alliés. Et on comprend également que ces flash-back seront fréquents et apporteront un des grands intérêts de la série.
Déjà dans ce premier tome, outre le fait de comprendre réellement ce qui s'est passé il y a vingt ans et pourquoi Koinzell est si haineux, on revient sur la mort d'un des quatorze, on connaît son histoire et les raisons de son sacrifice...et on se doute que peu à peu les quatorze y passeront que tous à un moment ou un autre seront au centre d'un flash-back...et cela contribue à attiser notre curiosité.

Pour l'heure, bien que les « Sept héros » soient aperçus de dos, Koinzell en est encore loin et devra se contenter d'un prêtre corrompu et cruel qui salit le nom d'un de ses anciens camarades. Une entrée en matière agréable, qui donne le ton de ce qui nous attend, entre violence sanglante, corps découpés, scènes de sexes sans le moindre intérêt n'apportant rien à l'intrigue, ce tome est un concentré de tout ce qui nous attend par la suite, le bon comme le mauvais, en ce sens il est assez révélateur et au moins ne nous trompe pas sur la marchandise.

On retient également de ce premier tome, même si cela pourrait paraître être un détail, un choix de l'auteur de nommer ses personnages avec des noms à consonance Allemande...juste imprononçable, ce qui, il faut être honnête, pour les pauvres lecteurs que nous sommes à culture Latine, ne facilite pas les choses.

Un bon premier tome qui nous lance dans une grande aventure en nous présentant ce qui nous attend dans cette longue série, et à se stade on est plutôt optimiste !

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Erkael

15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News