The killer inside Vol.1 - Actualité manga

The killer inside Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 21 Febuary 2020

Le thriller horrifique est un genre indissociable des éditions Ki-oon, qui ont bâti une partie de leur succès sur ce registre, en plus de lui avoir donné une visibilité sur le marché français. On retient essentiellement les œuvres de Yoshiki Tonogai ou la saga King's Game, mais d'autres titres se sont greffé à l'équation depuis. Parmi les plus récents, même si on est dans le thriller pur plutôt que l'horreur, citons Route End et Echoes, l'un des derniers récits en date de Kei Sanbe.

En ce mois dé février 2020, c'est un nouveau récit à suspense, sombre et fort, que nous propose l'éditeur. Première série à paraître chez nous de Hajime Inoryu et Shota Ito, The Killer Inside est en cours de parution depuis 2018, dans les pages du Young Magazine de l'éditeur Kôdansha, sous le titre Shinai Naru Boku e Satsui wo Momete. 7 tomes sont actuellement parus au Japon, le rythme de sortie étant d'environ un opus tous les trois mois.

Jeune adulte parmi tant d'autres et étudiant ordinaire, Eiji cache un lourd secret qui n'en n'est plus vraiment un. Il est le fils de « LL », un tueur en série au modus operandi particulièrement macabre, qui est mort il y a une quinzaine d'années. Nombreux sont ceux qui connaissent cette vérité, si bien qu'Eiji n'a pas toujours bonne réputation, quand bien même il n'aurait tué personne au cours de sa vie.
Célibataire, il se réveille un jour dans le même lit que Kyoka Yukimura, une camarade de fac et très jolie fille de surcroit. Eiji ne se souvient de rien, mais Kyoka est pourtant sa petite-amie depuis la veille ! Le plus troublant, c'est que le jeune homme a totalement oublié les trois journées précédentes... Et tandis que ces pertes de mémoire se feront de plus en plus fréquentes, le cadavre d'une jeune femme sera retrouvé, mutilé comme LL le faisait en son temps...

Avec ce premier tome, The Killer Inside présente une intrigue pleine de mystères, dévoilant ses énigmes au fil des pages. Il est question d'un étrange meurtrier sordide d'une part, mais l'un des atouts de ce début de série est de greffer d'autres éléments d'intrigue à ce point de départ. De manière logique, il y aura tout un puzzle à reconstituer au cours de la série, chose que Hajime Inoryu présente habilement puisque chaque nouvelle information étrange pique sans mal l'envie de suivre la progression du scénario. Celui-ci ne revet pas immédiatement des airs d'enquête, une phase qui ne survient finalement que vers la toute fin de volume, après quelques premières révélations clés.

Une bonne chose pour le titre : celui-ci ne semble pas parti pour être une investigation totalement linéaire, bien au contraire. Le milieu policier, évidemment présent dans ce premier volume, n'occupe finalement qu'une petite part, et ce sont les démarches personnelles du protagoniste qui seront finalement mises en avant. A ce propos, nous avons droit à un personnage principal plutôt appréciable, un peu simplet mais doté d'une certaine assurance, et doué d'une volonté de bien faire. D'ailleurs, l'ensemble du casting jongle entre des figures plutôt sympathiques, et d'autres un poil caricaturales, notamment celles apparaissant vers la fin de volume. On notera aussi quelques situations clichées dans ce premier opus, dont le protagoniste qui devient le suspect n°1. Néanmoins, le cliché est ici justifié par l'ensemble du scénario.

Bon nombre d'éléments assez prometteurs donc, et quelques facilités par-ci par-là, mais qui n'entachent globalement pas le plaisir de lecture de ce début de récit intrigant. Il est évidemment trop tôt pour se faire un avis global, surtout pour un titre qui dépassera peut-être la dizaine de volumes, une sacrée bonne durée pour un thriller. Mais il y a bien une idée qui se dégage particulièrement, celle de la filiation. Sommes-nous voués à ne jamais nous éloigner de notre lignée ? Un questionnement intéressant, mis ici en avant via le personnage d'Eiji, puisque l'un des enjeux sera de savoir si le héros est bel est bien destiné à finir comme son géniteur... A moins que le scénario nous réserve quelques surprises à ce sujet.

Enfin, on peut saluer le dessin de Shita Ito, garantissant une immersion assez efficace. Si les scènes purement macabres ne sont pas (encore?) récurrentes, on apprécie le travail du dessinateur sur les personnages, et notamment les expressions de visages qui dégagent beaucoup de vie, qu'il s'agisse des joies du héros comme de ses hésitations. Notons aussi une utilisation des notes sombres pour garantir efficacement l'ambiance, pour souligner que l'artiste est à l'aise dans ce registre.

Côté édition, Ki-oon nous offre sa traditionnelle bonne copie : un papier épais de qualité, une bonne impression, et une traduction signée Alex Ponthaut qui semble en phase avec son œuvre. Pas de page couleur, mais c'est un point à reprocher à l'édition japonaise.

The Killer Inside a donc les cartes en mains pour être un thriller plaisant à suivre sur le long terme. Les ficelles du genre côtoient quelques éléments d'intrigue plus captivant, tandis que le scénario a de quoi se développer comme il se doit pour aboutir à un divertissement intense et rythmé au final. Un manga à surveiller pendant quelques volumes encore pour vérifier ce qu'il a dans le ventre.
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

14.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News