The Yakuza's Guide to Babysitting Vol.3 - Manga

The Yakuza's Guide to Babysitting Vol.3

Rédaction

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 20 Janvier 2023

C'est une première dans la vie de Yaeko: la petite fille semble s'être trouvée une précieuse amie en la personne de Sarah, une fillette métisse ultra amicale qu'elle a rencontrée au parc ! Pour elle, tout comme pour son père chef de clan et pour Kirishima, c'est une première, et la petite fille invite même sa copine à la maison... mais quelle sera la réaction de son papa yakuza ? La réponse à cette question est assez craquante: que ce soit grâce à Léon le père de Sarah qui est très sociable en n'ayant pas forcément conscience de statut de yakuza de Sakuragi, à Sarah elle-même qui montre un entrain et une amitié franches envers Yaeko, ou à Yaeko en personne qui touche facilement dans la manière dont, petit à petit, elle continue de s'ouvrir aux autres, elle qui était si renfermée avant que Kirishima n'entre dans sa vie. Des exemple comme la partie de 1 2 3 soleil dans le arc en seront encore d'autres exemples aussi simples qu'attendrissants, d'autant plus qu'autour de notre duo principal se dressent des figures secondaires toujours mieux exploitées comme Sugihara, Takeuchi ou Kanehira... sans oublier le petit chat Ohagi !

Oui, mais pourtant, cette atmosphère paisible peut-elle durer, quand on connaît le contexte yakuza autour du clan Sakuragi et, surtout, le passé violent de Kirishima ? Ce passé, voila qu'il rattrape directement notre héros, en nus rappelant bien qu'on ne peut effacer son statut de yakuza brutal en n rien de temps. Et plus que jamais, l'innocente Yaeko risque d'en faire les frais au fil de quelques pages potentiellement un peu déchirantes, quand bien même Tsukiya a le bon goût de ne pas trop intensifier la part difficile de son oeuvre afin de ne pas perdre de vue l'atmosphère de son récit. mais le fait est, cette fois-ci, que le passé de Kirishima le rattrape plus concrètement, et que l'adorable Yaeko en fait plus que jamais les frais en e pouvant plus échapper à ce dont ses proches essayaient de la préserver, elle l'innocente enfant qui n'a rien demandé...


"Tout ce qu'elle souhaite, c'est que tu sois à ses côtés quand elle ouvrira les yeux !"

L'un des axes majeurs de ce volume est alors à chercher dans le bilan que Kirishima peut faire et doit faire dans sa situation, en étant aidé à la fois par ce que la douce fillette lui apporte et par ce que Sakuragi, le chef du clan, attend de lui. Voici déjà presque un an que notre héros sert de nounou la petite fille, et le bilan est évident. Tandis qu'elle s'ouvre de plus en plus sous sa tutelle (sa première amie Sarah en est une excellente preuve), le jeune homme s'est adoucit lui aussi grâce à cette enfant dont il doit prendre soin, mais on ne eut changer d'un coup de baguette son passé et il a encore forcément des progrès à faire, y compris pour ne pas céder à la facile solution de la violence quand il s'ait de protéger Yaeko. Ce tome, poignant, esquisse déjà un premier bilan dans le quotidien ensemble de la fillette introvertie et du yakuza autrefois si véhément, et c'est quelque chose que Tsukiya mène de façon touchante et attendrissante.

"Aujourd'hui tu n'es plus Kirishima l'exterminateur de yakuzas, tu es Kirishima le protecteur."

Qui plus est, Tsukiya ajoute à tout ceci deux chapitres bonus réussis: l'un présente une part du passé de Hôjo et ce que représente pour lui un Kirishima qui l'a poussé à vivre librement son orientation sexuelle, tandis que l'autre présente un joli moment de vie quand Kirishima était encore un bleu et Yaeko encore un bébé.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai
16 20
Note de la rédaction