The Killer Inside Vol.7 - Actualité manga

The Killer Inside Vol.7

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 16 November 2021

Chronique 2 :

La lumière est faite sur la double identité de Eiji...sa véritable personnalité n'est pas le gentil Eiji qui évite la violence mais bel et bien celui avide de vengeance, voulant prouver l'innocence de son père... L'autre personnalité n'était qu'une façade pour cacher au monde la noirceur du véritable Eiji...
Mais notre héros va être arrêté et même s'il parvient à s'évader il est désormais la cible de la police qui voit en lui l'héritier de LL...

Le volume précédent nous avait offert la plus incroyable des révélations et avait totalement changé la donne, ainsi que le point de vue du lecteur sur les événements précédents...maintenant qu'on sait le vrai Eiji est celui qui est violent et sans scrupule, on va le suivre et laisser de coté le gentil maladroit des premiers tomes.
Et on bien loin justement du Eiji qu'on a connu, c'est même assez déstabilisant de suivre un personnages aux antipodes de celui qu'on a accompagné pendant six volumes... Mais là n'est pas vraiment le problème...

La première moitié du tome est des plus confuses, on passe d'une date à une autre, en faisant des allers retours dans le temps... Il est évident que cette confusion permet aux lecteurs de se placer dans la tête de Eiji, de partager ce trouble à chaque fois qu'il se réveille et qu'il se demande ce qu'il a raté...Malgré tout cela nuit à la lecture tant il est facile de se perdre dans cette narration confusante voire même un peu bordélique...
C'est d'autant plus dommage qu'on était sorti du volume précédent totalement séduit par les dernières révélations mais qu'on a ici bien du mal à rentrer dans le tome et à reprendre le fil...

Heureusement la seconde moitié s'avère plus abordable et plus intéressante, avec son lot de surprises et de révélations... Mais malgré tout il nous manque quelque chose...
En effet on ne retrouve pas le coté malsain et angoissant des tomes précédents, de même que maintenant que la lumière est faite sur la double identité de Eiji, qu'on est quasiment assuré que LL n'est pas vraiment son père...tout ce qui nous est proposé n’apparaît alors que comme une enquête lambda, ayant perdu toute l'originalité qui faisait le charme de la série!
Bien entendu il ne faut pas enterrer le titre trop vite, les auteurs étant parvenus à nous séduire avec des idées intéressantes, on peut espérer qu'ils s'en soient garder sous le coude...mais à l'heure actuelle, les révélations précédentes, à défaut de rendre la suite encore plus palpitante, ont contribué à la rendre plus fade...ce qui est un comble!

Un volume moins prenant que les autres, assez déstabilisant, qui vient malheureusement casser l'ascension de la série...dommage!


Chronique 1 :

Eiji Hachinoi est parvenu à s'enfuir du commissariat où il était retenu prisonnier, et semble désormais avoir un objectif clair mais funeste: éliminer une bonne fois pour toute son ancienne petite amie Kyoka Yukimura, toujours dans le coma, et qui est en réalité à l'origine de bien des maux, en ayant entre autres tué son père et en ayant tout fait pour rencontrer LL... La jeune femme, elle-même folle dans ses intentions, est un véritable danger, et c'est une chose que les auteurs vont nous faire ressentir de plus belle tout au long de la majeure partie de ce 7e volume.

En effet, pendant environ 120 pages, Hajime Inoryu et Shota Ito vont jouer sur une narration assez astucieuse, variant entre le présent et le passé, et où, tout en nous faisant suivre les péripéties d'Eiji pour parvenir à infiltrer la chambre d'hôpital de Kyôka, ils vont dévoiler de nouveaux détails sur tout ce que Kyôka a pu faire et révéler dans la chambre avant d'être attaquée par Eiji, y compris sur les circonstances réelles et atroces de la mort de Yoko. Tout en nous laissant entrevoir de nouvelles vérités difficiles qui brouillent de plus belles les frontières du bien et du mal (tant chaque personnage a décidément une part sombre voire très sombre), l'ensemble permet également d'offrir un certain récapitulatif sur différents événements, de raccrocher les choses, et c'est d'autant plus efficace sous le dessin d'Ito qui propose un rendu tantôt froid et implacable, tantôt un peu sale, et toujours assez noir dans l'ambiance. L'arrivée d'Eiji dans la chambre Kyôka sonne alors comme un efficace point culminant du volume, d'autant plus que sa finalité n'est pas tout à fait celle attendue et permet de relancer la machine derrière.

Car évidemment, rien n'est fini dans les investigations d'Eiji Hachinoi: plutôt que de tuer Kyôka, il lui faut surtout la piéger pour enfin espérer atteindre son but: dénicher le véritable coupable des meurtres commis il y a 15 ans, et laver l'honneur de son père Makoto qui fut accusé à l'époque. Mais bien sûr, rien ne sera aussi simple, puisque le jeune homme va encore devoir composer avec des personnes lui traînant autour: Rei bien sûr, cette dernière étant décidée à ne pas le lâcher pour atteindre son propre but, mais aussi l'inspectrice Momoi, qui prend ici une nouvelle place, pose un ultimatum à notre héros, et lui révèle même de nouveaux détails sur les circonstances de la mort de son père. C'est également l'occasion d'entrevoir un petit peu plus le fond de l'inspectrice, avec tout ce qu'elle a contenu à l'époque en voyant le tour étrange que prenait l'enquête ainsi que la manière dont le jeune Eiji fut brimé à cause de son statut de fils de meurtrier.

Le volume agit surtout comme une sorte de transition posant quelques nouveaux éléments et apportant tout de même quelques nouvelles informations. Et dans une ambiance toujours aussi sombre et malsaine que le dessin de Shota Ito rend bien, la lecture fait bien son job, en donnant de plus belle l'envie de lire la suite.
  

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

14 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.25 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News